Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Édito

Serie A : les gros au rendez-vous

Fait rare, voire même inédit : la Juventus, le Napoli, la Roma, l'Inter et Milan ont tous gagné pour cette première journée de Serie A. Ne jamais tirer de vérités d'un premier tour, mais voilà tout de même un signe annonciateur d'une sacrée saison.

Modififié
Trois pour la Juve, trois pour le Napoli, trois pour l'Inter, trois pour le Milan. Si Giampaolo Pazzini n'était pas venu marquer un penalty en fin de match pour le Hellas Vérone, le quatuor Juv-Nap-Mil-Int serait en tête à égalité parfaite. 3-0. Ou 3-1, donc. Des scores ronds, idéaux pour commencer une saison. À ce quatuor vient s'ajouter la Roma, victorieuse 1-0 sur la pelouse de la redoutable Atalanta. Ce n'est pas un 3-0, certes, mais au vu de la valeur de l'adversaire, cela vaut au moins aussi cher. Lazio exclue (0-0 contre la SPAL), tous les favoris ont gagné. Cela peut paraître anecdotique et habituel, mais cela ne l'est pas.


En effet, cela fait très longtemps que tous les gros poissons n'avaient pas gagné leur premier match de championnat. L'an dernier, l'Inter s'était inclinée 2-0 sur la pelouse du Chievo (un Chievo qui réussit toujours ses débuts : cela fait désormais trois saisons que le club veronese prend trois points lors du premier tour) et le Napoli avait concédé le nul face à Pescara. Il y a deux ans, la Juve avait perdu à domicile contre l'Udinese, Milan à Florence et la Roma avait été tenue en échec face au Hellas. C'est simple, depuis la remontée du Napoli en Serie A (à l'été 2007), jamais le quintet Juve-Inter-Milan-Napoli-Roma n'avait réalisé un perfect à la première journée. Annonciateur de quelque chose ? Peut-être.

La Roma aux forceps, la Lazio sans vitesse


Une chose est en tout cas certaine, pour cette première journée de Serie A : les patrons sont déjà... en mode patron. On attendait la Juventus au tournant après sa défaite (méritée) en finale de Supercoupe d'Italie contre la Lazio. Les Bianconeri, bien aidés par Buffon (qui a arrêté le premier penalty décrété par l'assistance vidéo), ont éteint Cagliari d'un 3-0 signé Mandžukić-Dybala-Higuaín. Et Chiellini, orphelin de son binôme Bonucci, a fêté ça en publiant une photo de lui en compagnie de Daniele Rugani. Comme lorsque l'on publie une photo de sa nouvelle conquête sur Facebook pour troller son ex-copine.

Un nuovo inizio. Un nuovo campionato. Una nuova vittoria. Avanti così. #JuveCagliari

Une publication partagée par Giorgio Chiellini (@giorgiochiellini) le


Naples, dans un match piège entre deux rencontres de Ligue des champions face à Nice, a frappé fort avec un 3-1 sur la pelouse du Hellas. Milik, blessé une grande partie de la saison dernière, a planté un but qu'il attendait depuis des mois (il n'en avait marqué qu'un seul depuis son retour de blessure). Cela pourrait être lui, la vraie recrue du mercato napolitain.


Attendues au tournant, les Milanaises ont toutes deux répondu avec un 3-0 autoritaire. Pour Milan, le match s'est décidé après deux minutes de jeu : penalty et carton rouge (d'abord jaune, puis rouge après consultation de la vidéo) pour le défenseur de Crotone. À dix contre onze pendant 90 minutes, le miraculé calabrais de la saison dernière a sombré dès la première période. Pour Milan, victorieux de clubs relativement faibles en C3, il faudra attendre encore quelques semaines avant d'avoir un véritable test.


Tout le contraire de l'Inter qui, pour sa première sortie à San Siro, a terrassé la Fiorentina de Stefano Pioli, son ancien coach. Icardi et Perišić se sont régalés, tandis que Borja Valero, dans l'entrejeu, a déjà prouvé qu'il pouvait être l'homme fort de Spalletti.


La Roma, elle, a fait le strict minimum sur la pelouse de l'Atalanta, quatrième du dernier championnat. Un succès 1-0 grâce à un but plein de malice de sa recrue « contestée » : l'ex-Laziale Kolarov. L'Atalanta aurait peut-être mérité le nul en fin de partie (poteau d'Iličić), mais ce succès obtenu aux forceps, le premier de l'ère post-Totti (qui rongeait son frein en tribunes) est aussi la preuve que, malgré des matchs amicaux compliqués, la Roma sera encore un sacré client cette saison. D'ailleurs, la Roma-Inter de la semaine prochaine, au stadio Olimpico, fait déjà saliver. L'Olimpico a d'ailleurs été le théâtre de la première vraie surprise de la saison : le nul 0-0 entre la Lazio et la SPAL, de retour en Serie A après 49 ans. Certainement encore dans les nuages après sa victoire en Supercoupe contre la Juve, la Lazio, privée de ses mobylettes Keita (mis hors du groupe et sur le départ) et Felipe Anderson (blessé), n'a pas su faire sauter le verrou d'une équipe organisée comme si elle était là depuis toujours. Preuve que Simone Inzaghi peut faire des miracles, mais pas celui d'inventer des joueurs que sa direction ne lui a pas fournis.


Dix choses à retenir de cette première journée de Serie A


C'est la première fois que Mandžukić, Dybala et Higuaín marquent chacun un but lors d'un même match.

L'histoire retiendra que le premier penalty accordé par l'assistance vidéo l'a été contre la Juve, et a surtout été stoppé par l'éternel Buffon.


Première titularisation et premier but en Serie A pour le joueur de l'AC Milan Patrick Cutrone, 19 ans, attaquant formé au club.

Totti en costard, il est beau, mais c'est bizarre quand même.


Buteur contre l'Atalanta avec la Roma, Aleksandar Kolarov marque en Serie A 2737 jours après son dernier but dans le championnat italien. Le dernier en date avait été inscrit avec le maillot de la Lazio, contre Palerme, le 21 février 2010.


Belle journée pour les Di Francesco. Le papa, Eusébio, a obtenu une victoire pour son baptême sur le banc de la Roma, tandis que le fiston, Federico, a marqué pour Bologne, face au Torino.

Fabio Quagliarella a inscrit ses 109e et 110e buts en Serie A. Comme Totti est à la retraite, et Gilardino et Cassano sans club, il est officiellement le meilleur buteur de Serie A en activité, juste devant Giampaolo Pazzini (108e but ce week-end) et Sergio Pellissier (107). De quoi fêter ça comme ça :

Vidéo

La stat à la con : puisqu'elle a fait 0-0 sur la pelouse de la Lazio, la SPAL n'a pas perdu le moindre match de Serie A depuis le 12 mai 1968, date de sa dernière défaite. Soit 49 ans, 3 mois et 8 jours d'invincibilité.


L'autre stat à la con : puisqu'il s'est incliné 2-1 face à la Sampdoria pour son baptême dans l'élite, Benevento vante un bilan de 100% de défaites dans son histoire en Serie A.

- 22 buts ont été inscrits lors de cette première journée. Dont cinq par des anciens de Ligue 1/Ligue 2 : Samuel Souprayen (contre son camp), Faouzi Ghoulam, Ivan Perišić, Cyril Théréau et Valter Birsa. En attendant Blaisou.

Par Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


À lire ensuite
48 heures chrono