Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
SO FOOT #200

EN KIOSQUE LE 06/10/2022


REAL MADRID LES SECRETS DE LA MAISON-BLANCHE

ZIDANE, RAUL, LA QUINTA DEL BUITRE, DI STÉFANO, FLORENTINO PÉREZ, SERGIO RAMOS, BERNABÉU, LES GALACTICOS, RONALDO, KOPA, MOURINHO, LES PAVONES, KROOS, ULTRAS SUR, JUANITO, VALDANO, GUTI, HUGO SANCHEZ... ET MÊME JULIO IGLESIAS!


À JAMAIS LES PREMIERS

Santiago Bernabéu. Peu de gens ont donné leur nom à un stade de leur vivant. Il en fait partie. Voici pourquoi.

Alfredo Di Stéfano. Interview avec un monument.

Ferenc Puskás. Le Major galopant s’est surtout précipité à l’Ouest. Atterrir au Real lui a permis de conserver son embonpoint et d’assouvir sa faim de titres.

Raymond Kopa. Le premier Ballon d’or français nous a ouvert le livre de sa vie en 2016.

French connection. Bien que rivaux il y a 70 ans, le Real et le Stade de Reims sont restés en très bons termes. Mais pourquoi donc?

Histoire vraie. Retour sur la sombre période des sacas, ces exécutions sommaires auxquelles a échappé un ancien arrière central du Real, Patricio Pedro Escobal.

ASI GANA EL MADRID

Juanito. Il est célébré à chaque septième minute au Bernabéu. L’attaquant disparu a laissé une trace indélébile dans les cœurs merengues grâce à sa furia.

Les Ultras Sur. Retour sur l’histoire de ce groupe ultra très encombrant en raison de ses idées politiques, et dont aucun dirigeant n’a réussi à se débarrasser.

Hugo Sánchez. Le buteur en série mexicain révèle comment il a amené ses cojones dans le collectif madrilène.

Les coups de Mou. L’amour dure trois ans. La preuve avec le passage haut en couleur du manager portugais dans la capitale.

Ramon Mendoza. La vie du truculent président du Real entre 1985 et 1995 fut plus belle que la vôtre. La preuve.

Histoire vraie. Ce supporter madrilène ayant cogné l’arbitre lors d’une confrontation face au Bayern en 1976 a bien regretté son geste: il a été mis au ban de la société.

FAIT MAISON BLANCHE

La Quinta del Buitre. Au début des années 1980, la révolution culturelle n’avait pas lieu que dans les films d’Almodovar, mais aussi au Bernabéu, lorsque de jeunes joueurs du cru se sont mis à jouer comme personne.

Julio Iglesias. Le chanteur pour dames a failli être gardien du Real. En tout cas, c’est ce qu’il prétendait à ses conquêtes.

Raúl. Le crack espagnol de sa génération refait le match.

Les Pavones, le Real pour les nuls. Le premier règne de Florentino Pérez était marqué par le projet Zidanes y Pavones. Le concept: faire cohabiter des superstars et des laborieux. Évidemment, ça s’est mal fini.

Guti. Retour sur la vie et l’œuvre d’un joueur enthousiasmant, mais terriblement frustrant.

À quoi sert le Real Castilla? Le Real dispose d’une réserve unique au monde. Et pour cause: elle a déjà disputé une Coupe d'Europe.

Histoire vraie. Comment le Real est venu en aide à l’Étoile sportive de Fréjus dans les années 1960, après que la ville côtière a connu un drame lorsqu'un barrage a cédé.

VOIX LACTÉE

La folie Galactiques. Ceux qui ont vécu la transformation du Real en un Disneyland du foot dévoilent l’envers du décor.

Le Centenariazo. En 1950, le Brésil perd la finale de la Coupe du monde dans son stade iconique. On appelle ça le Maracanazo. En 2002, le Real compte bien célébrer son centenaire en grande pompe avec une victoire en Coupe du Roi, à domicile. C’était compter sans l’immense Superdepor, venu gâcher la fête.

Jorge Valdano. Entretien avec le grand penseur de la famille royale.

Florentino Pérez. Portrait du conquistador qui a mis le monde du BTP à ses pieds, et celui du football.

Toni Kroos. Le métronome allemand donne la leçon comme il distille ses transversales.

Sergio Ramos. Le défenseur parisien n’a pas fait que soulever des coupes avec le brassard au bras. Il a aussi incarné l’Espagne éternelle.

PORTFOLIO

Les autres. Le Real Madrid ne se résume pas seulement aux strass et aux paillettes. La preuve, avec ces footballeurs à la dégaine moins bling-bling qui ont eux aussi contribué à écrire l’histoire de la Casa Blanca.

CULTURE FOOT

José Ángel Mañas et Jordi Ledesma. Interview croisée entre deux écrivains qui viennent de signer un polar à quatre mains. Leur héros s’appelle Chuster, et oui, c’est une référence à l’ancien meneur de jeu allemand qui a joué au Real, leur club de cœur.

DÉCRASSAGE

So Food. Et un petit derby pour finir, avec cette visite du Bombastic, le resto ouvert par Marco Asensio et Marcos Llorente.

L1 STORY

La Ligue 1 aussi est galactique. Des chiffres, des stats, du Gouiri, du Todibo et du Mama Baldé. Ce n’est pas la rentrée, c’est l’été indien.

AVANT-MATCH

Mister Frise. Les 25 dates à retenir de l’histoire du plus grand club du monde.

Comment reconnaître... un joueur de la Casa Blanca.

Prise de tête. Pourquoi le Real gagne autant ? Parce qu’il joue en blanc.

Test comparatif. Quel autre Real choisir si vous êtes allergique à la capitale espagnole?

Copains d’avant. Deux ans après les Galactiques, les Galactoc. Zoom sur le Real 2006.

Royale affaire. Non, le roi n’a jamais effacé la dette du Real, même si c’est pratique d’y croire.

Timothée Ostermann nous conte la vie d’Eden Hazard en neuf cases.

Comme en quatorze. Les 14 matchs qui ont fait basculer le destin européen du club madrilène.

À lire ensuite
Society #189