Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Euro 2020
  2. // Quarts
  3. // Ukraine-Angleterre

Quand Sheva, tout va

Meilleur joueur de l'histoire de l'Ukraine, Andriy Shevchenko n'a connu que trop peu de moments de gloire sous le maillot d'une sélection rarement qualifiée pour les tournois majeurs. Sélectionneur depuis 2016, le joueur formé au Dynamo Kiev a donc décidé de continuer à écrire sa légende depuis le banc de touche, en qualifiant son équipe pour le premier quart de finale de son histoire à l'Euro. Au point de soulever une question avant le choc face à l'Angleterre samedi à 21 heures : Sheva serait-il encore meilleur entraîneur que joueur ?

Il y avait un goût de retour en enfance mardi soir, sur les coups de 23h30, à voir l'émotion sur le visage d'Andriy Shevchenko. Quelques minutes plus tôt, Artem Dovbyk vient de sortir de l'anonymat en qualifiant l'Ukraine pour les quarts de finale de l'Euro au bout de la prolongation face à la Suède. Une magnifique réussite pour le plus grand joueur de l'histoire des Zhovto-Blakytni, devenu sélectionneur au sortir d'une campagne française ratée lors de l'Euro 2016 (trois défaites en phase de poules). « Je suis fier de mes garçons qui ont tout donné. Je dédie cette victoire au peuple ukrainien, qui nous soutient avec beaucoup d’enthousiasme, soufflait l'ancien goleador de l'AC Milan à Sky Italia au coup de sifflet final. Si c’est la même émotion en tant que joueur ou en tant que manager ? Ce sont deux choses différentes, mais c’est une émotion folle, ça vaut la peine de le vivre. »

Renard des bancs de touche


Samedi soir à Rome, Sheva découvrira des hauteurs qu'il n'a jamais connues en tant que joueur, malgré son immense carrière. Trop souvent éliminée en qualifications ou lors des fatidiques barrages, l'Ukraine n'a en effet connu que deux phases finales d'un tournoi majeur au cours des 17 années qu'aura duré sa carrière internationale. Bilan : un quart de finale contre l'Italie au Mondial 2006 (défaite 3-0) comme plus grand accomplissement, et une élimination dès le premier tour à l'Euro 2012, un tournoi pour lequel l'équipe était qualifiée d'office en tant que pays co-organisateur. Avec ce magnifique parcours à travers l'Europe, voilà donc Shevchenko en train de vivre depuis le banc de touche une aventure comme il n’en a jamais vécue sur le terrain. Pour lui, c'est une juste récompense.

Après la Suède, contre qui il avait inscrit ses deux derniers buts dans le monde professionnel (ses deux seules réalisations à l'Euro), le natif de Dvirkivchtchyna retrouve l'Angleterre, cette même sélection contre laquelle il avait disputé le dernier match de sa carrière le 19 juin 2012 avec 20 minutes de jeu à la clé et une défaite 1 à 0 écourtant sa tournée d'adieu au pays. « C’était particulier parce que c’était mon dernier grand tournoi. Et devant nos supporters en plus, rejouait-il récemment pour Goal. J’ai tout fait durant les quatre derniers mois pour retaper mon corps en vue de cette compétition et aussi être prêt mentalement. Et finalement, je l’étais. J’ai joué un tournoi comme lors de mes plus belles années. » Insuffisant malgré tout pour un homme qui assure « ne pas avoir peur » de la formation de Gareth Southgate.

Ukraine degun


Le coup d'envoi de la nouvelle vie de Shevchenko a été donné il y a maintenant cinq ans. Au lendemain d'un Euro raté en France, l'icône du pays a pris les rênes de la sélection, lui qui était alors adjoint de Mykhaylo Fomenko depuis quelques mois. Sa toute première expérience de l'autre côté de la scène. Et dès le départ, l'idée est claire : redorer l'image d'une formation ennuyeuse en mettant en place un jeu attrayant. « Mon premier objectif, c'était de changer le jeu de l'équipe, amener une génération nouvelle qui pourrait jouer un autre football. Et on est en train d'atteindre ce but » , se réjouissait-il en octobre dernier, à quelques heures de subir la loi de l'équipe de France en amical avec un onze largement remanié.



Entre-temps, l'ancien attaquant a parfaitement su redresser la trajectoire du bolide ukrainien. Après avoir manqué la qualification au Mondial russe, Andriy Yarmolenko et ses potes ont déroulé dans les éliminatoires de cet Euro : une première place devant un Portugal dominé à Kiev (2-1) en octobre 2019 et un parcours achevé sans le moindre revers (6 victoires, 2 nuls). Suffisant pour asseoir la légitimité de Shevchenko l'entraîneur. « En Ukraine, c'est une légende vivante, s'enflammait dans La Dernière Heure Roman Yaremchuk à propos de celui qui l'a lancé en sélection voilà trois saisons. Cela a été spécial la première fois que je l'ai vu. S'entraîner sous les ordres d'un joueur comme lui est quelque chose de fantastique. Il a toujours été un modèle pour moi quand j'étais plus jeune. » Une idole qui a donc aujourd'hui quitté les surfaces pour continuer d'écrire sa légende depuis sa zone technique. Mais qui se verrait bien prendre une petite revanche sur la perfide Albion neuf ans plus tard, dans un Stadio Olimpico qu'il connaît comme sa poche.

  • Profitez de 200€ de bonus en EXCLU chez Unibet au lieu de 150€ en cliquant ICI pour parier sur l'Euro !

    Par Tom Binet
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

  • Dans cet article


    Partenaires
    Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
    il y a 58 minutes Libertadores : l'Olimpia Asunción sort l'Internacional aux tirs au but 1
    Hier à 19:04 Les joueurs de Premier League obligés d'être vaccinés pour jouer ? 139
    Hier à 16:30 Auditionné par l'Assemblée nationale, Didier Quillot revient sur l'affaire Mediapro 44
    Partenaires
    Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
    Hier à 12:41 Un impressionnant tourbillon de poussière retarde un match en Bolivie 12
    À lire ensuite
    On avait dit pas les mamans