Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Brighton-United

Shaw devant

Lors de la victoire de Manchester United face à Leicester, le héros de la soirée était Luke Shaw. Le buteur décisif de la soirée, encore récemment adepte du cirage de banc ou du bloc opératoire, est venu prouver que les blessures et les emmerdes avec le coach appartenaient au passé. Il l'a promis à Old Trafford : cette fois, c'est la bonne.

Modififié

On en revient toujours à la même rengaine avec lui. Renaître de ses cendres, tel le phénix. Une semaine auparavant, lors de la première journée de Premier League, la victoire inaugurale (2-1) de Manchester United face à Leicester a été marqué du sceau d'un blondinet de 23 ans appelé Luka Shaw. Encore, dira t-on ? Faut-il voir son but – du break – qui symbolise l’insatiabilité du gamin. Une réalisation de damné qui part d’une louche de Juan Mata.


Le latéral gauche se violente pour contrôler la balle, enrhumer son vis-à-vis Dan Amartey d’un grand pont et dégommer Schmeichel d’un croisé du droit. Son premier but en pro. Un signe divin ? La croyance populaire voudrait que le Shaw ne dure pas. Rien d'irraisonnable pourtant à une résurrection : pour la première fois depuis qu’il est arrivé dans ce club, le natif de la banlieue londonienne semble épargné pour de bon par les galères.

Et c'est (re)parti pour le Shaw


Le roi est Shaw ce vendredi soir. Aucun doute : face aux Foxes, outre son but, c’est le meilleur du Luke qui éclaire Old Trafford. Le basculement du jeu mancunien à gauche est loin d’être un hasard, tant le tandem qu’il constitue avec Pogba fait mouche. Tout ce qui fit son charme du temps où il évoluait sous le tricot de Southampton (2011-2014) est déballé à vue : apporter le surnombre, se mouiller sur l’aile pour offrir des situations de passe au trio offensif de devant... La chorégraphie porte d'ailleurs ses fruits : après deux minutes de jeu, son déboulé côté gauche offre un shoot à Juan Mata dévié de la main par Wes Morgan dans sa surface. Péno incontestable. S’en suit une ouverture du score de Paul Pogba, le second but pour le latéral donc, et 90 minutes de croque-mort. Luke rentre même au vestiaire avec 99 ballons touchés au compteur. Une influence dans le jeu où seule la Pioche l’a détrôné. S’ajoutent à ça trois tacles gérés d’un pied de maître.



Un premier constat s’impose donc : Ashley Young peut avoir des sueurs froides. L’idée de rebattre les cartes au poste de latéral gauche – alors que Mourinho a privilégié l’an passé la bouteille de Young – n’est pas farfelue. À 33 ans, Ashley et ses 28 matchs à ce poste la saison dernière portent un nom en trompe-l’œil. L’avenir est dans les pattes de Shaw, de dix ans son cadet. L’arbitrage reviendra au coach. Et José Mourinho a laissé, en point presse ce vendredi, un avant-goût peu commun de la décision finale : « En oubliant son but, car c’est la glace sur le dessus du gâteau, sa performance était vraiment bien, complète. » Mais réside justement ici un gros point d’interrogation. Dans un sens, si les gros pépins physiques ont lâché les baskets du jeune homme, le facteur X dans la suite de l’aventure de l’ancien Saint reste Mourinho himself et son caractère impulsif. Lui-même qui dégommait il y a encore cinq mois la moindre performance mi-figue mi-raisin de Shaw.

Dégraissage et SMS


L’été a, sur ce point-là, porté conseil aux deux parties. En train de dégraisser en vacances avec sa femme, Shaw reçoit un SMS inespéré de son coach, tout heureux de voir son larron se prendre en main. « J’ai attendu quelque temps avant de répondre pour ne pas paraître trop pressé, raconte-t-il. Mais c’était une bouffée d’air frais qu’il prenne des nouvelles de moi. Je ne m’y attendais pas et la discussion a été très positive. »


Une causerie qui, à l’instar de son numéro d’esthète de vendredi, intervient au moment opportun. Dans un an tout pile s’achève un contrat signé en 2014 pour 37,5 millions d’euros. Le joueur le répète à l’envi, il veut « gagner un nouveau contrat à Manchester » . Face à cet ultimatum, les auspices sont de son côté. Verdict en mai prochain, quand Luke Shaw aura prouvé – ou non – qu'il n'est définitivement pas à jeter à la déchetterie des espoirs déchus.

Par Alexis Souhard Propos de LS tirés du Guardian.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Le Kiosque SO PRESS

Hier à 15:01 Fournier, Lacombe et Franck Thivilier vont former des entraîneurs brésiliens 11 Hier à 14:41 Mexique : Maradona déjà en demi-finale du championnat 23