Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Steaua Bucarest

Steaua Bucarest, une sombre histoire de fesses

Les Football Leaks, ce sont donc des fichages ethniques révélés, des projets présumés de ligue fermée et de potentielles fraudes sur les transferts de mineurs. Mais aussi cette affaire d'injection rectale à l'ozone révélée par la presse roumaine, une pratique à laquelle aurait eu ponctuellement recours le Steaua Bucarest en 2016. Un obscur problème de gaz, qu'il convient évidemment d'éclaircir.

Modififié
« Nous baissions notre pantalon et ils procédaient à l'injection. Cela ne m'a pas fait mal, mais vous vous sentiez comme gonflé après. » Ce témoignage anonyme aurait été recueilli auprès d'un joueur évoluant au Steaua Bucarest en 2016. Qui décrirait dans le détail les injections rectales à l'ozone dont il aurait bénéficié. Une merveille déterrée par ces petits coquins de journalistes membres de l'European Investigative Collaborations (EIC). Le consortium de presse à l'origine des très sérieux Football Leaks. Oui, la vie est un éternel émerveillement.

La peau des fesses


À l'origine de cette fabuleuse découverte, une facture qui, avérée ou non, fait ricaner pas mal de monde en Roumanie. Ce document révèle, à en croire l'EIC, que le Steaua aurait veillé à ce que ses joueurs puissent bénéficier d'une thérapie à l'ozone en 2016. Un traitement qui aurait donc été en partie délivré via de truculentes injections rectales. Une méthode improbable, qui aurait été notamment pratiquée sous le mandat de l'entraîneur Laurențiu Reghecampf, qui avait déjà eu le Steaua sous ses ordres de 2012 à 2014, avant de reprendre les rênes du club de 2015 à 2017. Le 7 mars 2016, le FCSB aurait ainsi enregistré une facture retrouvée par l'EIC de 404 euros, pour une « thérapie à l'ozone » , signée par Flavius ​​Arămitu, un des médecins du club depuis 2014. Un mois plus tôt, en février 2016, le club aurait également fait l'acquisition pour 6650 euros d'un appareil d'ozonothérapie. Une machine allemande qui ressemble au premier coup d’œil à un banal attaché-case, mais dont le contenu dissimule autre chose que des stylos et des feuilles A4.


Selon la facture que se serait procurée l'EIC, la machine aurait été livrée avec tous ces sémillants accessoires, et notamment un kit d'insufflation rectal. Des informations démenties par le Steaua, qui a répondu à l'EIC que l'appareil avait été livré sans «  aucun accessoire spécifique, que le club n'a jamais eu en sa possession » . Coïncidence ou pas, quelques jours après le traitement à l'ozone dont auraient bénéficié certains joueurs du club comme le prétend l'EIC, le Steaua disputait un match crucial pour le titre face à l'Astra Giurgiu. Une rencontre que les Bucarestois remportaient deux à zéro (buts de Marko Momčilović et Nicolae Stanciu).

Viens voir le docteur, non n'aie pas peur !


Reste encore à déterminer en quoi consisterait précisément ce mystérieux traitement à l'ozone. Créée par un médecin allemand dans les années 1950, la thérapie à l'ozone peut être administrée au moyen de plusieurs méthodes, parmi lesquelles l'insufflation rectale ou encore les injections dans les articulations avec du sang enrichi en ozone. L'effet provoqué permettrait d'injecter une dose additionnelle d'oxygène dans le sang, ce qui conduirait à une meilleure performance corporelle. En tant que tel, l’ozone ne figure pas dans la liste des produits prohibés de l’agence mondiale antidopage. L’ozonothérapie, elle, « n’est pas interdite en toutes lettres, mais c’est la technique pour la faire – la transfusion – qui est prohibée  » , expliquait en 2013 à la presse belge le docteur Daloze, alors responsable de la cellule antidopage de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Au Steaua, les injections d'ozone auraient été effectuées par un certain Ştefan Tiron, qui a confirmé auprès de l'EIC qu'il procédait alors effectivement à des «  injections rectales » .


Et les joueurs ? Aucun n'a accepté de témoigner officiellement. Mais certains d'entre eux ont tout de même choisi de parler sous le couvert de l'anonymat, à l'image du premier témoignage mentionné plus haut. Selon un autre joueur interrogé par l'EIC, il se serait rendu « dans un cabinet près de Cismigiu (un jardin public de Bucarest, N.D.L.R.) où on procédait à des injections rectales. Ils nous injectaient de l'ozone dans le derrière, mais, après deux consultations, je n'y suis plus allé » . Le Steaua, lui, aurait selon simplement joué la carte de la sérénité, en admettant qu'un appareil d'ozonothérapie avait bien été acquis par le club, mais « qu'il n'en avait été fait aucun usage illégal » , à en croire le site de la Gazeta Sporturilor, un quotidien sportif roumain. Aucun des éléments avancés par l'EIC ne semble en effet encore suffisant pour permettre de démontrer que le club aurait eu concrètement recours à d’éventuelles pratiques illicites. Peut-être le point final d'une sombre histoire de fesses, qui, quoi qu'il arrive, aura au moins permis à la Roumanie du football de se marrer tranquillement sous sa cape.

Par Adrien Candau Tous propos issus de Gazeta Sporturilor.ro
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:53 Le coup de gueule de Didier Quillot après les multiples reports en L1 86 Hier à 16:04 Trêve de publicité pour les paris en ligne en Grande-Bretagne ! 15
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi
Hier à 08:58 Tony Chapron : « La VAR n’est pas juste » 125
À lire ensuite
Marçal, le nouveau centre