Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Roma-Lazio (2-1)

Le derby de l'éternelle

Premier gros choc de Serie A post fiasco de la Squadra Azzurra, Roma-Lazio a mis du temps à monter en température sur le terrain. Mais dans les tribunes, on avait clairement tourné la page des malheurs de la Nazionale.

Modififié
C'était le derby d'après, le premier choc au stade olympique après le drame de Milan. Mais il faut croire que Rome ne vit pas dans le passé, ou sait faire la part des choses. Pour qui se serait déconnecté en début de semaine et aurait oublié de vérifier les résultats des barrages du Mondial, il aurait été impossible d'identifier des séquelles de l'élimination de la Nazionale contre la Suède. Pour son « derby » , Rome a fait comme si de rien n'était. Ambiance de feu dans les tribunes, speaker de la Roma parfaitement mesquin à l'annonce de la composition laziale, et trêve émouvante entre les deux peuples ennemis au moment de rendre hommage à Gabriele Sandri, le supporter biancocelesto tué par un policier sur une aire d'autoroute en 2007. Si les deux camps ont passé leur temps à se siffler ou à s'insulter, il n'y avait qu'applaudissements des 55 000 spectateurs au moment de déployer un tifo à l'effigie du défunt dans la Curva Nord, et de saluer ses parents présents au stade et visibles sur l'écran géant.

Éviter la double peine aux tifosi


La Squadra Azzurra a trépassé, mais la ville de Rome n'en a pas pour autant décidé de vivre son match au sommet avec moins d'intensité. Toujours autant de personnes pour gueuler en faveur de leur équipe préférée – y compris dans la tribune de presse, censée être neutre – toujours autant de sifflets pour influencer l'arbitre à chaque contact, et toujours la même tension palpable sur le terrain. Les vingt-deux acteurs sont peut-être les seuls à avoir témoigné d'une certaine fébrilité post-traumatique, avec un premier acte assez indigeste malgré un but rapide de Ciro Immobile, finalement annoncé hors jeu. D'un côté comme de l'autre, l'enjeu, l'envie de ne pas perdre, de ne pas infliger – peut-être – une double peine à ses supporters après la privation de Coupe du monde prend le pas sur le jeu.

Mine de Nainggolan, quinzième but d'Immobile et début de baston


À cette guerre des nerfs, c'est finalement la Roma qui a su le mieux s'adapter, grâce à un débordement d'Aleksandar Kolarov, déséquilibré en pleine surface. Le penalty réussi du très bon Diego Perotti a donc libéré la Roma, qui a ensuite matraqué son meilleur ennemi avec une frappe limpide de Radja Nainggolan. Sur les deux pions, une explosion de joie dans un stade olympique aux trois quarts acquis à la cause de la Louve (à domicile ce soir). Parce qu'avec les déboires de l'équipe nationale, les malheurs de l'ennemi juré n'en sont que plus doux. Heureusement pour le suspense et la dignité des supporters de la Lazio, Kostas Manolas a eu l'obligeance de faire main dans sa surface à vingt minutes de la fin, et permis à Ciro Immobile de marquer son quinzième but de la saison sur un penalty accordé par l'arbitrage vidéo. De quoi permettre aussi aux spectateurs neutres de profiter d'une fin de match marquée par un début de bagarre dans la surface d'Alisson Becker. La Nazionale n'ira pas au Mondial, mais au coup de sifflet final, c'est comme si l'AS Roma venait de gagner la Coupe du monde et la Lazio de la perdre. La vie continue dans la Ville éternelle, et c'est rassurant pour le foot italien.




Par Nicolas Jucha, au Stadio Olimpico
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Serie A - J13 - L'Italie du samedi




Dans cet article


Hier à 14:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 77
Partenaires
Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
Hier à 14:14 La statue de Falcao 32 Hier à 14:13 Un Ballon d'or créé pour les femmes 47
À lire ensuite
Le Napoli reprend sa marche