Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // OL/Stade Rennais

Rennes au rebond ?

La cote du Stade Rennais a sensiblement chuté depuis son revers face à Marseille, la semaine dernière. A Lyon, les Rouge et Noir ont l'occasion de se racheter. Mais en ont-ils véritablement les moyens ?

Arithmétiquement, rien n'est perdu pour Rennes. La perspective d'un titre s'est bien éloignée depuis son revers face à Marseille conjugué au succès de dernière minute des Lillois dans le derby du Nord, mais il n'a jamais constitué un réel objectif, tout du moins n'a jamais été reconnu comme tel par l'équipe et ses dirigeants. Quant à l'horizon d'une première qualification en Ligue des Champions ? Le premier faux-pas des Rennais après cinq succès de rang a simplement réduit leur marge de sécurité. Avec Marseille et Lyon, l'écart s'est resserré à une maigre unité, mais le club qui vient de souffler ses cent-dix bougies est toujours deuxième à dix journées du terme du championnat. En bonne posture.

Arithmétiquement, les comptes sont donc encore bons pour le club du milliardaire Pinault et du champion de l'audimat, Patrick le Lay. Pourtant, en chutant face à Marseille, Rennes a sans doute perdu bien plus que trois points. Avant la mise au point phocéenne, loin de rayonner et de surpasser ses adversaires, le onze d'Antonetti semblait surtout habité d'une confiance inébranlable. Cette confiance qui fait parfois tourner des matches sur des petits riens, ou qui contribue à se sortir des situations les plus périlleuses sans même une égratignure. Cette confiance qui lui rapporta davantage de points que sa qualité de jeu. De Toulouse ou de Montpellier, les Rouge et Noir auraient tout aussi bien pu rentrer avec une petite unité dans leurs suitcase, voire avec un butin nul, mais la conviction des jeunes Rennais, qui les faisait ressembler à des professionnels aguerris, entretenait la spirale victorieuse.

Cette assurance sembla s'ébranler dès le coup d'envoi de Rennes-Marseille. Déstabilisés par la montée des enjeux et la puissance physique de l'attaque marseillaise, ou par leur combinaison, les Rouge et Noir ont manqué un rendez-vous qui pouvait les amener à rejeter l'OM à sept points. Rennes a surtout montré ses limites face à plus gros que lui au moment où les boss de la L1 se doivent de rattraper le temps perdu, le cas de Lyon également, son adversaire du soir. Face à l'OM, à l'exception de l'absence de longue durée de Marveaux, Rennes, longtemps diminué par l'intense activité de son infirmerie, se trouvait au complet, et un différentiel qualitatif flagrant était apparu entre les deux onze. Un fossé que seules des ressources mentales supérieures auraient aidé à combler.


Samedi soir à Gerland, Rennes devra faire sans Kembo-Ekoko, mais surtout sans Boukari, son accélérateur de jeu. Car si les Bretons ont enchaîné les succès, ils le doivent en grande partie aux buts décisifs de l'ex-Lensois, le secteur défensif s'occupant parfaitement de ne pas en prendre. Privé également de Brahimi, Rennes s'avance donc avec des atouts offensifs étroits. Reste qu'un nul (et vierge ?) pourrait constituer une très belle opération pour les Rouge et Noir, qui ne rencontreront plus un membre de l'actuel Top 6 avant la dernière journée (Lille). En théorie, bien manœuvrer à Lyon, permettrait au Rennais d'aborder le dernier virage dans des conditions idéales. Reste à savoir si Antonetti aura réussi à regonfler sa jeune troupe à bloc avant d'affronter un OL peut-être lui aussi touché par son élimination en Ligue des Champions. Définitivement, ce match devrait se jouer dans les têtes. Ensuite, viendra l'heure des comptes.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Partenaires
Podcast Football Recall Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible