Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Séville-Inter (3-2)

San Diego

Alors qu'il aurait pu coûter la finale à son équipe après une première période terrible et à l'image de ses dernières prestations, Diego Carlos a finalement relevé la tête pour offrir la Ligue Europa au FC Séville (3-2) d'une folle inspiration. Une soirée improbable pour conclure comme il faut une très solide première saison andalouse pour l'ancien Nantais, qui a pris une nouvelle dimension en Espagne.

Modififié
Ça a toujours été ça, Diego Carlos : une statue grecque qui, dans un mélange de légèreté, talent et insouciance, semble souvent se trouver sur le fil du rasoir. De son arrivée à Nantes en 2016 en provenance d'Estoril jusqu'à ce 21 août 2020, le Brésilien n'a vraisemblablement changé ni son football ni sa façon de faire. Et vendredi soir, on a bien cru que ça se terminerait très mal pour le défenseur central. Dès la troisième minute, moment où Romelu Lukaku a décidé de se mettre en route, c'est la face sombre de Diego Carlos qu'il nous a été donné de voir : celle qui le transforme en éléphant dans un magasin de porcelaine. Pris en un contre un par le Belge, il a tenté de rattraper son égarement en se précipitant sur son vis-à-vis sans prendre en compte l'endroit du terrain sur lequel il se trouvait, à savoir ses seize mètres, passant proche de l'exclusion et offrant surtout l'ouverture du score à son adversaire.


Cette face sombre, c'est également celle qui l'avait fait sombrer depuis le début du Final 8 avec, déjà, deux penaltys du même acabit – comprenez probablement évitables – provoqués sur Adama Traoré en quarts de finale face à Wolverhampton et Marcus Rashord en demies contre Manchester United. À chaque fois, les Sévillans s'en étaient tout de même sortis (1-0 puis 2-1) ; mais cette fois-ci, on a bien cru qu'il plomberait pour de bon les siens et qu'il serait l'homme qui allait faire perdre au Séville FC une finale européenne pour la toute première fois. Car le bougre a également tout fait de travers une demi-heure plus tard, en concédant un peu bêtement une faute dans son camp avant d'être battu dans les airs par le roublard Diego Godín, sur le 2-1 intériste. Et ce, après avoir failli concéder un deuxième coup de pied de réparation avec une mimine maladroite, à la sortie du dernier quart d'heure, sur un ballon négocié par Nicolò Barella.

Lukaku, de bourreau à victime

Bref, le grand Diego n'était pas dans son assiette, mais ça n'a pas duré. Après la pause dans un moment de panique des Andalous, il a commencé par se jeter sur Roberto Gagliardini dans sa surface, pour contrer une tentative qui partait bien et aurait peut-être amené le 3-2 nerazzurro. Revenu au diapason de ses coéquipiers en deuxième période, il est ensuite sorti de sa boîte un peu plus de vingt minutes plus tard, alors que personne ne s'y attendait. Il fallait le tenter, ce ciseau retourné à la retombée d'un coup franc d'Éver Banega, alors qu'il en avait déjà raté un durant le premier acte, que sa confiance aurait normalement dû être au plus bas et que Jules Koundé, vraisemblablement mieux placé que lui, le suppliait de le laisser envoyer une chiche. Comme le football aime nous offrir des moments de grâce, c'est Lukaku, tortionnaire initial, qui lui a même permis d'inscrire ce pion légendaire en déviant le pétard dans ses propres filets.



En voyant le héros du soir célébrer sa réalisation – l'occasion d'ailleurs d'accueillir son futur enfant en beauté –, on aurait presque dit qu'il s'y attendait. Que tout était sous contrôle. Mais on comprend tout de même pourquoi l'Auriverde était en larmes, drapeau national sur les épaules, au moment de rendre hommage à ses coéquipiers au micro de RMC Sport après avoir pu embrasser le trophée pour clôturer un exercice remarquable. Cette saison, la commode Louis XVI de Barra Bonita est entrée dans la cour des grands – après avoir mis tout le monde d'accord sous le maillot des Canaris et offert un chèque de quinze millions à la Maison jaune – et ça n'a pas loupé : l'ancien partner in crime de Nicolas Pallois s'est tranquillement imposé dans la charnière centrale des Blanquirrojos pour devenir l’un des tout meilleurs défenseurs de Liga, et son association avec la pépite Jules Koundé a fait des étincelles qui n'ont pas manqué d'émerveiller les grosses écuries européennes (Liverpool, City et le Barça se seraient d'ailleurs positionnés sur le Brésilien). On dit que les footballeurs sont à leur prime vers leur 27 ou 28 ans. Il faudrait tout de même demander à Diego, qui soufflera ses 28 bougies dans un peu plus de six mois, s'il compte réellement s'arrêter là.

Par Jérémie Baron
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons

Hier à 14:00 EuroMillions : 130 millions d'€ à gagner + 1 millionnaire garanti ce vendredi au Méga Jackpot
Hier à 17:30 Vous pensez tout savoir sur la saison 2019-2020 du PSG ? 1
Partenaires
Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi
Hier à 12:03 Traité de « buffle », Akinfenwa regrette que la fédération l’ait « laissé tomber » 74 Hier à 10:03 Seize joueurs de Flamengo positifs au Covid-19 4