Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // ASSE-OL

Selnæs, soleil vert

Meilleur passeur du club du Forez en championnat cette saison, le milieu norvégien éclaire l'entrejeu stéphanois. Normal pour un type qui enquille depuis plusieurs mois les matchs de patron, pilote les cris de guerre d'après-match et file une bonne vieille bromance sur le pré avec Yann M'Vila.

Modififié

En voilà un drôle d'astre. Le genre d'étoile pâle loin de flamber comme une supernova, mais autour de laquelle le jeu de Saint-Étienne a bien fini par graviter. Pas d'éruption solaire en vue de la surface de l'étoile Selnæs. La gueule est passe-partout, le physique aussi, le style de jeu pas tape-à-l’œil. Pour brûler dans le feu du Norvégien, il faut creuser encore. Ne surtout pas s’arrêter aux apparences. S'enfoncer un peu plus dans les méandres de sa caboche, pour découvrir sa petite galaxie à lui.

Faux timide


Voilà près de trois ans que le Norvégien traîne son mètre 87 dans le Forez. Après des débuts mitigés sous Christophe Galtier, il a pris une nouvelle dimension avec Jean-Louis Gasset. Peut-être le temps de briser la glace. Débarqué à l'ASSE après quatre saisons du côté de Rosenborg, le joueur de 24 ans se définit lui-même comme « quelqu’un de plutôt réservé dans la vie de tous les jours. C’est d’ailleurs ce que pensent de moi les gens qui ne me connaissent pas » . Grave erreur.


Car il y a de la passion chez ce garçon-là. 8 octobre 2016 : après la défaite de la sélection norvégienne contre l'Azerbaïdjan à Bakou (1-0), Ole balance quelques douceurs à un juge de touche dont il a moyennement apprécié la prestation. Un écart qui lui vaudra onze mois de suspension : « Quand je suis passé devant lui vers les vestiaires, je lui ai dit : "Vous les arbitres, vous avez sifflé pour n'importe quoi. Vous êtes des putains de mauvais." »

Sans alcool, la fête est plus folle


Rangez vos discours prémâchés, le numéro 17 des Verts a de la fraîcheur sur la langue. La marque d'un type qui n'a jamais cherché à faire comme tout le monde : « En Norvège, mes professeurs ont dit qu'il était impossible de vivre du football, mais je ne les écoutais pas. Mes potes, eux, ont commencé à picoler à l'âge de quinze ans et à sortir tous les week-ends. Mais moi, la première fois que j'ai bu de l'alcool, j'avais plus de 18 ans. Pour le Russ (une tradition norvégienne où les néo-étudiants fêtent la fin de leurs années lycée, N.D.L.R.), je n'ai rien fait. »

Vidéo

Pas besoin de boire pour laisser sortir la bête, Ole est du genre naturellement agressif sur le pré. Rarement dangereux, mais souvent rageur et parfois en retard. Cette saison, il s'est déjà chopé six jaunes. Ce qui en fait le second Stéphanois le plus averti en Ligue 1, après Khazri. Une question de principe : « J'aime quand les supporters de nos adversaires me haïssent. Je trouve ça cool. Je prends ça comme un compliment. Je l'avoue, j'aime bien les provoquer. C'est amusant de les allumer un peu. Les réactions trop formatées, ce n'est pas ma tasse de thé. » En revanche, Selnæs aime beaucoup s'éclaircir le gosier après les matchs, où c'est lui qui pilote le chant de la victoire gueulé par les Verts dans le vestiaire : « Il a deux visages, pose Loïc Perrin. Quand il fait le cri de guerre, ce n'est pas le même que dans la vie de tous les jours. On avait vu les vidéos sur Youtube du chant de la victoire de Rosenborg et on lui a demandé de le refaire dans le vestiaire. »

Bon pied, bon œil


Enfin bien dans ses pompes en France après des débuts difficiles sur le plan personnel et sportif – il a même un temps logé chez son compatriote et ami Alexander Søderlund après avoir été victime d'un cambriolage en octobre 2016 –, le joueur a véritablement passé un palier depuis quelques mois. Et l'arrivée de son binôme du milieu de terrain à l'ASSE en janvier 2018, Yann M'Vila, n'y est certainement pas étrangère. Quand Christophe Galtier avait souvent confiné Selnæs à un rôle de sentinelle, Gasset a profité de la venue de l'international français pour l'associer au Norvégien devant la défense de son 3-5-2. Bilan : le volume de jeu de l'ancien Rennais libère l'ex de Rosenborg, lui permettant d'évoluer un cran plus haut et d'être plus décisif (en témoignent ses cinq services décisifs en Ligue 1, qui font de lui le meilleur passeur des Verts en championnat).


« Avec Selnæs, on n’a pas trop besoin de se parler. C’est le langage du football..., confirme M'Vila. On a réussi à s’entendre dès les premiers matchs. Lorsqu’un de nous deux monte, l’autre le couvre. C'est quelqu'un de discret, mais je peux vous dire que sur le terrain, ce n'est pas le même homme... » Voilà désormais le Norvégien capable de démontrer qu'il fait partie de ces milieux ayant un petit truc en plus. Dans la compréhension comme dans la construction du jeu. Selnæs joue sobrement, mais il voit plus vite. Il a l’œil. L'instinct. « J'ai cette faculté à analyser le positionnement de mes coéquipiers et de mes adversaires. La chose la plus importante pour moi, c'est de savoir à l'avance ce qu'il faut faire dans le prochain mouvement. Mais il faut aussi être capable de changer d'avis très rapidement... Ce que je ressens est l'une de mes grandes forces. » Pour l'heure, Ole Selnæs et son football ne se sont sans doute jamais aussi bien sentis dans le Forez. Ne leur reste plus qu'à confirmer, notamment face à l'OL ce dimanche soir, qu'ils sont bien partis pour éclairer le jeu de la planète verte pour encore de nombreux mois.

Par Adrien Candau Tous propos issus de Josimar et Canal +
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Un derby avec Sainté devant, qu'est-ce que ça peut donner ?




Dans cet article


Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE

il y a 11 heures Martin Garrix composera l'identité sonore de l'Euro 2020 39
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
il y a 12 heures Un match de FA Cup arrêté après des insultes racistes 1 il y a 13 heures Ciani annonce sa retraite 8