Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Supporters

« Si on veut plus de spectacle, il faut des places debout »

Entretien avec le député LREM Gwendal Rouillard, qui défend le retour des places debout dans les stades.

Modififié
Il est de coutume de railler le manque d'ambiance dans les stades de Ligue 1, de cet Hexagone qui aurait préféré la sécurité absolue à l'ambiance. Parmi les causes incriminées : la disparition des places debout qui, pourtant, ces derniers temps, reviennent à la mode un peu partout en Europe. L'hypocrisie est de taille en effet. Dans de nombreux virages populaires, personne ne regarde le match sur son horrible siège en plastique, et les strapontins orange ou autres formules provoquent davantage de gêne que de confort. Deux députés de la République en Marche, Jacqueline Maquet et Gwendal Rouillard, ont décidé d'en faire un de leur cheval de bataille. Et d'aller prêcher la bonne parole auprès de Madame la ministre des Sports. Avec un argument infaillible et bien de son temps, fort éloigné de la liberté pour les ultras : cela rapportera beaucoup au foot pro en matière d'image.


Qu'est-ce qui vous conduit à vous intéresser à la question des places debout dans les stades de football ?
Le supporter des Merlus au FC Lorient que je suis a déjà beaucoup de souvenirs de ce type dans le stade du Moustoir. Mais, en tant qu'élu, parmi tous les sujets relatifs à l'avenir de la France et de la Nation, je suis soucieux du rôle du sport dans notre pays, de son impact, de son influence. Il faut immédiatement rappeler que pour moi et ma collègue, Jacqueline Maquet, avec qui nous allons écrire à la ministre des Sports à ce sujet, le débat sur les places debout est lié plus largement à celui sur l'avenir du modèle économique du foot français. Il n'échappe à personne que les prochains mois vont être essentiels et centrés sur le problème des droits TV. Les places debout s'inscrivent dans ce contexte et une réflexion plus globale. Enfin, je précise que nous parlons de places debout sécurisées.

On peut néanmoins se demander si cela concerne le législateur ?
Évidement que le législateur a son mot à dire puisque depuis, et je le comprends parfaitement, le drame de Furiani, la législation interdit la possibilité d'avoir des places debout dans les enceintes sportives et donc les stades de foot.
« Pour le résumer plus simplement, notre volonté s'avère de concilier sécurité, spectacle et attractivité du foot français. »
Avec Jacqueline Maquet, nous voulons juste aborder la question de manière tout-à-fait constructive. Nous avons proposé au gouvernement, et en associant je l'espère tous les acteurs du foot comme bien sûr la LFP et la FFF, de jouer la carte de l'expérimentation sur deux ans.

Vous évoquez le modèle économique du foot pro en France, il vous semble menacé ? En quoi les places debout peuvent-elles se révéler un atout ?
Je le répète, nous insérons notre suggestion dans la problématique plus vaste du modèle économique du foot français. Les choses vont peut-être changer. Parmi les candidats aux droits TV, en outre des médias classiques, nous avons désormais les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon). Or, le football signifie d'abord des emplois et des entreprises qu'il faut protéger, plusieurs milliards d'euros dans notre économie nationale. Pour le résumer plus simplement, notre volonté s'avère de concilier sécurité, spectacle et attractivité du foot français. Voici notre triptyque. Pour faire aboutir notre suggestion, il faudra sûrement faire comprendre aux Français, qui peuvent rester réticents, qu'il n'est pas affaire ici d'une controverse monomaniaque sur les tribunes, mais que le football, avant d'être un sport qu'on aime ou non, concentre entreprises, collectivités territoriales, presse, etc. Nous parlons d'une aventure humaine avant de rentrer dans un débat technique sur les tribunes.

Les modèles étrangers vous ont-ils inspiré ?
Quand j'ai joué l'an dernier avec l'équipe de foot des députés, où je co-sélectionne avec mon collègue Régis Juanico, au stade Bauer où évolue le Red Star, je me suis rendu compte que c'était encore le cas de l'une des tribunes. Sans oublier Sochaux désormais. Nous savons aujourd'hui qu'au Celtic et au Borussia Dortmund, avec deux approches différentes, le club et les pouvoirs publics ont trouvé le moyen de jumeler station debout et sécurité, pour le plus grand bonheur de tous et surtout au bénéfice de l'ambiance. Je n'y suis pas allé personnellement, même si j'ai fait au cours de ma vie le tour de pas mal de stades. Toutefois, j'ai regardé beaucoup de vidéos. Si on veut plus de spectacle, accorder une juste reconnaissance aux supporters, admirer de très beaux tifos dans nos stades, il faut accepter des places debout, qui permettent d'insuffler une dynamique unique dans les gradins. Et plus le spectacle se révèle de qualité, plus l’atmosphère est puissante dans le stade, plus le football français gagnera en attractivité...

Vous pensez parvenir à convaincre d'autres élus et même la ministre Laura Flessel ?
Oui, c'est pour cela que j'insiste sur la méthode.
« Plus le spectacle se révèle de qualité, plus l’atmosphère est puissante dans le stade, plus le football français gagnera en attractivité. »
Avec Jacqueline Maquet, qui fut initiatrice de cette idée, nous avons déposé deux questions écrites sur le sujet et nous avons envoyé une lettre officielle cette semaine pour solliciter un rendez-vous avec Madame la ministre. On va associer quelques collègues à notre démarche. Il ne s'agit pas d'un débat technique, mais de société. Nous désirons entamer le dialogue avec le gouvernement et lancer une expérimentation, avec pour mot clé la sécurité. Nous sommes sûrs qu'il est possible de mener un échange serein et apaisé avec l'ensemble des acteurs du foot sur cette dimension de la vie des tribunes. Nous espérons un arbitrage favorable, mais nous ne pouvons présager toutefois de la réponse du gouvernement. Nous faisons de notre côté notre travail de parlementaire. Tentons une expérimentation sur deux saisons sur la base du volontariat des clubs et ensuite tirons-en le bilan.

Propos recueillis par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Concours FIFA 19 Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clasico il y a 13 heures DERNIER JOUR : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
il y a 5 heures La FIFA suspend trois dirigeants nord-américains à vie 7 il y a 8 heures Un chien tacle un joueur en D4 roumaine 15
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom