Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 15 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Manchester City-Chelsea (6-0)

Sarri, le temps et la manière

Foudroyé à l'Etihad Stadium dimanche (6-0), Chelsea est éjecté du top five et voit Maurizio Sarri danser sur un fil. De quoi le faire trembler ? De quoi surtout pousser l'Italien à crier une nouvelle fois haut et fort qu'il ne changera pas. Et il a raison.

Modififié
Comme un cow-boy solitaire, incapable de tirer, Maurizio Sarri quitte le saloon, seul. Au fond, n’avait-il pas prévenu son assistance ? Si, en plein mois d’août : « Cela va demander du temps. Les dirigeants en ont conscience, ils en ont pleinement conscience. (...) Je sais que je dois m’adapter aux caractéristiques de mes joueurs, pas l’inverse, mais pour arriver à jouer le football que je souhaite, il nous faudra du temps. Peut-être d’ailleurs que nos performances, lors de la première partie de saison, ne seront pas à la hauteur du potentiel de cette équipe. » Par "jouer", entendre parler : un style de jeu est une discussion entre joueurs, une pièce que l’on apprend et qu’on récite les yeux fermés. Ce que Manchester City est aujourd’hui capable de faire et ce qu’est venu expliquer avec les yeux de l’amour Pep Guardiola après la septième sortie à domicile en 2019 de ses hommes, dimanche, face à un Chelsea mis à terre comme rarement (6-0). Sept sorties pour sept victoires, trente-cinq buts marqués, deux encaissés. Extrait : « Depuis que je suis entraîneur de Manchester City, c’est peut-être notre plus belle victoire, oui. Je ne peux que remercier mes joueurs pour ce qu’ils ont fait. (...) Je sais que c’est compliqué pour Maurizio, mais les gens ne se rendent pas compte à quel point il est difficile de mettre en place ses idées. Cela demande du temps, de la patience. N’oubliez pas ma première saison ici. »

Jorginho dans la jungle


Personne n’a oublié, Pep. Mais impossible de ne pas se poser la question : Chelsea va-t-il faire l’incroyable erreur de faire exploser le processus enclenché par son entraîneur italien l’été dernier ? Dimanche soir, on en est là : les Blues viennent de connaître la plus large défaite de leur histoire en Premier League, n’avaient plus reçu une telle baffe depuis une claque ramassée à Nottingham en avril 1991 (7-0), mais ont surtout volé en éclats tactiquement à l’Etihad, et ce, pour la troisième fois consécutive à l’extérieur. Trois défaites, douze buts encaissés, aucun but marqué. Pour les mêmes maux : à l’Etihad, Chelsea a avant tout implosé défensivement, plombé par la terrible performance de ses latéraux (Marcos Alonso et César Azpilicueta, qui avait été à la base du succès lors du match aller au Bridge) et de centraux souvent hors sujet à la relance ; a flanché sur le point principal soulevé avant la rencontre par un Sarri qui avait averti que son adversaire pourrait jouer « s’il parvenait à stopper Jorginho » , ce qu’il n’a pas peiné à faire ; et n’est jamais parvenu à capitaliser sur les quelques décalages offensifs réussis, Pedro croquant notamment une balle en or de 4-1.

« Mon objectif reste le même : qu'on joue mon football »


La défaite du jour est surtout celle d’une idée, d’une approche, d’un art de la conversation qui ne prend pas : Maurizio Sarri demande du temps, mais sait qu'il n'en est plus maître. « Aujourd’hui, je suis inquiet à cause de la performance des joueurs, de mon équipe, pas de mon travail, est-il venu exposer après la rencontre. Je sais qu’il y a toujours un risque de le perdre, mais pour en connaître plus sur mon avenir, il faut interroger les dirigeants. Est-ce que j’ai l’espoir de voir un jour mon football réussir en Angleterre ? Non, car aujourd’hui, je n’ai pas vu mon football. Non, car au départ, ça fonctionnait et qu’aujourd’hui, ça ne fonctionne plus. Il faut désormais qu’on essaie de comprendre ce qui ne fonctionne plus, qu’on trouve les raisons de cet échec. Au départ, on jouait mieux à l’extérieur qu’à la maison et aujourd’hui, c’est l’inverse. Mon objectif reste le même : qu’on joue mon football. » Et pas un autre, Sarri n’étant pas venu à Chelsea pour bousculer ses idéaux. Si on est venu le chercher, c’est pour son style de jeu, alors pourquoi changer ? La forme n’évoluera pas, mais les hommes ? Face à City, N’Golo Kanté a une nouvelle fois semblé hors cadre dans un nouveau rôle où il s’adapte aux demandes plus qu’il ne réalise de performances selon ses qualités. L’enjeu des prochaines semaines est là car Chelsea, sixième après cette vingt-sixième journée, peut encore accrocher un top four en fin de saison. Ce n’est pas qu’une question de coach, c’est une histoire de la patience politique. N’oublions pas la première saison de Guardiola en Premier League.



Par Maxime Brigand, à l'Etihad Stadium
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 43 minutes Le magnifique coup franc d'un gardien norvégien en amical
il y a 2 heures Giovinco : « Aucun joueur n'a été champion en Europe, aux USA et en Arabie saoudite » 37
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur