Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 36 Résultats Classements Options

RB Leipzig, à l’Est, du nouveau

Dix ans seulement après sa fondation, le RB Leipzig pourrait, ce samedi (20h), remporter le premier trophée majeur de sa jeune histoire : la Pokal, face au redoutable Bayern. Le cas échéant, ce sera la première fois depuis la Réunification que la Coupe d’Allemagne finirait entre les mains d’un club de l’Est du pays.

En allemand, le terme Schadenfreude désigne le fait de se réjouir du malheur d’autrui. Ce samedi, ils seront encore beaucoup à jubiler si le RB Leipzig s’incline en finale de la Pokal face au Bayern, tout juste couronné dans la douleur de son septième consécutif de champion. C’est dire si, dix ans après sa fondation en mai 2009, le RB Leipzig peine à se faire accepter par le public d’outre-Rhin. En cause, toujours la même chanson : trop commercial, dépourvu de tradition, soutenu par des fans opportunistes et ambassadeur d’un football calculateur et sans émotion. Pourtant, les faits sont là : après avoir sorti Hambourg en demi-finales, les Lipsiens sont plus proches que jamais de remporter le premier titre majeur de leur histoire. Mais pour ce faire, il faudra d’abord se défaire du Rekordmeister, à qui l’exercice réussit plutôt bien : depuis la réunification allemande, les Bavarois ont en effet terminé finalistes de 50% des vingt-huit dernières éditions de la Pokal.

De l’autre côté de la frontière invisible

Alors qu’au mois de novembre prochain, l’Allemagne fêtera le trentième anniversaire de la chute du mur de Berlin, un rapide coup d’œil au palmarès de la coupe nationale suffit pour comprendre à quel point les disparités entre l’Est et l’Ouest existent toujours autant. Seuls l’Energie Cottbus (1997) et l’Union Berlin (2001) sont en effet parvenus en finale, mais en s’inclinant à chaque fois. La seule différence entre ces deux équipes et le RB Leipzig, c’est que ce dernier n’a connu que l’Allemagne réunifiée, tandis que les deux autres ont longtemps été enregistrées sous le pavillon de la République démocratique allemande (RDA).


Du côté du club au taureau rouge, on fait fi de ce passé inconnu. Cependant, force est de constater que le RBL est devenu, depuis son accession à l’élite, le seul représentant pérenne d’une région toujours autant défavorisée depuis la Réunification. Pas seulement dans le domaine du football, mais ceci est une autre histoire. Une victoire en Pokal permettrait donc au trophée d’aller faire un tour à l’Est de la défunte frontière interallemande. Ce serait une première depuis la saison 1991-1992, celle de la réunion des clubs de tout le pays. Autant dire que le RB Leipzig a l’occasion d’écrire un petit morceau de l’histoire du football allemand, peut-être plus beau encore que toutes les étapes vers le sommet franchies jusqu’à présent.

Pas l’temps d’niaiser

Alors qu’en France, Chambly a récemment créé la sensation en devenant le club ayant connu la progression la plus rapide de l’histoire du football hexagonal (passant de la cinquième division de district à la Ligue 2 en tout juste 30 ans), le RB Leipzig a fait presque aussi fort. Pour sa première saison, le repreneur du SSV Markranstädt termine champion de D5. Trois ans plus tard, il accède à la D3, où après une saison de transition, il fait partie de l’antichambre, déménage au légendaire Zentralstadion (rebaptisé depuis Red Bull Arena) et ne met que deux saisons à rejoindre la Bundesliga. Pour rappel, à sa création, le PDG de Red Bull, Dietrich Mateschitz, espérait un tel exploit en une décennie. C’était déjà très optimiste, mais Ralf Rangnick, devenu entre-temps la cheville ouvrière du club saxon, lui a donné satisfaction avec trois ans d’avance.


Mais paradoxalement, l’armoire à trophées du RBL reste bien maigrichonne : rien à se mettre sous la dent hormis un titre d’Oberliga (D5) et deux coupes régionales de Saxe. Il faut dire qu’après la garantie de disputer une troisième Coupe d'Europe de rang, les supporters ont un motif de satisfaction qui paraît suffisant. Sauf que l’histoire ne retient que les vainqueurs et pas les seconds couteaux, aussi talentueux soient-ils. Voilà pourquoi le RB Leipzig doit absolument s’imposer ce samedi contre le Bayern. Pour graver une bonne fois pour toutes son nom dans le palmarès d’un football où il ambitionne de s’imposer toujours plus. Cette occasion sera-t-elle la bonne ? Une statistique semble jouer en sa faveur : dix ans après sa création, le VfB Leipzig, doyen des clubs allemands, devenait champion national. Quant au Lok Leipzig, il remportait la coupe de RDA en 1976, là encore dix ans après sa naissance. Au tour du RBL de prouver que dans la Messestadt, le chemin vers le succès dure tout pile une décennie.



Par Julien Duez
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi