Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Multiplex

Sainté et Montpellier s'éclatent, Lille s'écrase

Apparemment, les clubs de Ligue 1 savent voyager, avec quatre victoires à l'extérieur cet après-midi. Alors que Montpellier, Saint-Étienne et Nice engrangent les points dans la course à la cinquième place contrairement à Nantes, Lille s'enfonce dans la crise et Metz laisse encore filer deux points.

Modififié

Caen 1-3 Montpellier

Buts : Santini (87e) pour Caen // Sio (21e et 53e) et Skhiri (23e) pour Montpellier

Sans faire de bruit, avec un effectif qui ne paie pas de mine sur le papier, le Montpellier de Michel Der Zakarian est en train de faire une sacrée saison. Encore une fois hermétique, la deuxième meilleure défense de Ligue 1 – derrière le PSG – a étouffé son adversaire. Dès le début du match, plombé par de nombreuses absences, le Stade Malherbe est pris à la gorge. Et puis, en deux minutes, les Montpelliérains décident de plier le match. Complètement seul au second poteau, Giovanni Sio pousse le ballon au fond des filets sur un bon centre de Salomon Sambia. Et quelques instants plus tard, c'est Ellyes Skhiri qui traîne au second poteau sur un corner pour doubler la mise tout de suite. Après la pause, sur une énième contre-attaque, Giovanni Sio profite encore une fois des largesses de la défense caennaise pour faire le break définitif en deux temps. La réduction du score d'Ivan Santini en toute fin de match ne change rien : Montpellier chipe la cinquième place de Ligue 1 au Stade rennais.

Caen (4-3-3) : Vercoutre - Guilbert, Genevois, Djiku, Bessat - Féret, Sankoh, Peeters - Rodelin, Santini, Bazile.
Montpellier (3-4-3) : Lecomte - Mukiele, Hilton, Congré - Aguilar, Skhiri, Lasne, Roussillon - Ikoné, Sio, Sambia.


Guingamp se relance face aux Girondins


Lille 0-1 Amiens

But : Mendoza (53e) pour Amiens

Si la tristesse, la mélancolie et la dépression devaient être représentées par un stade, ce serait à coup sûr Pierre-Mauroy. Ce dimanche après-midi, le LOSC s'enfonce encore un peu plus dans le brouillard. Dans un stade à huis clos – à cause de l'envahissement de terrain de ses supporters après le match contre Montpellier – le silence est total pour entendre Ibrahim Amadou crier de douleur. Dès le premier quart d'heure, le capitaine lillois sort sur blessure. Premier coup dur. Les Lillois ne veulent pas se laisser abattre et se procurent quelques occasions, mais manquent de précision dans le dernier geste, à l'image de Yassine Benzia. Peu de temps après la pause, les Lillois craquent et enchaînent les mauvaises passes vers l'arrière, offrant un but à John Mendoza. Deuxième coup dur. Ensuite, le cauchemar continue pour les Nordistes, qui n'obtiennent pas de penalty sur une faute de main flagrante d'un défenseur amiénois, avant de taper la barre transversale puis le poteau par l'intermédiaire de Thiago Mendes. La saison va être difficile jusqu'au bout pour les Lillois.

Lille (4-2-3-1) : Maignan - Malcuit, Ié, Alonso, Ballo-Touré - Amadou, Maia - Pépé, Benzia, Mendes - Mothiba.
Amiens (4-2-3-1) : Gurtner - Dibassy, Gouano, Adénon, Cissokho - Avelar, Monconduit - Zungu, Kakuta, Mendoza - Konaté.



Nantes 0-3 Saint-Étienne

Buts : Debuchy (17e) et Cabella (54e et 63e) pour les Verts

Jamais un latéral droit n'avait été aussi décisif en débarquant dans un club. Depuis son arrivée à Saint-Étienne cet hiver, Mathieu Debuchy est inarrêtable. Dès le tout début du match, c'est lui qui est à l'origine d'une action folle où Tătăruşanu doit sortir deux parades et où ses défenseurs doivent sauver deux fois le ballon sur la ligne. Ensuite, c'est encore lui qui ouvre le score juste après le quart d'heure de jeu, sur un but de raccroc après un bon débordement de Rémy Cabella. Debuchy a fait son taf et peut désormais passer le relais à celui qui l'a servi pour faire la différence. D'ailleurs, c'est censé être un peu plus son rôle. Alors que les Stéphanois dominent assez largement la première période, Rémy Cabella attend la seconde pour se mettre en évidence. En un peu plus de quinze minutes après la pause, il signe un beau doublé, avec un énorme déboulé sur le second but, et met Sainté à l'abri. En face, les Nantais sont complètement passés à côté de leur match. Alors que l'on parlait de maintien pour les Verts il y a encore quelques semaines, les voilà qui se prennent à rêver à nouveau d'Europe.

Nantes (4-2-3-1) : Tătăruşanu - Dubois, Carlos, Pallois, Lima - Moutoussamy, Krhin - El Ghanassy, Rongier, Bammou - Sala.
Saint-Étienne (4-2-3-1) : Ruffier - Debuchy, Subotić, Perrin, Silva - Selnæs, Mvila - Hamouma, Cabella, Monnet-Paquet - Bamba.



Strasbourg 2-2 Metz

Buts : Bahoken (17e) et Seka (80e) pour Strasbourg // Rivière (24e, sp) et Mollet (46e)

Même lorsque les planètes semblent s'aligner pour eux, les Messins parviennent à laisser échapper la victoire. Alors que les Lorrains sont menés 1-0 depuis cinq minutes et l'ouverture du score de Stéphane Bahoken, Rudy Buquet décide de donner un coup de pouce à la lanterne rouge en sifflant un penalty pour une main strasbourgeoise. Sauf que c'est Niakhate, le défenseur messin, qui a touché le ballon de la main. Après de longues minutes de discussion et de contestation, Emmanuel Rivière finit par tirer son penalty. Et le transformer. Jusque-là complètement dominés, les Messins profitent de ce coup de chance pour se remobiliser et reprendre l'ascendant sur le plan mental. Et ça paie juste après le retour des vestiaires. Face à des Strasbourgeois apathiques, Florent Mollet, complètement seul, reprend le centre de Mathieu Dossevi pour permettre aux siens de prendre les devants. Peu après l'heure de jeu, Strasbourg est réduit à dix après l'expulsion de N'Dour. Parfait pour Metz, qui file vers ces précieux trois points. Sauf que les hommes de Frédéric Hantz gâchent tout. Selimovic se fait expulser bêtement pour le dernier quart d'heure. Ses coéquipiers se déconcentrent sur le terrain alors que les esprits s'échauffent. La sanction est immédiate avec cette bonne grosse minasse de Seka pour égaliser. Avec huit matchs sans victoire en Ligue 1, Metz vient de laisser passer son énième « dernière chance » .


Strasbourg (4-3-1-2) : Oukidja - Seka, Kona, Martinez, N'Dour - Martin, Aholou, Liénard - Corgnet - Bahoken, Blayac.
Metz (4-2-3-1) : Kawashima - Balliu, Selimovic, Niakhate, Rivierez - Poblete, Cohade - Dossevi, Mollet, Roux - Rivière.



Troyes 0-2 Nice

Buts : Pléa (16e et 83e) pour Nice

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'Alassane Pléa est en forme olympique en ce moment. Alors qu'il reste sur un impressionnant quadruplé contre Guingamp et sur une passe décisive contre le PSG, l'attaquant niçois ne tarde pas pour se mettre en évidence. Positionné côté gauche, il multiplie les sprints et les dribbles dans son couloir, faisant perdre la tête aux Troyens. Il bute d'abord sur Zelazny après un déboulé, avant de profiter d'une grossière erreur de relance pour ouvrir le score de l'extérieur de la surface. Toujours à l'affût, il profite d'une nouvelle erreur d'Osvaldo Vizcarrondo pour délivrer une véritable offrande à Jean-Michaël Seri, qui manque un but tout fait. Alors que les Niçois dominent largement, ils se mettent en danger tout seuls en n'arrivant pas à mettre le but du break. Alors puisque Seri, mais aussi Pierre Lees-Melou et Allan Saint-Maximin ne parviennent pas à convertir leurs occasions, c'est bien évidemment Pléa qui s'en charge. En fin de match, l'ancien Lyonnais s'offre un doublé et clôt les débats. Homme du match.

Troyes (4-2-3-1) : Zelazny - Deplagne, Vizcarrondo, Hérelle, Traoré - Azamoum, Bellugou - Grandsir, Nivet, Darbion - Niane.
Nice (4-3-3) : Benítez - Souquet, Le Marchand, Dante, Marlos - Lees-Melou, Cyprien, Seri - Saint-Maximin, Balotelli, Pléa.


  • Résultats et classement de Ligue 1



    Par Kevin Charnay
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Hier à 15:23 Rocco Siffredi prend la défense de Ronaldo 159 Hier à 12:37 Wenger est prêt à retrouver du boulot « à partir du 1er janvier 2019 » 36
    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Olive & Tom