Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1/2 finale aller
  3. // Bayern Munich/Barcelone

Secrets et mystères médicaux du FC Barcelone

Initialement absent pour trois semaines, Lionel Messi n’a mis qu’une semaine à se remettre de sa blessure parisienne. Un flou entretenu par le Barça autour de son indisponibilité qui illustre parfaitement la communication blaugrana autour des thèmes médicaux. Un mystère calculé.

Modififié
« Lionel Messi n’a pas encore le feu vert médical, mais s’il voyage avec l’équipe, c’est qu’il est prêt. C’est au staff de prendre la décision » . En quelques mots, Andoni Zubizarreta, directeur sportif du Barça, souligne tout le paradoxe barcelonais. Oui, Messi peut jouer. Oui, il n’a pas encore reçu l’aval médical. Ce concentré de paradoxes ne relève pas du « parler pour ne rien dire » . Par cette communication bien travaillée, l’ancien gardien entretient un mystère qui n’en est pas un. Car c’est un secret de Polichinelle : après s’être entraîné normalement avec le groupe en fin de semaine dernière, l’Argentin sera bien titulaire ce mardi soir à Munich. Comme lors du retour face au PSG, le Barça entretient donc l’actualité des journaux espagnols. Ainsi, peu après cette déclaration, les sites de Marca, du Mundo Deportivo et de Sport ouvraient par cette déclaration. Du coup, pas grand-monde ne parle des vrais maux blaugranas : le manque de fluidité dans le jeu, une défense de plus en plus friable… On appelle ça un bon « coup de com » , ou comment éviter des choses qui fâchent.

La « pubalgie » d’Abidal

Comme dans tout grand club, la communication barcelonaise est verrouillée. « Le Barça a un chef médical qui s’appelle Ramon Canal. Dès qu’il se passe quelque chose, il communique au club qui rédige un communiqué de presse. Aujourd’hui, comme c’est le cas au Real Madrid, le club transmet de moins en moins d’informations. Le communiqué est très simple. Par exemple, c’est : "Jordi Alba a reçu l’accord médical". Point  » , explique David Rubio, journaliste à Sport. De fait, les journalistes n’ont pas grand-chose à se mettre sous la dent. Encore moins lorsqu’il s’agit des cas Abidal et Vilanova. « Les cas d’Eric Abidal et de Tito Vilanova sont à mettre à part, nuance Sergi Solé du Mundo Deportivo. Je pense qu’aucune personne ne souhaiterait communiquer sur son cancer. Nous avons su que les deux allaient se faire opérer, et pour quelles raisons. Mais nous ne l’avons appris que le jour-même  » . Pis, le club a même tenté de berner la presse en ce qui concerne le Français. Sergi Solé toujours : « Pour Abidal, lors de sa première tumeur, le club a déclaré une semaine avant l’opération qu’il avait une pubalgie. Logiquement, tous les journalistes ont cru le club. Pour Éric, dire que son absence était simplement due à cette blessure, ça l’a irrité. Seulement dans ce cas précis, le Barça n’a pas dit la vérité » .

Désormais, il tente de cacher cette dite vérité. Si « le club n’a délivré d’informations que lorsque Abidal est revenu à l’entraînement, (…) le club n’a jamais délivré la moindre information sur le cas de Tito » , relate David Rubio. Toujours aux aguets, la presse sportive espagnole – à l’inverse des tabloïds anglo-saxons – ne dérape jamais lorsqu’il s’agit de la vie privée des joueurs. « Par respect pour l’intimité des personnes concernées » , dit-on. En revanche, en ce qui concerne les blessures « normales, il arrive que de temps en temps cela ne corresponde pas à la réalité : des joueurs reviennent avant ou après le temps annoncé » , ajoute Luis Fernando Rojo, suiveur du club catalan pour Marca, avant de poursuivre : « Il y a des joueurs qui sont revenus beaucoup plus tôt que prévu comme Puyol à plusieurs reprises, ou encore Adriano. Mais c’est très difficile de savoir quand est-ce que cela est une stratégie et quand cela tient seulement du médical  » . Par ricochet, « de plus en plus, les joueurs reçoivent le feu vert médical le jour même du match. Par exemple, Messi, à l’heure actuelle, n’a pas encore le feu vert des médecins » , reprend David Rubio.


Noyer le poisson


Messi qui, par son passé hautement "médicalisé", cristallise toutes les attentes journalistiques et toutes les précautions communicationnelles. « Le soir même de sa blessure au Parc, Messi a subi une infiltration et le club se disait qu’il serait absent trois semaines, retrace Sergi Solé. Dans la foulée, le club a déclaré dans un communiqué que jusqu’à ce que le joueur passe des tests médicaux approfondis, personne ne saurait sa période d’indisponibilité. Le jour suivant, on a su que selon l’évolution de sa blessure, il pourrait peut-être jouer lors du retour  » . Et Messi a joué. Et, de par sa présence, il a changé le cours d’une rencontre dominée par les Parisiens. A travers sa non-communication sur le sujet, le Barça a réussi un sacré tour de passe-passe : concentré toutes les attentes sur le seul Messi sans délivrer d’information. « Bien entendu, cela fait également partie d’une stratégie pour entretenir le mystère, commente Luis Fernando Rojo de Marca. Mais ceci n’est pas propre au Barça. Tous les grands clubs utilisent ces stratégies » .

Plus que pour le simple intérêt de la presse, le club tente par la même de perturber la préparation de son adversaire. « C’est également une stratégie pour cacher jusqu’au dernier moment si le joueur en question va jouer et changer la tactique adverse » , continue le journaliste de Marca. « Les clubs ne fonctionnent plus comme avant. Ils préfèrent ne plus dire grand-chose, généralise David Rubio. Avec Messi, ils se disent que s’ils annoncent le feu vert dans une semaine et que finalement il ne peut pas jouer, ils auront tout faux. Alors ils préfèrent le silence » . Un silence qui n’empêchera pas Messi d’être bien présent sur la pelouse de l’Allianz Arena ce mardi soir. Car c’est de notoriété publique, « tout le monde sait que Messi sera présent mardi » , conclut David Rubio. Pour le plus grand plaisir des supporters barcelonais, des amateurs de football. Et des médecins, aussi.

Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur