Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Résumé

Rennes arrache la victoire, Reims se donne de l'air et enfonce Bordeaux

Le Stade rennais a possiblement envoyé Toulouse en Ligue 2 ce samedi, tandis que Reims a explosé Bordeaux, totalement perdu à Auguste-Delaune.

Modififié

En Avant de Guingamp 2-2 Angers SCO

Buts : Sloan Privat (39e) et Thibault Giresse (66e sp.) pour les Guingampais // Pierrick Capelle (31e) et Ketkeophomphone (78e sp.) pour le SCO d’Angers

Un match entre deux clubs malades dans ce championnat, désespérément à la recherche de points depuis plusieurs journées. Alors forcément, Guingampais et Angevins ne prennent aucun risque lors du premier quart d’heure et préfèrent se tester avant d’aller à l’abordage. Une demi-heure passe, rien ne se passe. Et c’est à la 31e minute de jeu que le match démarre, avec un but stratosphérique de Capelle. Sur une petite remise de Mangani, le numéro 15 contrôle de la poitrine à l’opposé des cages guingampaises avant d’envoyer une volée exceptionnelle qui finit dans la lucarne de Jonas Lössl. Un but qui coûte cher pour Capelle, puisque sur l’action, il goûte aux crampons guingampais et saigne au niveau de la cheville. Le joueur de 28 ans ne peut pas continuer : Mohamed Yattara doit entrer pour remplacer le buteur angevin. L'ouverture du score réveille les Bretons. Huit minutes après le premier but, Blas résiste au pressing aux abords de la surface et sert à ras de terre le renard Privat, qui n’a plus qu’à pousser le ballon dans les buts.

Guingamp relance un match qui commence doucement à s’emballer. Et pour preuve : Cheick Ndoye, avec des airs de Jackie Chan, arrive crampons en avant sur le dos d’Angoua. Un geste pas forcément dangereux, mais pas assez contrôlé pour l’arbitre, qui envoie le Sénégalais aux vestiaires. Après une entame de jeu parfaite, le match tourne au cauchemar pour les visiteurs, qui bénissent la fin de la première mi-temps pour pouvoir souffler. Et il y a de quoi : dès le début du deuxième acte, Angers est acculé par l’EAG qui pousse fort pour essayer de prendre l’avantage au score. Et finalement, après l’heure de jeu, Salibur s’écroule dans la surface après un contact sur Traoré, et l’inévitable se produit : penalty pour Guingamp. Giresse ne se fait pas prier et permet à ses coéquipiers de prendre logiquement l’avantage. Les hommes de Stéphane Moulin n’y arrivent pas, alors Bouka Moutou a une idée avant les dix dernières minutes du match : faire du théâtre pour provoquer un coup de sifflet. Et ça fonctionne ! L’arbitre désigne le point de penalty après le croc-en-jambe quasi solitaire du joueur angevin dans la surface. Ketkeophomphone capitalise et relance complètement le match. Angers résiste jusqu’au coup de sifflet final de l’arbitre. Guingamp peut s’en vouloir.

ES Troyes Aube Champagne 0-1 FC Lorient Bretagne Sud

But : Majeed Waris (3e) pour les Merlus

Plus les journées passent et plus on se dit qu’il est temps que la saison se termine pour Troyes. En effet, le premier but de la soirée est à mettre au crédit des Lorientais, après à peine trois minutes de jeu. Jimmy Cabot, l’ancien Troyen, va sans concession chiper une mauvaise passe latérale en défense, avant de s’en aller servir Majeed Waris, qui fusille Matthieu Dreyer, incapable de repousser assez fermement la frappe à bout portant. Un départ catastrophique pour l’ESTAC, qui aurait pu rapidement tourner au drame si le portier local ne réalisait pas une très belle parade quelques minutes plus tard sur une frappe à l’extérieur de la surface de Barthelmé. Et même si Troyes essaie tant bien que mal de se projeter vers l’avant, Dreyer doit encore s’interposer sur une autre frappe lorientaise juste avant le milieu de cette première période. La lanterne rouge ne voit clairement pas le jour au stade de l’Aube, mais attend tout de même les erreurs du FC Lorient pour revenir au score. Sur un mauvais dégagement de Lecomte avant la fin de la mi-temps, Camus récupère et frappe à bout portant sur le portier lorientais qui se rachète. Un avertissement pour les visiteurs, qui rentrent aux vestiaires avec un avantage tout de même logique au score. En deuxième période, alors que plusieurs supporters troyens ont préféré passer la soirée autre part qu’au stade, d’autres font la chenille dans les tribunes pour faire passer le temps. Parce que clairement, on s’ennuie ferme depuis le retour des vestiaires. Ce n’est qu’à la 83e minute qu’une frappe troyenne redonne un poil d’espoir aux locaux, mais rien n’y fera : Troyes s’incline pour la 18e fois de la saison.

Stade de Reims 4-1 FC Girondins de Bordeaux

Buts : Aïssa Mandi (23e), Thievy Bifouma (34e), Gaëtan Charbonnier (68e) et Lass Bangoura (89e) pour les Champenois // Adam Ounas (69e) pour les Bordelais

Pour cette confrontation entre deux clubs historiques de l’Hexagone, chacun a ses raisons de vouloir aller chercher les trois points pour cette 28e journée. Et ce sont les Rémois qui démarrent tambour battant cette rencontre, avec plusieurs situations dangereuses et même un petit penalty oublié par l’arbitre après 5 minutes de jeu. Bordeaux souffre, et Charbonnier s’écroule dans la surface aux alentours de la 20e minute de jeu après un contact avec Yambéré. Mais encore une fois, François Letexier ne siffle rien et laisse jouer. Inévitablement, Reims va prendre l’avantage par le biais d’Aïssa Mandi au beau milieu de la première période. L’international algérien profite, sur corner, d’une sortie ratée de Bernardoni combinée à la défense apathique bordelaise pour envoyer le cuir de la tête dans les filets adverses. Une ouverture du score méritée pour les Champenois, qui vont faire le break dix minutes plus tard. Thievy Bifouma, après un appel en profondeur parfait, se joue de presque tous les défenseurs bordelais dans la surface, avant de tromper un Bernardoni abandonné. Les hommes de Willy Sagnol essaient de répondre du tac au tac sur corner et vont même envoyer le ballon dans les filets, mais l’arbitre voit une faute sur Johan Carrasso. Un coup de sifflet très généreux pour le Stade de Reims. Ça ne semble pas être la soirée pour les Girondins, qui peuvent tout de même compter sur leur portier, qui, malgré sa bourde sur le premier but, arrive tant bien que mal à repousser des Rémois déchaînés. En deuxième période, Reims continue à dominer, Diego envoie une frappe flottante qui oblige une nouvelle fois le portier bordelais à la parade. On ne voit vraiment pas comment Bordeaux peut s’en sortir, et pour cause : la messe est dite à la 68e minute. Charbonnier profite d’une petite remise de Bifouma pour envoyer une frappe enveloppée pleine lucarne à l’entrée de la surface. Le moment choisi par Adam Ounas pour réduire l’écart sur l’engagement en fusillant un Johan Carrasso impuissant. Un but presque anecdotique dans une rencontre globalement dominée par le Stade de Reims, même si Bordeaux poussera jusqu’au bout. Et finalement, Lass Bangoura s’en va défier Bernardoni dans les dernières minutes du match et envoie froidement le ballon au fond des filets. 4-1, fin du match, le moral des Bordelais est au fond des chaussettes. Les Rémois se donnent quant à eux de l’air sur la zone rouge.

Toulouse FC 1-2 Stade rennais FC

Buts : Wissam Ben Yedder (78e) pour le Téfécé // Ousmane Dembélé (90e+1) et Kamil Grosicki (90e+2) pour les hommes de Rolland Courbis

Un scénario incroyable qui sonne peut-être la fin du Toulouse FC en Ligue 1. En début de match pourtant, on croit vivre l’ouverture du score à la septième minute de jeu de la part des locaux, mais malheureusement pour les Violets, l’attaquant toulousain est en position de hors-jeu. Une entame convaincante pour l’avant-dernier de Ligue 1, qui va cependant tranquillement laisser Rennes mettre le pied sur le ballon. À la 25e minute de jeu, Dembélé puis André obligent le jeune Lafont à deux belles parades pour se chauffer les gants. Un temps fort rennais, qui aurait pu se concrétiser à la demi-heure de jeu si Pedro Henrique n’avait pas vraiment cru au centre tir de Sio. Dembélé allume des mèches, son homologue brésilien essaie de suivre, mais le portier toulousain résiste aux attaques bretonnes. Mis à part ces attaques, rien à se mettre sous la dent lors de ce premier acte un peu poussif. Alors Rolland Courbis sent qu’il est temps d’envoyer Paul-Georges Ntep pour la deuxième période, en lieu et place d’un Pedro Henrique généreux mais inefficace. Rennes continue de dominer face à un Toulouse FC qui, doucement mais sûrement, se recroqueville en défense. Pour autant, l’entrée de Martin Braithwaite en deuxième période apporte de la fraîcheur et aurait pu même donner l’avantage à Toulouse à la 70e minute si sa frappe ne finissait pas au-dessus de la cage de Costil. Et finalement, c’est le Messi toulousain, Wissam Ben Yedder, qui permet au Téfécé de prendre l’avantage sur un rail solitaire. On pense alors que Rennes va encore une fois relancer une équipe mal en point, mais non, l’intenable Ousmane Dembélé chipe un ballon laissé à l’abandon par la défense toulousaine et enroule du gauche à l’entrée de la surface pour propulser le cuir dans les filets adverses. On croit se diriger vers le match nul et là, c’est le drame pour Toulouse : en 2 minutes, Rennes va renverser le match. Kamil Grosicki, l’éternel supersub, profite d’une passe parfaite de Dembélé pour tromper Lafont une deuxième fois en quelques secondes. Une fin de match incroyable, qui envoie possiblement Toulouse en Ligue 2. Un véritable tournant.

  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Matthieu Guillot
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 15:45 Harry Redknapp au casting d'une télé-réalité en Angleterre 19 Hier à 12:59 Entraîneurs de Premier League : une stabilité inédite 21

    Le Kiosque SO PRESS

    Hier à 12:52 René Girard à Casablanca, c'est déjà fini 14 Hier à 12:00 Venez regarder un match chez So Foot ! 11 Hier à 11:54 Les Chivas sortent un maillot rétro pour le Mondial des clubs 22
    Partenaires
    Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
    Hier à 08:00 Karembeu dans Joséphine, Ange Gardien 14