Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 44 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Real Madrid-Liverpool

Raphaël Varane, meilleur défenseur dans un second rôle

À seulement 25 ans, Raphaël Varane dispute ce samedi soir sa troisième finale de Ligue des champions face à Liverpool (20h45). Et si le Nordiste, calme et raisonné, s’est finalement imposé comme le partenaire idéal à Sergio Ramos à Madrid, la France en attend toujours plus de lui. Certainement trop.

Modififié

Après Lisbonne en 2014 et Cardiff en 2016, Raphaël Varane va découvrir Kiev et son stade olympique ce soir. À chaque fois, l’international français est accompagné du même colocataire en défense centrale. Un type à peu près aussi barge que charismatique, et dont le joueur formé à Lens est, finalement, aussi différent que complémentaire. Un type qui l’a aidé, lorsqu'il est arrivé dans l’une des plus grandes institutions européennes à tout juste 18 piges, et duquel il continue à apprendre, sans tenter de copier systématiquement pour autant. Parce que Sergio Ramos est unique, et qu’il est difficile de faire du Sergio Ramos en étant aussi performant que l’Espagnol peut l’être. Et parce qu’il fallait bien quelqu’un pour tempérer un minimum les excès du capitaine madrilène.

Partenaire particulier


Lors du quart de finale retour de cette même C1 face à la Juve (1-3), Varane est contraint d’endosser le rôle de patron en charnière centrale. Ramos est suspendu, Nacho blessé, et c’est le jeune Jesus Vallejo (21 ans) que le Français doit prendre sous son aile. « Je ne vais pas me transformer en un joueur qui va aboyer partout et crier pour rameuter les troupes, je vais le faire avec ma personnalité, comme d'habitude. L'important, c'est que mes coéquipiers puissent compter sur moi tel que je suis. Je ne vais pas changer » , explique-t-il pourtant juste avant la rencontre. Une rencontre que le natif de Lille ponctue moyennement, par manque de leadership, de personnalité, d’aura, aussi, mais que la qualification des siens fait rapidement oublier.


Ce soir-là, Varane devait être le patron et n’a pas su l’être, une fois de plus. Même sans aboyer partout, il avait enfin l’occasion de prouver à chacun qu’il était capable d'assumer cette étiquette, qu’il se refuse régulièrement. Peut-être parce que ce rôle lui correspond moins bien, et que les qualités qui sont les siennes sont bien éloignées de celles dont peut se targuer un véritable leader.

Big Sam is watching you


Contre Liverpool, Raphaël Varane disputera donc sa dernière rencontre de la saison sous le maillot merengue, et devra ensuite se projeter le plus rapidement possible dans son Mondial. Et également laisser son costume de second à Madrid, pour enfiler celui de vice-capitaine de l’équipe de France. Problème : à chaque fois qu’il a été amené à enfiler cette tenue, elle a semblé mal taillée, trop grande et peut-être trop flashy pour un défenseur timide, réservé, mais ô combien précieux pour l’équilibre d’une équipe. Et si sa dernière sortie sous les ordres de Didier Deschamps face à la Colombie (2-3) n’a guère rassuré à ce sujet, c’est peut-être à Samuel Umtiti de saisir cette place dont personne ne veut.



Après tout, le défenseur du Barça, lui aussi couvé en Espagne par le charisme de Gerard Piqué (qu'il avale pourtant parfois sur le plan sportif), semble plus à même de diriger la charnière des Bleus en juin prochain. À Lyon, lors de sa dernière saison dans son club formateur, Big Sam assumait parfaitement son rôle de pilier, et présente des caractéristiques certainement plus proches de cette mission que Raphaël Varane. À moins de trois semaines du début de la Coupe du monde, il est désormais nécessaire qu’un leader naturel se dégage derrière. Patrice Évra n’est plus là, les quatre arrières latéraux français sont encore jeunes, et Adil Rami ne pourra pas endosser à lui seul ce statut depuis le banc de touche.

Par Jérémie Richalet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 16:11 Premier League : le mercato estival fermera encore plus tôt 4 Hier à 14:25 Ronaldo se balade en trottinette électrique et risque une amende 28

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 11:53 Le but pas vraiment fair-play d'une joueuse ouzbèke 30 Hier à 11:20 Christian Vieri derrière les platines 24