Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options

Racing : métro, boulot, bingo

En concédant le match nul à Tigre (1-1) dans la nuit de dimanche, le Racing s’est assuré de finir champion d’Argentine à une journée de la fin. Un triomphe qui doit autant à un vieux roublard de 36 piges (Lisandro López), un entraîneur séduisant (Eduardo Coudet), un jeune directeur sportif plein d'envie (Diego Milito) et à la faillite des monstres sacrés River Plate et Boca.

Modififié

  • La victoire de l’attaque... et de l’expérience

  • Vingt-huit ans. C’est la moyenne d’âge de l’effectif du Racing cette saison, un chiffre qui peut facilement chatouiller la trentaine quand on se penche sur le onze titulaire. Un seul cadre de moins de 30 balais en défense, les vieux loups de mer Lisandro López (36 ans) et Dario Cvitanich (34 ans) en attaque... Mais n’allez pas croire que ces roublards de l’Academia gèrent leur partie en bétonnant l’arrière-garde et en se reposant sur un pragmatisme « DDesque » . Portés par un schéma ultra-offensif, les joueurs d’Avellaneda ont constitué l’une des plus savoureuses équipes de la première moitié de saison. Meilleure attaque du championnat (42 pions), le Racing obtient les fruits des incessants coups de boutoir d'Augusto Solari ou de la pépite Matías Zaracho, mais aussi de l’expérience de ses tauliers derrière (meilleure défense de Superliga avec 15 buts encaissés).




  • « Chacho » , le « Cholo » offensif

  • Technicien relativement jeune (44 ans) et inexpérimenté (il a fait ses premiers pas sur le banc en décembre 2014), Eduardo « Chacho » Coudet a fait ses gammes à Rosario, où il acquiert l’étiquette d’un entraîneur novateur, mais maudit. Deux finales de Coupe d’Argentine perdues, une route vers le titre égarée dans la dernière ligne droite... L’Italo-Argentin a enfin trouvé la lumière cette saison à l'Academia avec son jeu basé sur l’attaque. Son très ambitieux schéma tactique en 4-1-3-2 avec des latéraux portés vers l’avant et trois milieux (très) offensifs a fait des ravages. Une audace qui l’a aussi poussé à faire de son gardien Gabriel Arias (le titulaire du Chili) une sorte de libéro à la Neuer pour compenser le positionnement très haut de ses défenseurs. D’autre part, son exubérance et sa passion dans sa zone d’entraîneur ne sont pas sans rappeler un certain Diego « Cholo » Simeone, révélé au Racing. Avec 99 points sur 150 possibles depuis son arrivée, Coudet est tout simplement l’entraîneur le plus efficace de l’histoire du club.



  • Lisandro López lourd

  • Son premier sacre au pays, il ne l’aura pas volé. À 36 berges, on pensait Lisandro López en pré-retraite à Avellaneda et son retour avait suscité pas mal de doutes. Au lieu de ça, l’ancien charbonneur de Porto et de Lyon s’est offert le statut de meilleur buteur d’Argentine avec 17 pions cette saison. Grâce à son expérience et son profil de renard des surfaces, « Licha » a été le rouage essentiel du Racing en bout de chaîne à la finition. Mais son influence est loin de s’arrêter à ses performances : son aura et son charisme taiseux, sa grinta et surtout son amour pour le club où il a été formé en ont fait un leader respecté, qui a poussé tout le monde à suivre les pas de sa barbichette.



  • Diego Milito, le beau DS nouveau

  • Venu se la couler douce au Racing avant de raccrocher les crampons en 2016 après sa brillante carrière à l’Inter, Diego Milito a enfilé avec brio son costume de directeur sportif. L’ancien buteur était typiquement le genre de taulier, garant de l’institution du club, qui manquait à la « maudite » Academia, devenue « Racing Positivo » sous sa coupe. À Avellaneda, l’ancien Nerazzurro a tout fait. Redynamisation du centre de formation avec les éclosions de Roger et Lautaro Martínez, brusque changement de cap dans les dépenses pour les arrivées de joueurs (22 M € engagés en 2017-2018 alors que le Racing n’avait jamais dépassé les 7 M €) et surtout professionnalisation accrue du club. C’est lui qui a notamment installé Eduardo Coudet au poste d’entraîneur, embauché trois analystes vidéo pour sonder les futures recrues et même usé de son faciès pour incarner la figure centrale de la campagne « Moi Milito, je suis supporter » , destinée à attirer des socios (13 000 supplémentaires avant la phase finale du championnat).



  • River et Boca, la chute des géants

  • En empochant son dix-huitième titre, le Racing a relégué au rang de faire-valoir les monstres sacrés River Plate (36) et Boca Juniors (33) cette saison. Sa gestion financière saine contraste notamment avec les tracas financiers de River, mais le club a aussi profité de la rivalité mortifère des deux géants du foot argentin, qui se sont entre-tués en Copa Libertadores. Le fait d’avoir érigé la compétition en obsession a poussé Xeneizes et Millonarios à détourner leur regard du championnat : un objectif certes rempli en atteignant la finale, mais qui s'est transformé en débâcle après le caillassage du bus de Boca. Un événement qui a cristallisé l'attention du monde entier, entraîné une escalade de tensions entre les deux clubs et engendré une énorme dose de mauvaise publicité qui a sans doute fait très mal aux têtes des Xeneizes et des Millonarios.

    Douglas de Graaf
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
    Modifié


    Dans cet article


    Partenaires
    Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom

    il y a 7 heures L'UEFA pourrait retirer la finale de la C1 à Istanbul 31
    il y a 7 heures Guendouzi dans la liste des 20 nommés pour le Golden Boy 2019 14
    Partenaires
    Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    il y a 11 heures Cenk Şahin « libéré » par Sankt Pauli après avoir soutenu l'armée turque 62