Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Le joueur de la 9e journée

Rémy Cabella, fruit de la passion

Ce week-end, Rémy Cabella a martyrisé la faible défense lyonnaise. Auteur d’un doublé et d’une passe décisive, le natif d’Ajaccio a répondu de la meilleure des manières aux supporters montpelliérains qui l’avaient sifflé il y a deux semaines face à Rennes. Un incident qui a beaucoup touché le petit bonhomme passionné qui, derrière ses airs de kéké, est un affectif et un bon gars.

Modififié
Rémy Cabella est comme Olivier Atton : le ballon est son ami. Une sphère qu’il chérit plus que tout et qu’il ne délaisse que rarement, ce qui, ajouté à un sacré talent, explique aisément que le natif d’Ajaccio soit capable de faire à peu près ce qu’il veut avec un ballon de foot. Ce dimanche après-midi, pendant que beaucoup de passionnés tapaient le cuir avec leurs potes sur des champs de patates, des synthétiques ou à même le bitume, Rémy Cabella faisait exactement la même chose, sur une pelouse professionnelle. Amoureux du football et du beau geste, le gamin joue comme avec ses potes, avec tout le bien et le mal que cela peut impliquer. Le bien, c’est comme ce week-end face à l’OL. Soyons honnête, si la défense rhodanienne est sans doute l’une des plus mauvaises de l’Hexagone depuis le début de la saison, le Montpelliérain a zouké avec Fofana, Ferri et compagnie durant 76 minutes. Sur un air de Francky Vincent, Rémy a une nouvelle fois donné sa passion et tout le monde a trouvé ça fabuleux. De quoi oublier aisément tous les tocards qui n’ont pas assuré.

Les girouettes gagnantes

Si son nom est souvent associé à Marseille, le mistral n’épargne pas les environs de Montpellier. Frappées de plein fouet par le vent violent, les girouettes héraultaises ne savent plus où donner de la tête. Copieusement conspué après une prestation médiocre à la Mosson face au Stade rennais (0-0), Rémi Cabella était, ce dimanche, le héros du triomphe montpelliérain face à l’Olympique lyonnais (5-1). Auteur d’un doublé, de trois passes décisives et, plus globalement, d’un récital face au septuple champion de France, le meneur de jeu de Jean Fernandez a donné la fameuse meilleure réponse aux critiques : celle du terrain. Un retour en force qui n’aide pas forcément à faire passer une pilule qui a été difficile à avaler pour « RC » . « Il était très malheureux après cela  » , avouait tranquillement Jean Fernandez en conférence de presse. L’intéressé, qui s’était fendu d’un simple tweet en réaction aux sifflets ( « Merci pour les sifflets, dans son propre stade ! Belle mentalité » ), a lui tenu à réagir au micro de beIN Sport. « Après les sifflets d’il y a une semaine et demie, c’était surtout à moi de changer, de montrer sur le terrain. Aujourd’hui, ça s’est bien passé, je me devais de me rattraper  » , balançait-il la tête froide. Une réaction tranquille, posée et réfléchie, pas forcément en adéquation avec l’image globale que véhicule le gamin. Mais pour Rémy Cabella comme pour d’autres, les apparences mentent.

Kéké au grand cœur


Le constat est malheureux, mais Rémy Cabella souffre du mal du siècle du footballeur : il paye son apparence. Ici une photo avec Chris Mavinga et Yann M’Vila, jambe droite du jogging relevée, cheveux plein de gel, diamant à l’oreille, le tout à Palavas-les-Flots, là des grigris pas toujours utiles, ou encore un amour pour les jeux vidéos, « RC10 » a la panoplie du footballeur kéké qui fait jaser et qui déplaît. Et si le gamin a gagné en sobriété au cours des derniers mois, autant dans son jeu que dans son look, c’est encore avec une image de sale môme qu’il écume les pelouses de France et de Navarre. Un avis qui n’est pas partagé par Jean Fernandez, toujours en conférence de presse. « C’est un gamin qui a été formé au club, qui donne tout pour le club, pour son maillot. Je le vois tous les jours, il donne tout, il est imprégné par les valeurs du club. Il a raté deux frappes et deux passes, et alors ? C’est un jeune joueur, pas un grand joueur, même s’il a le potentiel pour le devenir. Des matchs comme ça, il en fera d’autres » , abondait le coach héraultais après le mauvais match face à Rennes. Sorte de papa du petit Rémi, Louis Nicollin est également monté au créneau pour défendre un gamin « toujours présent pour les supporters, toujours disponible » .

Rien à voir avec cet air exubérant, que Cabella cultive également sur le terrain. Diamant brut depuis son arrivée à Montpellier, le technicien fait partie de ces joueurs qui agacent par leur talent, leur aisance et leur amour de la beauté du geste. Des hommes qui gagneraient à évoluer dans la simplicité, mais qui ne vivent que par la difficulté et la prise de risque. Ceux dont les coéquipiers s’apprêtent à gueuler lorsqu’ils tentent quelque chose d’impossible, avant de se raviser car cette folie est devenue réussite. S’il avoue avoir essayé d’avoir moins de déchet dans son jeu et que son père dit de lui qu’il a mûri, Cabella sait bien qu’il ne pourra jamais avoir un jeu parfaitement épuré. Au fond, ce n’est pas ce qu’on lui demande. Comme il y aura toujours quelque chose à jeter d’un match de Gervinho, Cabella ne terminera jamais un match à 98% de passes réussies et 0 balle perdue. Non pas parce que le môme est bête, simplement parce que le football est l’amour de sa vie et qu’il ne le vit que par le biais de la passion, de ce qui l’amuse, lui fait plaisir, sans jamais oublier d’où il vient. Né à Ajaccio, où il a évolué au Gazélec, Cabella est devenu footballeur à Montpellier, où il a ramassé la Gambardella 2009 avec Stambouli, Belhanda et les autres. Cet été, le Corse était courtisé par l’OM, un club qui le botte, mais pas question d’aller au clash. « C’est vrai que j’aurais pu partir en cacahuète quand le club m’a dit qu’un départ serait possible dans un an, mais pas maintenant. Et c’est vrai que l’OM, ça me disait bien. Mais je n’ai pas fait la gueule parce que ça ne me ressemble pas, tout simplement. » « Dans ma tête, c’était "Je veux bien aller à l’OM" et non pas "Je ne veux plus jouer à Montpellier"  » , avouait-il dans les colonnes de France Football. Il faut dire qu’après avoir été révélé l’année du titre, avoir confirmé la saison suivante (sept buts, six passes décisives), Cabella pourrait être l’un des vrais hommes forts de la saison en Ligue 1. Un homme que l’on siffle, car on a peur de lui.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Le Kiosque SO PRESS

Hier à 11:34 Football Leaks : une enquête de la FIFA sur les transferts troubles entre Aspire et Eupen 16
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Hier à 08:01 Venez regarder un match chez So Foot ! 6