Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // ASSE-Monaco (1-0)

Sainté stoppe Monaco

Sur une série de trois succès d'affilée toutes compétitions confondues, l'ASM s'est inclinée à Saint-Étienne. Qui a gagné 1-0 pour la troisième fois en cinq rencontres, depuis que Claude Puel est arrivé. Son équipe grimpe à la huitième place, pendant que Monaco reste englué au quinzième rang.

Modififié

Saint-Étienne 1-0 Monaco

But : Bouanga (59e)

Quand le treizième de Ligue 1 rencontre le quinzième, l'attente de spectacle n'est pas forcément au rendez-vous. Surtout si le stade qui accueille la rencontre, d'ordinaire bruyant et en chaleur, n'a pas le droit de faire entrer ses kops en raison d'un huis clos partiel. Mais quand ces deux équipes ont autant de points d'avance sur la lanterne rouge que d'unités de retard sur la zone Ligue des champions, c'est-à-dire seulement quatre, alors l'intérêt redevient légitime et les yeux peuvent se river sur l'écran.


Malheureusement pour la publicité de ce championnat ultra serré et même si quelques actions sont venues titiller la vue durant cette opposition équilibrée, son match du dimanche soir comptant pour la douzième journée n'a pas donné lieu à un scénario de dingue. Ni à une ribambelle de buts, bien au contraire. Mais dans un Geoffroy-Guichard pas vraiment en mode chaudron, Saint-Étienne a piégé Monaco sur la plus petite des marges grâce à une seconde mi-temps parfaitement maîtrisée et une organisation cohérente à défaut d'être hyper esthétique. Ce qui permet aux joueurs de Claude Puel de grimper en huitième position, et à ceux qui les suivent attentivement de sauter au plafond. En face, la bande de Jardim ne peut que se désoler de son quinzième rang alors qu'elle restait sur trois succès consécutifs toutes compétitions confondues.

Ruffier, Lecomte est bon


Que retenir, de la première période ? Les nombreux duels gagnés par Monaco (plus de 60%), effectivement. La blessure de Cabaye remplacé par Aholou, écopant d'un carton jaune quelques secondes après son entrée, aussi. Les approximations dans les deux zones de vérité, bien entendu. L'aisance de Ben Yedder, également. Et les quelques occasions qui n'ont pas trouvé la faille, surtout. La première a lieu dès la deuxième minute, lorsque la frappe puissante d'Henrichs trouve les poings de Ruffier.


La deuxième ? En faveur de Saint-Étienne cette fois, avec la tentative de Bouanga parfaitement stoppée par Lecomte. Ensuite, le même Bouanga envoie le ballon trop haut alors qu'il est bien placé pour le faufiler dans les filets. Enfin, le tir de Silva paraît inatteignable pour le portier vert, mais file à côté de ses cages. Sinon, Bouanga se montre encore peu avant la pause, mais le gardien monégasque ne frissonne même pas. Bref, il manque encore une vraie étincelle pour faire dégoupiller ce duel dominé par les visiteurs face à des locaux préférant miser sur les contres. Oui, un éclair pour dépuceler ce score qui semble ne pas avoir envie d'un quelconque geste d'affection.

Le Puelisme, quand personne ne s'y attend


Finalement, la flamme voit la nuit à l'heure de jeu. Élément le plus en vue des siens avec Youssouf, Bouanga ouvre la marque en reprenant au rebond une balle d'Hamouma écartée par Lecomte. Surprenant, tant le Rocher ne se trouvait pas en situation d'usure. La patte Puel ? Peut-être bien, puisque Sainté n'a pas été battu en quatre rencontres depuis sa nomination et a toujours fait trembler les filets au moins une fois. Plutôt intelligents, les Verts suivent donc scrupuleusement le plan de leur coach et manquent le break par la tête d'Hamouma qui fait briller Lecomte.



C'est que sans son précieux Slimani, la Principauté galère à faire mouche. Alors, Jardim lance sa triplette de cartes Augustin/Aguilar/Ballo-Touré. Sans trop de résultats, l'ASSE réduisant maintenant chaque espace au minimum et s'appuyant comme jamais sur ce pion qui doit beaucoup aux corrections tactiques apportées à la pause. Plus à l'aise en seconde période, les locaux font donc bonne figure et ne subissent pas à outrance, même si Fofana est à un hors-jeu de recevoir un carton rouge retiré par la VAR. Ce sont même eux qui se font dangereux, à plusieurs reprises. Sans compter qu'Aguilar, expulsé pour une faute en tant que dernier défenseur sur Bouanga, file aux vestiaires plus tôt que prévu. Du coup, l'ASM s'incline de nouveau et Puel rigole encore. Tout simplement.


Saint-Étienne (3-4-2-1) : Ruffier - Saliba, Kolodziejczak, Silva - Debuchy (Trauco, 76e), Fofana, Youssouf, Cabaye (Aholou, 31e) - Boudebouz, Bouanga - Hamouma (Nordin, 82e). Entraîneur : Puel.

Monaco (3-4-1-2) : Lecomte - Jemerson, Glik, Badiashile (Ballo-Touré, 78e) - Henrichs, Dias, Silva, Martins (Aguilar, 69e) - Golovin - Ben Yedder, Baldé (Augustin, 65e). Entraîneur : Jardim.


Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Un dimanche de Ligue 1, voilà ce que ça peut donner




Dans cet article


Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom

Hier à 17:11 Le responsable de la VAR en Premier League lui donnerait « environ 7 sur 10 » 22 Hier à 16:17 Un coach amateur mis à pied pour avoir traité son équipe de pieds carrés sur Facebook 34
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
Hier à 10:34 Inscris-toi au 1er tournoi de la communauté SoFoot.com ! 84