Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8e de finale
  3. // Reims/Monaco (1-0)

Reims douche les coiffeurs monégasques

Face à des Rémois bien plus entreprenants, Monaco a concédé sa première défaite de la saison à Auguste-Delaune. Une défaite logique au vu de la rencontre et du manque de créativité des hommes du Rocher.

Modififié

Reims - Monaco
(1-0)
A. Devaux (34') pour Reims


Reims-Monaco, c'est avant tout une affaire de champagne. Quand les uns le produisent dans la douleur, les autres le boivent au casino de Monte-Carlo. En Ligue 1, le constat est le même. Quand Hubert Fournier se débat dans le ventre mou de la Ligue 1 avec un budget modeste, Monaco fait éclater la bulle financière pour concurrencer l'ogre parisien. Mais ce soir, c'était la Coupe de la Ligue. Une compétition où les classes d'écart s'effacent au profit de matchs gagnés à la force du caractère. Face aux remplaçants monégasques, l'occasion était donc belle pour les Rémois de démontrer que le bouchon ne pète pas toujours chez les plus aisés. Et ce soir à Delaune, Monaco s'est fait sabrer.

Monaco bis, Monaco glisse

Claudio Ranieri voulait prouver que son banc tenait la route. Au coup d'envoi, ce sont donc les coiffeurs du Rocher qui s'avançaient pour défier des Rémois contre lesquels Monaco n'avait fait mieux qu'un match nul en Ligue 1 (1-1, 8e journée). Exit Abidal, Moutinho ou encore Falcao (suspendu), bonjour Isimat-Mirin, Poulsen et Germain. Sur la papier, ça fait moins rêver, sur le terrain aussi. Si Monaco crée un semblant de danger sur le but de Placide en début de match grâce à quelques débordements côté droit, le rythme de la rencontre est dicté par les Rémois. Sur un tempo lent, certes, mais cela suffit à semer le trouble dans la défense du coach italien. Ca (c'est vraiment toi) et Devaux enchaînent, Turan déborde, et il s'en faut d'un rien pour que Fortès ne pousse un centre de ce dernier au fond des filets (16e). À gauche, où Fabinho prouve encore une fois qu'il est meilleur attaquant que défenseur, Reims s'amuse jusqu'à cette 34e minute où Devaux siffle la fin de la récré et lance les hostilités. D'une tête puissante à bout portant, le milieu vient fusiller Romero qui fête sa première titularisation dans les cages monégasques (1-0). Monaco est puni pour son incapacité à ressortir proprement et n'est pas loin de concéder le break sur une sortie « luciesque » d'Andrea Raggi, mal exploitée par le buteur rémois. Kondogbia tente bien de sonner la révolte avant la mi-temps avec une frappe surpuissante sur la transversale, mais c'est bien Reims qui rentre aux vestiaires avec un avantage mérité. On imagine bien Ranieri, déjà très chaud sur le banc, passer une sacré soufflante à ses joueurs.

Reims tient le coup

À la reprise, les intentions sont meilleures. Ocampos tente tout sur son côté, et l'on aperçoit même Poulsen, complètement absent des débats lors du premier acte. Ce dernier est d'ailleurs à l'origine des plus grosses occasions du second acte, mais se heurte par deux fois à un Placide serein et aérien (49e, 70e). Et Reims résiste. Avec courage, à l'instar du bandé Krychowiack. Avec réussite aussi, comme lorsque Fabinho voit sa frappe s'écraser sur la transversale (64e). Monaco tente, mais trop brouillon, trouve toujours un pied rouge sur son chemin. C'est même le Polonais qui est tout près de faire le break sur corner, mais son tir ne trouve que les tribunes en joie à la vue du tableau d'affichage (67e). Les entrées de James Rodríguez et Jessy Pi n'y changeront pas grand-chose. Malgré un semblant de révolte durant les 10 dernières minutes, une nouvelle intervention d'un Placide blessé dans ses buts et une ultime colère de Ranieri, Monaco trébuche d'entrée. Car les faits sont là : l'ASM se prive de la possibilité d'un titre accessible en concédant sa première défaite de la saison et laisse la place à des Rémois bien plus mordants. La Coupe ne tolère pas la moindre erreur.

Par Raphael Gaftarnik
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 4 heures Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti 1
il y a 5 heures Erick Thohir bientôt actionnaire d'Oxford United 2 il y a 7 heures La manifestation des ultras des Young Boys contre l'e-sport 16 il y a 9 heures Évra raconte sa vengeance après une blague de Piqué 64
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi