Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Schalke 04-Bayern Munich

Renato Sanches, veuillez excuser le retard

Buteur face au Benfica Lisbonne en Ligue des champions, Renato Sanches a rappelé à l'Europe son talent. Et prouvé à son entraîneur qu'il était tout à fait capable de récupérer le poste laissé vacant par Corentin Tolisso après son opération des ligaments croisés.

Modififié

811 jours que Renato Sanches n’avait plus connu la joie de faire trembler les filets en match officiel. La dernière fois, c’était pour permettre au Portugal d’égaliser face à la Pologne en quarts de finale de l’Euro 2016. Autant dire que le milieu portugais devait être heureux et soulagé en inscrivant son premier but sous le maillot du Bayern Munich hors matchs amicaux et entraînements ce mercredi sur la pelouse du Benfica Lisbonne en Ligue des champions. D’autant plus que le but est loin d’être affreux puisqu'il esquive les joueurs du SLB tel un running back sur quarante mètres avant d’être à la conclusion du centre de James Rodríguez. Pourtant, la première réaction de Renato Sanches a été de lever les mains au ciel pour s’excuser d’avoir marqué un but à son ancienne équipe : « C’est une question de respect. Je ne suis pas un supporter du Benfica, je fais partie de la famille du Benfica. » Et les supporters ne lui ont pas tenu rigueur de ce but puisqu'ils se sont tous levés pour l’applaudir alors qu’ils venaient d’inscrire le but du K-O. Frissons.

Un but et tout est oublié ?


Pourtant, ce match à Lisbonne, Renato n’aurait jamais dû le jouer. Sans sa blessure de dernière minute, Thiago Alcántara aurait été aligné par Niko Kovač et le milieu portugais se serait assis sur le banc, comme depuis le début de saison du Bayern Munich. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le technicien croate ne regrette pas son choix de lui avoir offert ses premières minutes de la saison avec le Bayern : «  La performance de Renato Sanches, en l'absence de Thiago Alcántara, a été excellente. C'est un joueur magnifique, plein de qualités. » Renato Sanches a beau être arrivé à l’été 2016 à Munich, il semble enfin avoir obtenu le respect de ses coéquipiers après sa rencontre XXL, à entendre Joshua Kimmich : « Ça n'a pas toujours été facile pour Renato depuis qu'il est au Bayern, mais ce soir il a fait un énorme match. Je lui tire mon chapeau, quand on voit de quelle situation il vient. »

Deux ans de galère


Joshua Kimmich ne croit pas si bien dire. Alors que le monde du football lui promettait déjà un Ballon d’or après son année 2016 exceptionnelle où il éclot avec le Benfica Lisbonne, avant de remporter l’Euro 2016 – qu’il termine avec le trophée de meilleur jeune du tournoi – et d’être sacré Golden Boy, Renato Sanches vit mal son arrivée à Munich. La faute à une vilaine blessure, des performances pas toujours parfaites et une concurrence trop grande à son poste.


Résultat, le Portugais redescend d’un cran à l’été 2017 en étant envoyé en prêt du côté de Swansea, où l’entraîneur, Paul Clément, récupère un garçon abattu si l’on en croit les paroles de l’ancien adjoint de Carlo Ancelotti au Times : « Quand il est arrivé, il était bien plus affecté que je ne le pensais. C'était vraiment triste. On aurait dit qu'il portait toute la misère du monde sur ses épaules. Ça ne l'intéressait pas vraiment de venir ici. Il pensait qu'il allait signer à Manchester United, à Chelsea ou au PSG, mais le Bayern Munich lui a dit : "Tu n'iras pas là-bas, il va t'arriver la même chose qu'ici et tu ne joueras pas." » Alors qu’il aurait pu en profiter pour se relancer et être l’homme qui sauve Swansea de la relégation, Renato n’aura disputé que douze matchs de Premier League et aura laissé pour seule image une passe adressée au panneau publicitaire.



L'avenir lui appartient


Revenu à Munich cet été, Renato Sanches a vu son nom circuler un peu partout dans les médias. Niko Kovač met finalement son veto à un éventuel départ, sûrement satisfait de la préparation du Portugais. Et le technicien croate a eu le nez creux puisque avec la grave blessure de Corentin Tolisso, Renato Sanches va grignoter du temps de jeu. Au point de peut-être devenir la patte Kovač, qui, pour le moment, a surtout pris la suite de Jupp Heynckes sans grande révolution : « Il est arrivé au Bayern il y a deux ans et, forcément, il fallait qu'il s'adapte. Aujourd'hui, ça va mieux et il présente une bonne condition physique, il aura d'autres opportunités de jouer. »


Car en inscrivant ce joli but à Lisbonne, Renato Sanches a rappelé à l’Europe son profil atypique de joueur de football américain, soit un alliage parfait de physique et de technique de l’esquive. Mais il a surtout rappelé à travers son large sourire à la fin de la rencontre qu’il n’avait que 21 ans et que l’avenir peut donc encore lui appartenir. N’en déplaise à Guy Roux.

par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 19:30 L'ES Tunis corrigée par Al Ain en quarts du Mondial des clubs 3 Hier à 16:09 Kashima cuisine les Chivas 6
Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur