Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Gr. G
  3. // Belgique-Tunisie

Roberto Martínez : « Pour l'instant, la VAR est une réussite »

Roberto Martínez est un sélectionneur à peu près heureux. Sa Belgique a battu le Panama (3-0) lors de la première journée et a l'occasion de faire un grand pas vers les 8es de finale si elle bat la Tunisie, aujourd'hui à Moscou (14h, heure française). L'Espagnol profite de cette sérénité pour donner son avis sur la VAR et expliquer pourquoi les grosses nations sont condamnées à avoir de plus en plus de mal contre les petites.

Modififié

On parle souvent de la génération dorée pour parler de cette Belgique. Considérez-vous que 2018 est LA grande chance de gagner la Coupe du monde ?
Oui, c’est une génération dorée, il y a des individualités talentueuses, on a fait une très bonne phase de qualification, mais une seule chose nous importe aujourd’hui : la Tunisie. On se concentre sur ça. En interne, ce qui nous préoccupe, c’est comment faire pour devenir la meilleure équipe. Dans le contenu, nous pouvons évidemment faire mieux que ce que nous avons fait contre le Panama.

Les yeux rouges

Voyez-vous une raison de changer d’équipe par rapport à celle qui a débuté contre le Panama ?
À part Vermaelen et Kompany qui ne sont pas prêts, il n’y a aucun blessé. Tout le monde a bien récupéré du match qu’on a fait contre le Panama à Sotchi. Nous voulons nous appuyer sur la contribution des 23 joueurs. Avoir tout le monde à disposition, c’est une satisfaction pour moi, mais aussi une difficulté. Déjà contre le Panama, un ou deux joueurs méritaient d'entrer, mais je n’ai pas pu leur donner de temps de jeu. C’est comme ça, c’est la Coupe du monde.

Contre la Tunisie, sur quoi allez-vous devoir vous montrer particulièrement attentifs ?
« La Tunisie est probablement l’équipe la plus dynamique contre laquelle on va être amenés à jouer. »
Sur ses derniers matchs de préparation, la Tunisie a fait 2-2 contre le Portugal et perdu seulement 1-0 contre l’Espagne. Pour entrer dans leur tournoi, ils ont perdu à la dernière minute contre l’Angleterre. Ça situe le niveau de cette équipe, dont le 4-3-3 est bien en place. Il faudra surveiller Khazri et Ben Youssef. C’est probablement l’équipe la plus dynamique contre laquelle on va être amenés à jouer. Elle vous force à être concentré en permanence. Il faut qu’on réussisse à être nous-mêmes et qu’on soit bons dans l’utilisation du ballon.

On a énormément parlé de la VAR depuis le début de la Coupe du monde. Quel regard portez-vous sur cela ?
C’est une question délicate (sourire)... Si je dis que ça fonctionne, ça risque de se retourner contre nous face à la Tunisie et j’aurai l’air bien bête ! Non, dans l’ensemble, je pense que ça fonctionne bien. Il faut être patient. C’est un nouvel outil, ça va prendre du temps à se mettre en place. Et puis il y a toujours un œil humain derrière, donc ça me va. Pour l’instant, c’est une réussite.

Les Tunisiens ont annoncé qu’ils allaient mettre beaucoup de rythme. Comment allez-vous vous adapter à ça ?
Les conditions seront difficiles pour les deux équipes, on joue à 15h. Il faudra bien gérer le ballon. Il faut qu’on s’écarte de cette pression de jouer une Coupe du monde qui est omniprésente.

« Nous voulons être ennuyeux ! Nous ne voulons pas faire la une des journaux pour de mauvaises raisons. »

Si on vous parle de Nainggolan, vous n'allez pas répondre. Alors disons-le autrement : par rapport aux dernières années, le calme s’est installé au sein de la sélection. C’est quasiment devenu ennuyeux...

Nous voulons être ennuyeux ! Nous ne voulons pas faire la une des journaux pour de mauvaises raisons. Il y a des talents individuels exceptionnels, des gars qui sont au meilleur niveau de leur carrière.

Lukaku a mis un doublé contre le Panama et peut viser le titre de meilleur buteur du tournoi...
Demandez-lui si vous voulez, il vous répondra pareil que moi : ce n’est pas ce trophée-là qui l’intéresse, c’est celui que nous voulons porter tous ensemble. Après, il joue à un poste qui fait qu’il doit marquer des buts. Mais ça doit servir quelque chose de plus grand.

Les grosses équipes ont du mal à s’imposer depuis le début du Mondial. Comment analysez-vous cela ?
C’est normal, et je peux même vous dire qu’on verra cela de plus en plus souvent. La raison est très simple : aujourd’hui, tout le monde dispose de la technologie pour préparer un match. Il y a quelques années, on arrivait et c’était un peu la surprise. Et au bout du compte, ça se décidait au talent. Aujourd’hui, on peut par exemple voir l’Islande envoyer une équipe avec une idée bien claire, un jeu très cohérent et qui s’appuie sur les mêmes moyens que les grandes nations pour analyser l’adversaire. C’est de plus en plus dur de marquer des buts sur de vraies actions travaillées, car tout est étudié. C’est aussi pour ça qu’il y a autant de buts sur coups de pied arrêtés.



Propos recueillis (en conférence de presse) par MP, à Moscou
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 17 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 46
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
À lire ensuite
Les yeux rouges