Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Bilan
  3. // Milan AC

Quel remède miracle pour Milan ?

Cela faisait une éternité que le Milan AC n’avait pas passé les fêtes à une position de classement si basse. Les Rossoneri sont treizièmes de Serie A, avec cinq points d’avance sur la zone de relégation, et douze longueurs de retard sur la zone Europe. Il faut changer. Oui, mais quoi ?

Modififié
C’est un Noël amer que s’apprêtent à passer tous les supporters du Milan AC. Pour la deuxième année consécutive, leur équipe arrive à la trêve avec un retard conséquent sur le peloton de tête, et après une défaite qui fait mal. L’an dernier, un sévère 4-2 encaissé sur la pelouse de la Roma. Cette fois, un revers 1-0 lors du derby de la Madonnina. Mais tout le monde en est bien conscient : la situation est bien plus préoccupante cette année. Milan n’est plus Milan. Le jeu ne ressemble à rien, Allegri ne sait plus à quel saint se vouer, et les deux seuls joueurs en mesure de faire la différence, Balotelli et Kaká, offrent des prestations beaucoup trop en dents de scie pour pouvoir être les sauveurs de la nation. L’avis général, c’est que Milan vit des heures sombres, et qu’il est bien difficile de voir la fin du tunnel. « C’est la pire équipe de l’ère Galliani, a affirmé dimanche soir sur Sky Sports Zvonimir Boban, illustre joueur du Milan des années 90. Au moins, l’année dernière, il y a eu quelques bons matchs. Mais cette saison, on n’a même pas vu un seul bon match de la première à la dernière minute. Et la situation des deux administrateurs délégués est absurde. Cela aurait été inimaginable il y a quelques années dans un club sérieux comme le Milan. » Perdu sur le plan sportif, mais aussi au niveau de la ligne directrice à adopter, Milan avance avec un bandeau sur les yeux. Jusqu’à tomber dans le ravin ?

De Nesta à Zapata, c’est dur

Le derby disputé contre l’Inter est le symbole de ce début de saison du Milan AC. Une équipe qui voudrait, mais qui n’y arrive pas. L’équipe d’Allegri a longuement dominé ce match, mais personne n’a réussi à la mettre au fond. À l’heure de jeu, l’équipe a calé sur le plan physique, et l’Inter, au buzzer, a marqué le but de la victoire. L’impression, c’est que Milan avait les armes pour gagner ce match. Mais qu’il les a mal utilisées, ou pas du tout utilisées. Balotelli a eu des occasions, mais ne les a pas concrétisées. C’est bien là tout le problème de ce joueur. Un attaquant génial, meilleur buteur de Serie A sur l’année civile 2013 (18 buts devant Palacio et Di Natale, 17), mais à qui le manque de sang-froid fait cruellement défaut. En cela, Mario n’est pas celui dont Milan a actuellement besoin, car il n’est pas le genre de joueur qui peut prendre son équipe par la main, et la sortir du bourbier. Il est bon quand Milan va bien. Il ne l’est pas quand Milan va mal. Quand les choses tournent dans le mauvais sens, il s’énerve, veut tout faire tout seul, s’agace après l’arbitre.

Alors, dans cette situation, la solution pourrait venir de Kaká. Mais là, c’est l’inverse. L’ancien Ballon d'or pourrait largement être le leader charismatique de cette équipe, mais n’a plus les ressources physiques pour y parvenir. Le talent est toujours là, Kaká est capable de gestes de classe à tout moment, mais ce n’est pas lui qui peut sauver un Milan à la dérive. Il aurait été parfait dans le Milan de Zlatan et Thiago Silva. Mais pas dans celui-là. Et les autres ? Bien peu se sauvent. De Jong et Emanuelson y mettent toute leur âme. Ils sont deux éléments sur lesquels Milan peut se baser, mais ils doivent être mieux entourés. Car le reste n’est pas à la hauteur. On aime beaucoup Bonera, Zapata, Muntari, Birsa ou Gabriel. Mais ils ne sont pas dignes du Milan AC. Milan mérite bien mieux que cela, tout le monde en est bien conscient. Il n’y a qu’à regarder la génération qui s’en est allée en 2012 pour s’en convaincre… Nesta, Gattuso, Zambrotta, Kaladze, Zlatan, Thiago Silva, Inzaghi. On est à des années-lumière au-dessus de celle que Milan connaît actuellement.

Allegri ou pas Allegri ?


Alors, quel remède ? Virer Allegri ? Recruter du lourd ? Attendre que tous les blessés reviennent de l’infirmerie ? Dire à Barbara d’aller se faire foutre et redonner les pleins pouvoirs au duo Silvio-Galliani ? Peut-être un peu de tout ça à la fois. Sur Allegri, les avis sont mitigés. L’impression, c’est surtout que le coach, champion d’Italie en 2011, ne peut pas franchement faire mieux avec l’effectif qu’il a à disposition (Milan s’est qualifié pour les huitièmes de finale de C1, ce qui est déjà un petit exploit). Il semble toutefois que le cycle de l’ancien coach de Cagliari soit arrivé à son terme. Mais virer Allegri maintenant n’aurait que peu de sens. Autant le conserver jusqu’à la fin de la saison, et préparer intelligemment la saison prochaine. Changer maintenant d’entraîneur risquerait surtout d’avoir pour effet de rajouter du bordel dans le bordel déjà existant. Mieux vaut recruter des joueurs, et offrir ainsi la possibilité à Allegri de pouvoir faire du meilleur boulot. Car le technicien a déjà prouvé qu’il était capable, avec les bonnes armes, de faire de grandes choses.

Deux recrues ont déjà été officialisées. Adil Rami en défense, et Keisuke Honda au milieu. Suffisant ? A priori, non. Milan serait sur le point de faire signer Nainggolan, le joueur de Cagliari, mais aussi D’Ambrosio, du Torino. Pas mal. Surtout, le club rossonero devrait enfin récupérer Pazzini et El Shaarawy, ce qui va faire du bien au secteur offensif. Même si tout le monde est bien conscient que le secteur qui a le plus besoin de renforts, c’est la défense. Rami, OK, mais un petit effort économique pour prendre quelqu’un d’autre (Cannavaro ?) ne serait pas de refus. Enfin, Silvio Berlusconi a tout intérêt à venir remettre de l’ordre dans son club. Car la petit guéguerre à distance entre sa fille, Barbara, et son bras droit de toujours, Adriano Galliani, fait plus de mal qu’autre chose au clan milanais. Galliani a fait un boulot dingue depuis plus de vingt ans. Il sait comment faire gagner le Milan AC. Toutefois, l’idée de changer et de révolutionner tout ça n’est pas mauvaise. Mais les choses doivent se faire en douceur. «  Il y a des manières de dire les choses » , avait affirmé Galliani. Barbara, elle, n’est pas le genre de femmes à faire dans la dentelle. Si elle veut révolutionner le Milan AC, d’accord, mais il va falloir faire les bons choix. Car un club comme le Milan ne peut pas se permettre de vivre le genre de situations qu’il est en train de vivre. Du moins, pas deux saisons de suite.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié