Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 44 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Sunderland-Man.United (2-1)

Sunderland version Ligue 1 fait chuter United

Consternant de médiocrité et bousculé par le 19e de Premier League, Manchester United a sombré, ce samedi, sur la pelouse de Sunderland (2-1). Malmenés de bout en bout, les Red Devils n’avancent pas et n’en finissent pas de s’éloigner de la quatrième place.

Modififié

Sunderland FC 2-1 Manchester United FC

Buts : Khazri (3e) et Koné (82e) pour les Black Cats // Martial (39e) pour les Red Devils

Comme un mauvais tube qu’on a trop entendu l’été, les semaines se suivent et se ressemblent pour Manchester United. Au jour de match précédent les insistantes rumeurs faisant état d’une prochaine arrivée de José Mourinho puis les joutes verbales entre un Louis van Gaal éprouvé et des journalistes à l’indulgence évaporée. Et le jour J, le spectacle offert ne change pas d’un iota. Contre Sunderland, ce samedi, cela a encore été le cas. Les Red Devils ont accumulé les déchets techniques, les approximations, sans oublier les errements défensifs et les maladresses offensives. C’était le 19e de Premier League, mais United s’est logiquement incliné au Stadium of Light (2-1). Plus conquérants, plus incisifs, les Black Cats obtiennent leur première victoire à domicile face à leurs adversaires depuis 1997 et reviennent provisoirement à une longueur du premier non-relégable. Les malheurs se poursuivent pour Manchester qui, après ce revers, restent distancés dans la course au Big Four avec six points de retard sur City, qui pourrait un peu plus prendre le large en cas de succès contre Tottenham dimanche.

Khazri griffe d’entrée, Martial rugit


À court d’idées ou peut-être le seul rassuré par ce que qu’il a vu à Stamford Bridge (1-1), Louis van Gaal couche le même onze de départ sur le papier. À l’exception de la touffe belge Fellaini qui laisse sa place de titulaire à Schneiderlin. Plutôt encouragé par ce qu’il a vu à Anfield (2-2), Sam Allardyce aligne, lui, une équipe à l’accent très Ligue 1 avec M’Vila dans l’entrejeu et les recrues hivernales Khazri comme milieu gauche et Lamine Koné en défense centrale. Et l’ancien Bordelais, déjà reconnu en Gironde pour être un bon tireur de coup de pied arrêté, va être le premier à faire parler la poudre. Sur un coup franc anodin à gauche, l’international tunisien enroule le cuir du droit. Defoe laisse passer le ballon entre ses jambes et celui-ci heurte le poteau droit de De Gea avant de rentrer. Seulement trois minutes de jeu au tableau d’affichage, et United flanche déjà. Totalement dépassés derrière, Smalling et Blind voient les vagues des Black Cats s’accumuler. Malgré la sortie sur blessure de Kirchhoff (15e), sentinelle attitrée de Sunderland, ils ne se dégonflent pas. Defoe (11e), tout proche de profiter des errements de l’arrière-garde mancunienne, Van Aanholt (18e), Cattermole (26e) et Khazri (28e) s’évertuent tour à tour à s’employer. Mais chacun pèche dans la finition.

Comme un mauvais film qu’on a trop souvent vu, la partition offerte par Manchester United ne change pas de d’habitude. Les hommes de Van Gaal prennent la possession du ballon à leur compte, mais l’ensemble se révèle stérile. Carrick et Schneiderlin, habitués à casser les lignes adverses par leurs passes, font preuve de maladresses et d’approximations dans l’entrejeu. Martial ne parvient pas à faire la différence sur le flanc gauche, tandis que Darmian n’en finit plus de rater ses centres. Déjà dans le dur, les Red Devils doivent composer avec la sortie du latéral italien (touché à l’épaule) et lancer dans le grand bain Donald Love, qui honore là sa première apparition en Premier League. Devant, seuls Rooney et Mata s’époumonent tant bien que mal. Et l’Espagnol est celui qui va sortir de la torpeur ses coéquipiers. À la demi-heure de jeu, il alerte Mannone une première fois sans danger. Avant d’être impliqué directement sur l’égalisation de United. Sollicité sur le côté gauche, Martial voit son centre repoussé par Koné dans les pieds de Mata qui claque une frappe. Mannone détourne, mais l’enfant des Ulis a suivi et marque d’un subtil piqué (39e, 1-1). Sans briller, les Red Devils font plier la pire défense du Royaume. Suffisant pour espérer animer le second acte.

De Gea, le dernier rempart qui cède


Sauf que c’est encore Sunderland qui ambiance le Stadium of Light dès l’entame de la seconde période. Après une tête de O’Shea repoussée par une main ostensible de Rooney dans sa surface, Defoe est tout près d’assommer United. Mais la frappe de l’attaquant anglais, à la réception d’un centre de Van Aanholt, est détournée in extremis par Blind. Décomplexés, plus agressifs dans les duels, les Black Cats prennent progressivement l’ascendant. Il faut encore un superbe De Gea pour éviter à son équipe de sombrer. D’abord auteur d’un bel arrêt devant N’Doye qui était parti seul (61e), le portier espagnol récidive en sortant une claquette sur une lourde frappe de Koné (72e). En plus d’être bousculés par l’avant-dernier du championnat, les Red Devils ne proposent rien. Un néant symbolisé par l’impuissance offensive de Martial et Rooney. En dépit de l’entrée en jeu de Depay à la place de Lingard, il n’y a que Smalling qui se distingue timidement sur un coup de tête. Trop de faiblesses offensives, trop de largesses défensives étalées. Et United finit par craquer. De Gea, jusqu’ici immense, compris. À quelques minutes du terme de la rencontre, Khazri botte un corner et trouve dans la surface Koné qui décroche une tête, cette fois imparable pour le dernier rempart mancunien. Avec l’énergie du désespoir, Depay essaiera en toute fin de rencontre de s’illustrer sur deux frappes. En vain. La messe est déjà dite. Et il est fort probable que l’histoire se répète la semaine prochaine.


Retrouvez toute l'actualité de la Premier League

  • Résultats et classement de Premier League

    Par Romain Duchâteau
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 16:11 Premier League : le mercato estival fermera encore plus tôt 4

    Le Kiosque SO PRESS

    Hier à 14:25 Ronaldo se balade en trottinette électrique et risque une amende 29
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
    Hier à 11:53 Le but pas vraiment fair-play d'une joueuse ouzbèke 31 Hier à 11:20 Christian Vieri derrière les platines 24