Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Beşiktaş-Porto

Sá, il est revenu pour mettre Casillas sur le banc

En découvrant le tirage au sort des groupes de Ligue des champions, Iker Casillas se voyait déjà affronter Pepe, son ancien coéquipier au Real Madrid, lors du déplacement de Porto en Turquie. Sauf que depuis un mois, San Iker s'assoit sur le banc, laissant les cages des Dragões à José Sá, ses 24 ans et sa barbe rousse.

Modififié

En quittant le Real Madrid pour le FC Porto, Iker Casillas ne pensait plus jamais revivre cette situation. Et pourtant, lors du match de Ligue des champions à Leipzig du 17 octobre dernier (3-2), le portier espagnol s’est assis sur le banc des remplaçants, laissant sa place au plus jeune José Sá (24 ans). Une blessure ? Non. Une embrouille avec son coach ? Non plus. Seulement une « décision technique » , comme l’explique en toute franchise Sergio Conceição aux médias : « Iker a voulu savoir pourquoi il était sorti de l’équipe et je lui ai expliqué, à lui et au groupe. Ils ont compris et n’ont pas été surpris parce qu’ils connaissent mes règles, la façon dont je dirige le groupe, et ils savent que j’exige que mes joueurs soient tout le temps à 100% aux entraînements. Si je fais des exceptions, je perds mon groupe. Je ne procède pas comme ça. Je ne peux pas fermer les yeux sur quinze jours d’entraînements qui n’ont pas répondu à mes exigences. Iker l’a compris. » Comprendre : tout Casillas qu'il est, Iker s'entraîne moins bien et donc mérite moins que son concurrent. Dur. D’autant plus que San Iker n’avait encaissé jusque-là que six buts en dix rencontres, gardant même sa cage inviolée à sept reprises. Mais Sergio Conceição se fout des statistiques, José Sá est son nouveau gardien numéro 1 et Casillas va devoir cravacher pour récupérer sa place.

Barbe rousse dans les buts


Né à Braga, dans le nord du Portugal, José Sá a d'abord fait parler de lui bien plus au sud, à Lisbonne, où il intègre le centre de formation du Benfica en 2011, à 18 ans, avant de filer sur l’île de CR7 au Maritimo Funchal quelques mois plus tard. Là-bas, le portier portugais ne joue que très peu, voire pas du tout. Mais ce statut de remplaçant du Français, Romain Salin, n’empêche pas le FC Porto de balancer plus d’un million d’euros pour le recruter en janvier 2016, ni les sélections jeunes du Portugal de le titulariser, faute de mieux. Et c’est ainsi que malgré quelques arconada et un style peu académique, José Sá se retrouve titulaire en finale de l’Euro Espoirs 2015 (défaite aux tirs au but contre la Suède) et dans le groupe du Portugal qui s’envole en Russie pour disputer la Coupe des confédérations.


Avant d’être un gardien de but, José Sá c’est avant tout un style. Cheveux gominés, longue barbe rousse, tatouage de Jésus-Christ sur l’avant-bras gauche, tête de mort sur le pectoral droit. Au pays d’Amalia Rodrigues, José Sá est le digne héritier de Raul Meireles dans le cœur des hipsters. Loin, très loin de la tête de premier de la classe de Mile Svilar, ce jeune portier belge (18 ans) qui a pris la place de Júlio César dans les cages du Benfica Lisbonne. « José Sá a un grand problème : il a une très grosse barbe. L’autre a une tête d’enfant, des boutons, et sa barbe ne pousse pas encore. C’est peut-être pour ça que tout lui est pardonné. Pour José Sá, les journaux ont titré : "la boulette de José Sá". Alors que pour Svilar, le titre était : "Pardonné ". Sauf que José Sá est portugais. Derrière Rui Patrício, c’est le gardien de but avec le plus de qualités pour assurer la relève dans les cages du Portugal. Et au lieu de le défendre, les journaux le sacrifient » , s’emporte Sergio Conceição pour prendre la défense de son portier.

San Iker sur Twitter


Finalement, au-delà de sa barbe et ses quelques erreurs de jeunesse, ce qui fait tiquer la presse comme certains fans, c'est la mise au ban d'Iker Casillas, joueur le plus capé de l’histoire de la Ligue des champions qu'il a remportée à trois reprises, champion du monde et double champion d’Europe. Sans raisons vraiment rationnelles en plus, puisque les performances de José Sá laissent encore à désirer. Là encore, Sergio Conceição est à la parade : « Il doit y avoir une compétitivité en interne. Sinon, nous n'avons pas d'équipe solide et nous n'avons pas de joueurs essayant de se battre pour une place dans l'équipe. Certains entraîneurs font leur choix en fonction du statut, des yeux ou de la couleur de peau des joueurs, pas moi. Júlio César (gardien du Benfica, ndlr), par exemple, a 26 titres et je ne vois personne s’interroger sur son passage sur le banc. » Décidément, après José Mourinho au Real Madrid, Iker Casillas n’a pas la cote auprès des techniciens portugais. Mais peu importe, du haut de ses 36 ans, le portier espagnol a appris à relativiser et se consacre à sa nouvelle passion : gazouiller sur Twitter. Un message à Gigi Buffon par-ci, des photos de crevettes par-là, mais toujours rien pour celui dont il est aujourd'hui la doublure.



Par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 5 heures GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
il y a 6 heures Pochettino compare l'expérience à des vaches devant un train 24 il y a 6 heures Infantino contre les matchs de Liga aux USA 27 Hier à 16:19 Une bousculade fait cinq morts en Angola 7