Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)

« Les politiques doivent foutre la paix aux joueurs de foot »

Sacha Houlié est député de la Vienne, ancien vice-président de l’Assemblée nationale, mais aussi grand supporter de l’OM, et il en a assez que Karim Benzema et le foot en général soient instrumentalisés par les hommes politiques. L’auteur d’un rapport publié en 2020 sur les interdictions de stade et le supportérisme est formel : lui aussi aurait pris Benzema à l’Euro. Et puis un ou deux Marseillais en plus, tant qu’à faire.

Modififié
Que pensez-vous de cette liste de 26 ?
Je salue le retour de Karim Benzema. Sportivement, c’est un joueur qui a fait une saison extraordinaire, il a de nombreuses qualités. S’entourer des meilleurs, c’est la meilleure façon de gagner. Symboliquement, son retour veut dire qu’il y a un droit à la deuxième chance, qu’on est capable de se réunir pour le meilleur, pour le football et pour l’unité nationale.

Vous avez twitté que Karim Benzema était digne de revêtir le maillot des Bleus. C’est un mot qui revient souvent depuis plusieurs années, mais ça veut dire quoi exactement être digne de l’équipe de France ?
Le premier des critères, et ce n’est pas Didier Deschamps qui dit le contraire, c’est la question sportive. Cette question sportive est largement surmontée à la vue de la saison que vient de faire Benzema. En politique, on accable souvent les footballeurs comme des anti-modèles. Je trouve ça scandaleux. D’autant plus quand c’est dans la bouche de gens du Rassemblement national, qui se permettent de dire des choses qui sont inacceptables sous couvert que l’on parle de sport. Ils dissimulent des opinions ouvertement racistes. Je trouve que c’est le Rassemblement national qui a un problème avec le football, avec la France, et avec l’équipe de France. C’est un discours que l’on entend trop souvent dans la société. Par ailleurs, Benzema, c’est quelqu’un qui paye ses impôts en France.


« Je trouve que c’est le Rassemblement national qui a un problème avec le football, avec la France, et avec l’équipe de France. »

Karim Benzema est-il le symbole d’une division de la France comme beaucoup le prétendent, ou simplement un joueur de foot ?
C’est avant tout juste un joueur de foot. Après, on a vécu des périodes au cours desquelles le football était un acte très revendicatif, comme quand Rachid Mekhloufi a quitté l’AS Saint-Étienne pour aller jouer pour l’équipe du FLN. Aujourd’hui, on a des binationaux qui revendiquent de jouer pour la France. On peut quand même s’enorgueillir du fait que des joueurs veulent revêtir le maillot de l’équipe de France aux dépens d’une autre nation. Ça veut dire beaucoup sur ce que peut offrir notre pays en matière de réussite, de chance, de rayonnement international. Il y a un message politique qu’il ne faut pas ignorer. On transpose beaucoup de choses sur les joueurs, comme je l’avais écrit dans mon rapport sur le foot. On leur demande d’être exemplaires, alors que ce sont avant tout des jeunes qui ont une activité sportive qui, certes, est très exposée, mais qui n’est pas exempte de tous les tourments de la société.


On se doute que Karim Benzema sera très observé lors de sa première Marseillaise. Certains se demandent déjà s’il chantera ou pas, vous voulez leur dire quoi à ces gens-là ?
Qu’ils regardent d’abord son match. La seule façon d’évaluer la prestation d’un joueur de foot, c’est de savoir s’il a joué collectif, s’il a récupéré des ballons, s’il a touché des ballons dans la surface, s’il a cadré ses frappes... Je ne serai pas de ceux qui regarderont s’il chante ou non l’hymne national.

Si vous aviez l’occasion, en tant qu’homme politique français, de parler avec Karim Benzema, vous lui diriez quoi ?
Je lui dirais deux choses : « bonne chance » et « ramène la coupe à la maison » . Je pense qu’il n’y a pas grand-chose de plus à lui dire. Ce que devraient faire les politiques aujourd’hui, c’est foutre la paix aux joueurs de foot. C’est le sens de mon message : on a tous un devoir d’exemplarité, mais on a tous aussi le droit à l’erreur, le droit à la deuxième chance, et le droit d’être reconnu pour les qualités qui sont les nôtres. Que les hommes politiques arrêtent de transposer des messages haineux, discriminatoires, des signaux qui sont mauvais au travers du sport, et qu’ils véhiculent beaucoup plus de messages positifs ! Le sport à la base, c’est le goût de l’effort, du dépassement, ce sont des messages d’encouragement, de joie collective. Ce côté récupération politique, c’est assez malsain. On voudrait voir plus de beaux messages véhiculés à travers le sport.

« Benzema, s’il faut lui trouver un défaut, il est quand même lyonnais à la base. »

Quel serait votre onze type à l’Euro ?
Malheureusement, ça sera plutôt Lloris que Mandanda dans les buts. (Il rigole.) Je ferais un 4-4-2 avec Varane et Koundé derrière, Hernandez-Pavard sur les côtés. Au milieu forcément Kanté-Pogba puis Dembélé, Griezmann, Mbappé et Benzema.

Jules Koundé, novice en équipe de France, vous le mettez titulaire ?
Sur l’ensemble de la saison, ce qu’il a fait avec Séville, c’était assez solide !

Rien à voir avec le fait que Presnel Kimpembe soit parisien ?
Rien à voir avec ça ! (Rires.) Bon, si, tout à voir !

Dans cette liste des 26, on remarque que, par rapport à 2018, il y a moins de Marseillais (un seul, Steve Mandanda, contre trois en Russie, Adil Rami et Florian Thauvin n’ayant pas été rappelés). Lesquels manquent à ce groupe ?
Forcément Payet ! On sait tous pourquoi il a raté la Coupe du monde en 2018 : il a absolument voulu jouer une finale de Coupe d’Europe pendant laquelle il est sorti blessé. Et puis, c’est vrai que maintenant il est loin, mais on peut aussi penser à Gignac, qui était à un poteau d’être le héros de l’équipe de France en 2016. Pour Kamara, c’est peut-être un peu tôt. C’est un joueur qui a fait une saison extraordinaire, mais bon, la liste est limitée à 26 !

Vous avez déjà vu Benzema jouer au Bernabéu. Après son aventure madrilène, vous le prenez comme attaquant à l’OM ?
Moi, je pense qu’on a déjà un grand attaquant qui s’appelle Arkadiusz Milik. Le fait de venir à Marseille lui a permis de retrouver la sélection. Et puis Benzema, s’il faut lui trouver un défaut, il est quand même lyonnais à la base. Ça me paraît difficile quand on sait que ce sont des transferts qui ne sont pas faciles : on voit que même Thauvin a eu l’intelligence de ne pas céder aux sirènes lyonnaises.

« Au-delà des joueurs, de l’organisation, cet Euro doit être celui des supporters. »

Que peut-on espérer de cet Euro si particulier ?
J’espère que cet Euro sera celui du retour des supporters dans les stades ! J’ai fait un rapport sur le sujet des supporters, et c’est sûr que cette saison 2020-2021 a été extrêmement dure pour eux en raison des restrictions sanitaires. Au-delà des joueurs, de l’organisation, cet Euro doit être celui des supporters.

Propos recueillis par Maurice De Rambuteau et Lilian Fermin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom
il y a 52 minutes Cerro remporte le titre au Paraguay après une fin de match totalement dingue 3
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi