Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Euro 2020
  2. // Gr.F
  3. // Portugal-Allemagne

Renato Sanches, au bon souvenir de Munich

Auteur d'une entrée décisive face à la Hongrie lors du premier match du Portugal dans cet Euro 2020 (3-0), Renato Sanches pourrait bien grappiller encore un peu plus de temps de jeu face à l'Allemagne à Munich. Une ville où le milieu portugais s'est révélé aux yeux de l'Europe, avant de s'y être perdu. Et c'est là-bas qu'il compte bien rappeler à tout le monde qu'il est de retour au sommet.

Modififié
Assis sur le banc, Renato Sanches s’impatiente. Alors, lorsque Fernando Santos se retourne vers lui pour lui dire d’aller s’échauffer dès le début de la seconde période, le milieu du LOSC se lève rapidement pour faire ses gammes. Sauf que le chrono tourne et il continue de faire des allers-retours le long de la ligne de touche en survêtement. Et cette fois-ci, ce sont les supporters qui s’impatientent de ne pas voir entrer le meilleur espoir de l’Euro 2016, ou un autre joueur offensif, le score étant toujours de 0-0 entre le Portugal et la Hongrie. Jusqu’à cette 80e minute où les dreadlocks de Renato Sanches se font voir derrière le quatrième arbitre qui indique la sortie de William Carvalho, peu à son aise face aux Magyars. La suite ? Du Renato dans le texte. À savoir des percées vers l’avant dès que le cuir arrive dans ses pieds, des passes entre les lignes et du mouvement incessant. Et voilà que le Portugal claque trois pions en 10 minutes pour repartir de Budapest avec les trois points. Et s’il n’est ni buteur, ni passeur, personne n’est dupe, c’est bien l’entrée de Renato Sanches qui a changé le match. Et c’est loin d’être une surprise.

Les montagnes russes de Munich


Après son entrée décisive face à la Hongrie, Renato Sanches aura un coup à jouer lors du déplacement à Munich face à l’Allemagne. D’autant plus que c’est un stade où le milieu portugais a vécu des sentiments partagés. Il y a d’abord eu ce quart de finale aller de Ligue des champions en avril 2016 face au Bayern Munich où le numéro 85 du Benfica Lisbonne s’est fait un nom sur la scène européenne. Malgré la défaite 1-0 du SLB, la jeune pousse de 18 piges a marché sur Thiago Alcántara et Arturo Vidal. Étincelant aussi au retour, Renato Sanches a vu les Bavarois se jeter sur lui et proposer 35 millions d’euros au Benfica (+45 millions de bonus) pour faire de lui le joueur portugais le plus cher à quitter la Liga Nos. Une belle idée, puisque quelques semaines plus tard, celui qui avait coûté au SLB 750 euros et 25 ballons roulait sur l’Euro 2016 qu’il termine avec le trophée et dans la peau de titulaire. Et le prix n’aurait probablement pas été le même.


Sauf que ce serait mentir que de dire que Renato n’a vécu que des bons souvenirs dans cette Allianz Arena de Munich. Ce serait même plutôt le contraire. Car en Allemagne, le Portugais a surtout connu l’infirmerie, les couvertures sur le banc et la loge VIP. Au point d’être tout proche de la dépression lors de son prêt à Swansea dans les bas-fonds de la Premier League. Coach des Swans à ce moment-là, Paul Clément parlait au Times d’une personne « bien plus affectée que je ne le pensais. C'était vraiment triste. On aurait dit qu'il portait toute la misère du monde sur ses épaules. Ça ne l'intéressait pas vraiment de venir ici. Il pensait qu'il allait signer à Manchester United, à Chelsea ou au PSG, mais le Bayern Munich lui a dit : "Tu n'iras pas là-bas, il va t'arriver la même chose qu'ici et tu ne joueras pas." » De retour en Bavière, Renato Sanches a eu des promesses de jeu qui n’ont pas été tenues, et le voilà qui retrouve le sourire en 2019 lors de son arrivée au LOSC. Un club où jouait un certain Éder au moment de l’Euro 2016. De là à dire que le même destin l’attend, il n’y a qu’un pas.

Titulaire ou remplaçant ?


Au LOSC, Renato Sanches n’a pas toujours été titulaire : il n’a commencé « que » 14 des 23 matchs qu’il a disputés en Ligue 1 cette saison. Toutefois, le Portugais a retrouvé la confiance d’un coach qui ne lui a pas fait de cadeaux, comme Christophe Galtier le confiait dans le SoFoot #182 : « Il a besoin de retrouver une certaine forme physique, des repères tactiques. Tu ne peux pas être un fou sur le terrain. Quand on a récupéré Renato, il était comme une voiture miniature dont tu remontes le mécanisme et qui fonce dans tous les sens. Il n’avait pas de discipline. Il voulait tirer le corner et le reprendre de la tête en même temps. » Cela tombe bien, c’est cette même folie que recherche le Portugal et qui fait que Renato Sanches a toujours été dans les petits papiers de Fernando Santos, même quand il n’était pas dans la forme de sa vie.


Après deux saisons quasi pleines, Renato Sanches se sent en tout cas prêt à tout casser durant cet Euro 2020, comme il l’a confié à A Bola : « Je me sens bien meilleur joueur qu'en 2016, avec plus de capacités et plus d'expérience. Je me sens prêt à jouer de plus en plus. » Sauf que Fernando Santos est désormais confronté au même dilemme que Christophe Galtier : doit-il titulariser Renato Sanches ou profiter de son profil de dynamiteur en le faisant entrer en cours de jeu lorsque l’équipe adverse est fatiguée ? Une chose est sûre, la prochaine fois, le sélectionneur du Portugal n’attendra pas la 80e pour le lancer dans le pré. D’ailleurs, lors de l’Euro 2016, Fernando Santos a attendu le quart de finale contre la Pologne pour le titulariser. Un choix payant, puisque Renato a égalisé avant de transformer son tir au but. Le sélectionneur pourrait donc gagner du temps en alignant son running back dès le match contre l’Allemagne. D'autant plus que pour jouer la contre-attaque, c'est plus facile avec Renato Sanches qu'avec William Carvalho.




  • Analyse, paris à prendre & meilleurs bonus : Retrouvez notre pronostic Portugal - Allemagne sur l'affiche de 18h !

    Par Steven Oliveira
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Partenaires
    Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE
    Hier à 17:07 52% des fans chinois trouvent l'e-sport aussi excitant que le football réel 96
    Partenaires
    Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom
    Hier à 10:54 Le cousin d'Erling Haaland marque pour ses débuts pros 13