Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 35e journée
  3. // Arsenal/Manchester United (1-1)

Robin van Persie désolé d'avoir raison

Comme à son habitude, Van Persie a marqué à l'Emirates. Sauf que c'était cette fois-ci avec le maillot de Manchester United, dans une équipe qui sait se surpasser quand il le faut.

Modififié
ArsenalManchester United : 1-1
Buts : Walcott (2e) pour Arsenal, Robin van Persie (44e) pour Manchester United

Il a passé sa semaine à multiplier ses déclarations d'amour, à enjoliver ses huit années passées à Arsenal. C'est peu dire que Robin van Persie avait envie de vivre un beau retour à l'Emirates. Copieusement sifflé sur ses premiers ballons, le coup a été rude pour le Hollandais, en témoigne une première frappe largement au-dessus pleine de rage. Mais il s'est repris, sur un cadeau du plus mauvais des Gunners, un mec qu'il connaît bien, Bacary Sagna, qui lui a donné l'occasion de marquer sur penalty en fin de première période. Un but pas célébré ou presque, avant de voir ses anciens coéquipiers incapables de se révolter pour arracher un succès très important pour eux. Preuve que la gagne, c'est vraiment pas dans ce camp-là qu'on la trouve.

Le départ canon d'Arsenal

Pour se venger de cette équipe de United, qui lui a piqué son buteur fétiche, Arsenal fait les choses dans les règles. Très sages lors de la haie d'honneur, les joueurs de Wenger se transforment juste après le coup d'envoi. La bave aux lèvres, le milieu Arteta-Rosický-Ramsey presse haut et lance vite les flèches devant. Dès la deuxième minute de jeu, Walcott, un poil hors-jeu, file dans le dos d'Évra, et cherche, depuis son côté, le petit filet opposé du gardien. Oui, comme TH14 mais de l'autre côté. Ça marche et ça fait 1-0 pour Arsenal. Manchester, bousculé comme rarement dans son royaume cette saison, n'y est pas, à l'image de Phil Jones, trop maladroit lorsqu'il veut lui aussi mettre le pied. Mais Arsenal dévoile au fil du match son point faible : Podolski joue systématiquement décroché. Du coup, le milieu fatigue, à tourner, patienter et chercher pour rien quelqu'un devant, et les Red Devils peuvent refaire surface, bien aidés donc par Sagna qui assure mal sa passe en retrait avant de tacler bêtement RVP dans la surface.

Un match très faible techniquement

Conscients que Chelsea a battu Swansea à domicile et qu'ils sont de fait éjectés du podium, les Londoniens entament la seconde période avec le même mordant que la première. Rosický notamment tente une frappe croisée de l'extérieur du pied qui passe juste à côté. Chez les Mancuniens, l'affolement est aussi grand que l'enjeu pour eux dans ce match. Valencia, Nani ou même Rooney, qui pourraient profiter de l'occasion pour prouver à Sir Alex qu'ils peuvent durablement être dans le onze, préfèrent céder à la médiocrité ambiante. Dans tout ça, Arsenal voit l'horloge tourner et, malgré les entrées de Wilshere, Gervinho et Oxlade-Chamberlain, ne parvient pas à faire la différence, tirant la langue assez rapidement avant de négocier les coups avec trop de précipitation, et trop peu d'envie collective. Donnant quelque part raison à Robin van Persie.

par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi