Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 18 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Résumé

Strasbourg démembre Monaco, Toulouse calme Nîmes

Rien ne va vraiment plus à Monaco. Strasbourg s'est amusé en Principauté, corrigeant une équipe réduite à dix après seulement cinq minutes de jeu (1-5). Toulouse, lui, s'est donné un peu d'air en allant gagner à Nîmes (0-1) pendant que Nice est allé arracher un point miraculeux à Reims (1-1).

Modififié

Monaco 1-5 Strasbourg

Buts : Falcao (22e) pour l'ASM // Ajorque (12e, 68e), Thomasson (17e), I. Sissoko (64e) et Y. Fofana (94e) pour le Racing

Une soirée absolument cauchemardesque pour Monaco, qui n'est plus invaincu en 2019. Eh oui, mine de rien, les hommes du Rocher n’avaient perdu aucun de leurs quatre matchs disputés en janvier. Mais c'est terminé. L’ASM a d'abord vécu dix minutes infernales au Louis-II ce samedi soir : une biscotte rouge pour Naldo dès la sixième minute et deux pions strasbourgeois dans la foulée. Deux coups de caboche bien sentis : le premier signé Ajorque à la réception d’un centre délicieux de Lala (0-1, 12e), le second venu de Thomasson à l’entrée de la surface (0-2, 17e). Le début d’une très longue soirée pour les locaux ? Certes, la bande à Henry a immédiatement relevé la tête, revenant dans la partie grâce à Falcao (1-2, 22e) et prenant le dessus sur les Alsaciens dans le jeu. Mais le calvaire n’est jamais terminé à Monaco cette saison.


Quatre minutes ont ainsi suffi au Racing en seconde période pour tuer la bête. Au pressing sur Fàbregas dans la surface monégasque, l’incontournable Ajorque a récupéré le ballon pour l’offrir à Sissoko qui s’est chargé de nettoyer la lucarne de Benaglio (1-3, 64e). Puis, l’ancien buteur de Clermont a profité de l’apathie des défenseurs de la Principauté pour aller chercher son doublé (1-4, 68e). La suite ? Un carton rouge anecdotique pour Mitrović et un cinquième caramel de Fofana (1-5, 94e), plongeant définitivement Monaco dans le noir. Strasbourg peut s'installer provisoirement à la cinquième place, pendant que l'ASM déprime dans la zone rouge. Aïe.

Monaco (5-3-2) : Benaglio - Henrichs (Sidibé, 55e), Glik, Naldo, B. Badiashile, Ballo-Touré - Tielemans, Fàbregas, Golovin (Sylla, 66e) - R. Lopes, Falcao. Entraîneur : Thierry Henry.

Strasbourg (5-4-1) : Sels - Lala, Koné, Mitrović, Martinez, Caci - I. Sissoko, J. Martin (Liénard, 82e), Y. Fofana, Thomasson (Carole, 73e) - Ajorque (Da Costa, 78e). Entraîneur : Thierry Laurey.



Nîmes 0-1 Toulouse

But : Sanogo (41e) pour le TFC

Le TFC lance enfin son année en Ligue 1. Après deux rencontres frustrantes au Stadium (Strasbourg et Lyon), les Toulousains sont allés chiper les trois points aux Costières. Pas transcendants depuis plusieurs semaines, les Nîmois ont manqué de créativité et de justesse dans les trente derniers mètres pour inquiéter leur adversaire du soir. Toulouse aurait même pu ouvrir le score après seulement quarante secondes de jeu, mais Sanogo voyait sa tête fuir le cadre.


Pas grave : l’attaquant de 25 ans s’est montré patient, profitant finalement d’un centre d’Amian et d’une mésentente entre Landre et Bernardoni pour marquer du bout du pied l’unique but de la rencontre (0-1, 41e). Les Crocodiles ont bien essayé de réagir, souvent trop timidement, mais la défense toulousaine et Reynet ont fini par les écœurer. La bonne affaire est donc pour Toulouse, qui prend dix longueurs d'avance sur Monaco. De son côté, Nîmes se contentera du milieu de tableau, mais devra encore grappiller une petite quinzaine de points pour le maintien.

Nîmes (4-4-2) : Bernardoni - Paquiez, Briançon, Landre, Maouassa - Thioub, Ferri (Bobichon, 82e), Savanier, Ripart (Bouanga, 61e) - Bozok (Depres, 72e), Alioui. Entraîneur : Bernard Blaquart.

Toulouse (3-4-3) : Reynet - Amian, Jullien, Shoji - B. Diakité, K. Sidibé (Cahuzac, 56e), Sangaré, I. Sylla - Dossevi (Jean, 88e), Sanogo (Leya Iseka, 90e), Gradel. Entraîneur : Alain Casanova.



Reims 1-1 Nice

Buts : Oudin (12e) pour les Rémois // Walter (99e) pour les Aiglons.


« Comment la victoire a-t-elle pu nous échapper ?  » Voilà la question que vont probablement se poser les Rémois dans les prochains jours. Car les Champenois auraient mérité de l'emporter contre des Niçois bien timides, mais finalement délivrés au bout du temps additionnel grâce à un penalty (accordé après consultation de la VAR) transformé par Walter (1-1, 99e). Terrible scénario pour Reims, qui a contrôlé quasiment toute la rencontre après une ouverture du score rapide.


Une magnifique galette de Romao, un enchaînement parfait d’Oudin devant un Benítez impuissant et voilà les Niçois punis (1-0, 12e). Puis chanceux, tant Reims aurait pu faire le break à de multiples reprises entre les tentatives de l'excellent Oudin et le pion refusé de Cafaro. Et si le changement tactique de Vieira à la 30e (Ganago a remplacé Sarr) n'a rien changé, la plus mauvaise attaque de Ligue 1 a fini par faire céder la forteresse rémoise à Auguste-Delaune après plusieurs frissons dans le dernier quart d'heure. Résultat, Reims reste scotché dans le ventre mou et Nice ne perd pas de vue les places européennes.

Reims (4-2-3-1) : E. Mendy - Foket, Engels, Abdelhamid, Dingomé (Mbemba, 71e) - Romao, Chavelerin - Oudin (Dia, 77e), Cafaro (Ojo, 83e), H. Kamara - Chavarría. Entraîneur : David Guion.

Nice (3-4-3) : Benítez - Hérelle, Dante, M. Sarr (Ganago, 29e) - Atal, D. Barbosa, Makengo (Sylvestre, 66e), Burner - Tameze (Walter, 88e), Saint-Maximin, Cyprien. Entraîneur : Patrick Vieira.




  • Résultats et classement de Ligue 1

    Par Clément Gavard
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 7 heures Prolongation : 10€ offerts sans sortir sa CB pour parier ce week-end 4
    il y a 3 heures Serie C : à sept, Pro Piacenza prend vingt buts 14
    Partenaires
    Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
    il y a 11 heures Gignac se rapproche des cent buts 24