Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 21 Résultats Classements Options

Qui es-tu, Duje Ćaleta-Car ?

Il a beau être vice-champion du monde en titre, il est inconnu du grand public. Il a beau n’avoir que 21 ans, l’Olympique de Marseille n’a pas hésité à miser dix-neuf millions d’euros sur lui. Lui, c’est Duje Ćaleta-Car.

Modififié
Jacques-Henri Eyraud avait prévenu : « Nous avons prévu d’investir des montants très significatifs dans l’acquisition de nouveaux joueurs. » Avec environ dix-neuf millions d’euros lâchés sur Duje Ćaleta-Car – prononcez Duyé Chaleta-Tsar –, la promesse est d’ores et déjà tenue. Au-delà d’une simple recrue, ce transfert symbolise peut-être un changement de stratégie de l’OM qui, d’une part, bat enfin le FC Séville sur le mercato et, d’autre part, passe de recrues expérimentées à moindre coût (Rami, Luiz Gustavo, Germain...) à un jeune prometteur courtisé dans toute l’Europe. Mais justement, qui est ce Duje Ćaleta-Car ?

D’Akhénaton à Napoléon


Comme Akhénaton, leader du groupe marseillais IAM, mais aussi comme Paolo de Ceglie, fantôme italien passé par le Vélodrome en 2015-2016, Duje Ćaleta-Car est né un 17 septembre, en 1996 dans la ville croate de Šibenik sur les bords de l’Adriatique. Ville occupée par la France pendant huit ans sous Napoléon, qui l’avait subtilisée à l’Autriche. Croatie-Autriche-France, c’est donc logiquement la trajectoire suivie par Ćaleta-Car, qui arrive dès 2013 en Autriche, où il s’engage avec Pashing en troisième division. Robuste et déjà prometteur, le jeune Duje tape dans l’œil du Red Bull Salzbourg, qui l’attire dès 2014. « On l'a pris à 17 ans avec Liefering, l'équipe 2 de Salzbourg, pendant un peu plus d'un an et ensuite on l'a fait monter en équipe première, toujours avec moi comme coach. On lui a fait franchir toutes les étapes jusqu'à être un titulaire en D1 » , raconte Peter Zeidler au Phocéen.


Quatre ans plus tard, Ćaleta-Car s’est imposé comme l’un des jeunes défenseurs centraux les plus prometteurs d’Europe, notamment grâce à la campagne européenne du RB Salzbourg la saison dernière : « Il est très jeune et ce n'est pas encore un international confirmé. Mais, il a déjà de grosses qualités, notamment avec sa taille (1,92m) grâce à laquelle il gagne tous ses duels aériens sans faire de fautes. Il est aussi très sobre dans sa relance et il sait jouer court ou long. Mais, sa plus grande qualité pour moi est d'être très cool. Il n'est jamais nerveux, toujours très concentré et il le transmet à ses coéquipiers » , abonde Zeidler. Outre sa puissance, son jeu de tête (72% de duels aériens gagnés) et ses qualités de relances (il a été le joueur qui touche le plus de ballons en Autriche la saison passée), Ćaleta-Car possède déjà une expérience intéressante à vingt et un ans : 130 matchs pros avec Salzbourg, dont 21 de C3 et 9 de barrages de C1, ainsi qu’un titre de vice-champion du monde avec la Croatie, quatre championnats et trois coupes d’Autriche. Costaud.


Dans la lignée de Skoblar, Boksić, Runje... et Sertić


Alors que Séville le courtisait également, et qu’Ivan Rakitić le poussait dans cette direction, il a donc choisi l’OM pour franchir un palier. Pour cela, il devra corriger quelques défauts, comme l’a expliqué Peter Zeidler au Phocéen : « C'est le vrai défenseur moderne. Il est au top tactiquement, mais il faut juste qu'il arrive à rester concentré en règle générale. Il a aussi le défaut de prendre pas mal de cartons, pas parce qu'il veut faire mal, mais son jeu est naturellement dur. Il proteste un peu trop aussi. » Lors de sa présentation, Ćaleta-Car a déjà désigné son professeur : « Je suis persuadé que Rami sera un bon conseiller sur et en dehors du terrain. Je l’admire, ce sera un honneur de travailler avec lui. » Et de jouer à ses côtés, puisque le droitier devrait occuper l’axe gauche laissé libre par Rolando.



Pour s’acclimater à Marseille, il pourra compter sur le Franco-Croate Grégory Sertić, même s’il ne le connaissait pas avant sa signature : « Je suis très heureux qu’il y ait un autre Croate, mais il n’a pas du tout influencé mon arrivée à l’OM. » Studieuse, la recrue marseillaise avait pris le temps de réviser les classiques croates de l’OM – Josip Skoblar, Alan Boksić et Verdran Runje – , avant de confier que ses quatre matchs contre Marseille la saison passée avaient pesé dans la balance : « C’est sûr que l’OM est un grand club, et que les supporters m’ont poussé à choisir l’OM. » Son ancien coach appuie cette thèse : « Je pense qu'il est tout à fait dans le profil d'un joueur de l'OM. Il aime la ferveur du public et les grands stades. Il va adorer le Vélodrome. En tout cas, j'estime qu'il a la classe internationale et que les deux parties font une bonne affaire. » À Marseille, il portera le numéro 15, comme d’autres défenseurs centraux avant lui, tels Tomáš Hubočan, Stéphane Sparagna ou Ronald Zubar. Mais aussi Jérémy Morel.



Par Adrien Hémard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article