Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 31 Résultats Classements Options
  1. // C1 féminine
  2. // Finale
  3. // Olympique lyonnais-FC Barcelone (4-1)

Shanice, ça glisse !

Avec ses deux passes décisives, Shanice van de Sanden a brillé lors de la finale remportée samedi par l'Olympique lyonnais face au FC Barcelone (4-1). Sous ses faux airs de Memphis au féminin, la Néerlandaise est la caution fashion d'une équipe au sein de laquelle elle incarne à merveille l'esprit collectif.

Modififié
C’était la seule surprise du onze de départ annoncé par Reynald Pedros. Et encore, niveau surprise, on a déjà vu plus surprenant : face au FC Barcelone, c’est Shanice van de Sanden qui allait commencer sur l’aile droite, en lieu et place de Delphine Cascarino. Motif invoqué par le staff médical de l’Olympique lyonnais : l’internationale française ne se serait pas encore complètement remise de sa blessure subie lors de la demi-finale retour face à Chelsea. Au mieux, elle pourrait jouer trente minutes. Qu’à cela ne tienne, au coup d’envoi, les supporters ne sont pas inquiets en voyant la pile électrique néerlandaise débuter sur le terrain. Et pour cause : depuis son arrivée à Lyon la saison dernière, Shanice van de Sanden sait que les finales de Ligue des champions lui réussissent plutôt bien. Elle n’allait pas tarder à le prouver une nouvelle fois.

Miss passes dé’


On joue depuis à peine cinq minutes, et la lionne oranje adresse un service caviar à Dzsenifer Marozsan qui n’a plus qu’à tromper la portière barcelonaise à bout portant pour ouvrir la marque. Rebelote dix minutes plus tard, lorsque Van de Sanden offre à Ada Hegerberg le premier but de son triplé inscrit en tout juste un quart d’heure. Mais son compteur personnel s’arrête là pour les assists. Shanice ne parvient pas à reproduire l'époustouflante passe de trois réalisée lors de l’édition précédente face à Wolfsburg où, entrée comme supersub lors de la prolongation, elle avait provoqué l’étincelle nécessaire aux Fenottes pour rouler sur l’ogresse allemande (score final 4-1).



Pas de but non plus à mettre au compteur de la Néerlandaise cette fois-ci. Son occasion la plus franche a terminé dans les tribunes et lorsqu'elle saute pour tenter de rattraper un centre venu de la gauche, il lui manque un cheveu (décoloré) pour balancer un coup de casque décisif. La faute à un petit gabarit (1,68 mètre) qui ne lui a pourtant pas toujours fait défaut. Lors de la folle épopée des Pays-Bas à l’Euro 2017, c’est de la tête qu’elle offre la victoire aux Leeuwinnen dans leur match d’ouverture face à la Norvège. Une victoire remportée à Utrecht, sa ville natale, là où sa carrière a commencé et où un premier trophée est venu garnir son armoire : la coupe nationale. C’était en 2009 et depuis, le parcours de Shanice van de Sanden ressemble à un joli conte de fée.

Fashion, tout-droit et bulles de champagne

Avant de rejoindre Liverpool, c’est à Twente qu’elle se met particulièrement en avant en remportant deux BeNe Leagues, du nom du championnat transnational unissant la Belgique et les Pays-Bas, aujourd’hui disparu. Mais la révélation intervient en Angleterre où, en dépit de la concurrence de Manchester City, elle tape dans l’œil de Jean-Michel Aulas qui la fait signer dès l’année suivante. Auréolée du titre de championne d’Europe, Shanice van de Sanden débarque dans le Rhône avec un look qui dépote, en témoignent les dix minutes qu’elle passe à se maquiller avant chaque match. Impossible de ne pas la remarquer. Il faut dire que les joueuses qui évoluent avec du rouge à lèvres, du blush et du fard à paupières ne sont pas légion dans le football féminin moderne. « Shanice, c’est une ambianceuse. Dans le vestiaire, elle est toujours de bonne humeur et cela se ressent sur le terrain. Elle n’a pas la technique de Delphine Cascarino, on est plutôt sur le profil d’un tout-droit très rapide, mais elle compense par un vrai dévouement pour son équipe » , décrypte Willy Pasche, membre du groupe de supporters OL Ang’Elles, après la finale.


Loin de la rugosité de Wendie Renard ou de la gentillesse d’Amandine Henry, Shanice van de Sanden est en effet venue apporter au groupe lyonnais une touche de trash, un peu provoc’, mais sans jamais virer dans le borderline. Pour preuve, son discours d’après-match est parfaitement maîtrisé et correspond en tous points à celui d’un club de l’élite européenne, comme entend l’être l’Olympique lyonnais. « Comment je me sens ? Devinez ! » , s’amuse-t-elle en croquant dans sa médaille. « C’est incroyable d’avoir gagné contre le Barça, car c’est une équipe remplie de talents et qui est en pleine progression. C’est pour cela que je fais ce métier : pour gagner des titres encore et encore. Et je suis ravie d’avoir remporté une deuxième fois la Ligue des champions. Le niveau de la compétition devient de plus en plus élevée, car les clubs s’améliorent d’année en année » , analyse-t-elle, non sans s’autoriser quelques gorgées de champagne dans son gobelet rempli à ras bord.



Alors que certaines de ses coéquipières filent vers le bus qui attend pour les ramener à Lyon, Shanice van de Sanden prend le temps de répondre aux médias néerlandais et internationaux qui la sollicitent et joue le jeu de ressasser inlassablement les mêmes réponses aux habituelles questions que l’on entend en zone mixte. Avant de conclure : « Demain (ce dimanche, N.D.L.R.), on déjeunera ensemble une dernière fois avec le groupe et ensuite, il sera temps pour moi de repartir préparer le Mondial avec mon pays. Bien sûr que j’ai envie d’aller loin, mais je ne pense pas déjà à la finale. Il faut prendre les matchs les uns après les autres. » On connaît la chanson. Elle aussi. Et Shanice sait que le final four de cette Coupe du monde aura lieu dans son nouveau chez-elle : à Lyon. Ses compatriotes Lieke Martens et Stefanie van der Gragt, toutes deux coéquipières au Barça, espèrent aussi sûrement découvrir la capitale des Gaules avec autre chose qu'une nouvelle défaite.

Par Julien Duez, à Budapest Propos recueillis par JD.
Photos : JD et Iconsport.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons

Hier à 17:15 Niko Kovač fait du groundhopping en Angleterre 14
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
Hier à 12:14 Amazon Prime bat des records de nouveaux abonnés grâce à la Premier League 11