Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 14 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Reims-Marseille

Radonjić, tout pour plaire

Du feu dans les jambes, du cœur, de la folie et une capacité à renaître de ses cendres. Nemanja Radonjić a ce qu’il faut pour enflammer Marseille. Surtout qu’en cette deuxième partie de saison, il va enfin avoir l’occasion de le prouver. L'OM, qui se déplace à Reims samedi soir, compte en tout cas sur lui.

Modififié

Une défaite de plus à domicile, une expulsion pour son meilleur joueur et un huis clos à la clé après les 40 minutes d’interruption provoquées par un pétard. Autant dire que la dernière sortie de l’OM en championnat, face à Lille (1-2), a été un désastre. Mais les optimistes les plus acharnés trouveront toujours des satisfactions. Parmi elles : le premier but de Mario Balotelli avec l’OM pour son premier match, et la première belle performance de Nemanja Radonjić sous le maillot olympien. En même temps, il s’agissait seulement de sa troisième titularisation en Ligue 1. Le moment est peut-être venu pour le Serbe de vraiment lancer son aventure sur la Canebière. Avec la blessure de Payet, la suspension de Thauvin et la bonne impression qu’il a laissée face à Lille, Radonjić risque d’avoir un rôle important à jouer lors des prochaines semaines.

Fast and Furious


Flashé à 34 km/h lors d’une de ses nombreuses accélérations face au LOSC, Nemanja Radonjić a bien évidemment pour principale qualité sa vitesse. Ça tombe bien, car hormis Clinton Njie, l’OM manque clairement de joueurs capables d’apporter de la profondeur à son attaque. Au contraire de Florian Thauvin et Lucas Ocampos qui ont plus tendance à repiquer dans l’axe pour chercher la frappe, le joueur qui fêtera ses 23 ans dans deux semaines a plus un profil d’ailier à l’ancienne, multipliant les sprints dans son couloir pour déborder grâce à sa vélocité. Une pointe de vitesse impressionnante qu’il a travaillée au centre de formation du Partizan Belgrade avec un entraîneur de la section athlétisme, comme l’expliquait Footballski en août dernier. « Au-delà de la vitesse pure, il a des qualités de dribbles et de technique bien au-dessus de la moyenne. C’est un joueur de grande qualité, il faut lui laisser de la liberté. Pour moi, c’est un des plus grands talents serbes » , assure Danijel Ljuboja, l’ancien Parisien.


En plus de ses puissantes accélérations, Nemanja Radonjić a marqué face à Lille. Avant que son but ne soit annulé par la VAR pour un hors-jeu de Kostas Mitroglou, il a même eu l’occasion de le célébrer avec les supporters marseillais. Une joie de trop courte durée, mais qui a permis d’entrevoir la manière dont le Serbe vit le football : avec une passion dévorante. Transcendé par les ambiances chauffées à blanc, Radonjić est un supporter bouillant de l’Étoile rouge de Belgrade depuis son plus jeune âge. En 2009 face au Dinamo Tbilissi, il va voir son premier match avec un groupe ultra de la tribune Nord, les Delije. Il a alors seulement 13 ans. Et lorsqu'il a enfin pu porter le maillot rouge et blanc, il a pris l’habitude de célébrer ses buts avec ses anciens amis de stade.

Déjà un phénix


Autant dire que le Serbe n’attend qu’une chose à l’OM : retrouver un stade Vélodrome bouillant, prêt à exulter pour ses exploits. « Contre Lille, il fait un super match. Il faut qu’il marque vite ce but pour avoir le déclic, estime Danijel Ljuboja. Regardez, Florian Thauvin a fait des choses intéressantes pendant longtemps, mais c’est quand il a commencé à marquer qu’il a mis tout le monde d’accord. Nemanja c’est pareil, dès qu’il aura marqué, il aura la confiance et il va enchaîner. » À l’heure qu’il est, l’OM a besoin d’un ou plusieurs petits miracles pour sauver sa saison et revenir à la place qui est la sienne. Un renouveau, une résurrection. Ça tombe bien pour le Serbe, car il sait ce que c’est de renaître de ses cendres. Considéré comme un très grand espoir du football serbe depuis tout jeune, il a pour l'heure connu un début de carrière chaotique.



En 2013, à 17 ans, il est tout simplement mis à la porte du Partizan à cause de son attachement trop fort à l’Étoile rouge. Direction l’académie Hagi, où il reste six mois. Son talent indéniable lui permet de rejoindre la Roma. Premier rebond. Sauf que Nemanja ne joue jamais, ne parle pas un mot d’italien et se sent terriblement seul au camp d’entraînement, où il loge. Il est alors prêté à l'Empoli de Maurizio Sarri, mais un problème entre les deux clubs italiens l’empêche de jouer la moindre minute. Alors il rentre au pays, d’abord à Čukarički, puis à l’Étoile rouge. Après deux ans sans jouer et à traîner son spleen, l’ailier revient en Serbie avec 89 kilos sur la balance. Il faudra un an pour que « le vilain garçon du football serbe » retrouve petit à petit une hygiène de vie décente et surtout le goût du terrain. Second rebond. « J’ai des amis en commun avec lui. C’est quelqu’un qui a très envie de réussir. Je ne doute pas qu’il le fera à Marseille, il a le caractère pour affronter et profiter de ce contexte difficile » , conclut Ljuboja, confiant. Un peu de caractère ne fera pas de mal à l'OM.

Par Kevin Charnay Tous propos recueillis par KC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 20:04 Prolongation : 10€ offerts sans sortir sa CB pour parier ce week-end 4
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 15:48 Euro Millions : 164 millions d'€ à gagner + 20€ de bonus offerts ce vendredi