Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Prédictions

Que va-t-il se passer jusqu'au 26 mai 2018 ?

Chaque année, le PSG vise la victoire en Ligue des champions en claquant des millions, José Mourinho se trouve de bonnes excuses et Patrice Évra innove en podcasts. Mais parfois, rien ne se passe comme prévu, alors on a imaginé le pire. La fin de saison 2017-2018 en avant-première.

Modififié

Janvier : Évra reprend du Elton John et Nasser craque son PEL


Sept matchs, sept victoires. Manchester City continue d'impressionner en ce début d'année, malgré les absences de Gabriel Jesus, Vincent Kompany et Benjamin Mendy, toujours sur le flanc. Point d'orgue, cette victoire 3-0 à Liverpool avec un triplé du Kun Agüero. Battu dans le même temps à domicile par Stoke City, José Mourinho fulmine : « Je ne suis pas du tout admiratif, Manchester City ne respecte aucun fair-play financier, quand Gabriel Jesus est blessé, Sergio Agüero prend le relais. Alors que moi, je n'ai que Lukaku, Ibrahimović, Martial et Rashford qui peuvent jouer dans l'axe. » Mauvaise foi toujours, Patrice Évra a définitivement décidé de miser sur le 4e art dans ses podcasts vidéo : après la référence tout en retenue à Edith Piaf pour lancer l'année, il réagit à l'absence de propositions durant le mercato par une performance endiablée en playback sur I'm still standing d'Elton John. Histoire de rappeler qu'il n'a pas pris sa retraite.

Vidéo

De son côté, Antero Henrique fait moins de bruit, mais n'en réalise pas moins des miracles. Au prix de négociations serrées, il boucle coup sur coup l'arrivée gratuite de Lassana Diarra et les départs d'Hatem Ben Arfa à Fenerbahçe (5 millions d'euros), Javier Pastore à l'Inter (50 millions d'euros) et Gonçalo Guedes à l'AC Milan (60 millions d'euros). Avec 115 millions d'euros dans les caisses à 23h30, le directeur sportif portugais vient de lever la menace du FPF sans trop affaiblir son groupe. « Désormais, il me reste 30 minutes pour me détendre, observer le marché, et éventuellement dénicher une perle rare à bon prix » , fanfaronne-t-il légitimement devant les caméras du Late Football Club sur Canal Plus. Manque de bol, à 23h57, sans prévenir son N-1, Nasser Al-Khelaïfi fait péter les clauses libératoires de Toni Kroos et Casemiro sur un coup de panique. 400 millions d'indemnités, sans parler des salaires. Il est où le fair-play financier, il est où ?


Février : Lucas et Di María filent en Slovénie


Battu 3-1 à Séville en match aller des huitièmes de finale de la Ligue des champions, Mourinho continue sa fixette sur City, qui s'est imposé magistralement 4-0 à Bâle. « Non seulement Guardiola peut se payer six gardiens, quatre arrières gauches et huit avants-centres, mais en plus il s'achète des tirages au sort sur mesure. Désolé, mais je n'appelle pas ça être un grand entraîneur. » Pendant ce temps, Nasser Al-Khelaïfi minimise devant la presse les 300 millions d'euros que son DS doit trouver d'ici juin. « Que celui qui n'a jamais fait un petit panic buy me jette la première pierre. » Bizarrement, le patron de l'UEFA Aleksander Čeferin abonde et dit ne pas s'inquiéter de la situation du PSG. Il s'inquiète d'autant moins que le club où il a exercé, l'Olimpija Ljubljana, a obtenu en prêt gratuit Lucas Moura et Ángel Di María jusqu'à la fin de la saison. Salaires, logements et nourriture intégralement pris en charge par le club français, plus dix cartons de maillots dédicacés par Neymar et Mbappé.


Malgré ses recrues « madrilènes  » , Paris coule à Santiago Bernabéu 3-1, triplé de Cristiano Ronaldo. L'émir du Qatar se veut rassurant avec son bras droit : « Bien sûr, en cas d'échec européen, Nasser devra partir, mais je ne laisserai jamais un ami aussi proche sans emploi. On a besoin de monde pour finir la construction de nos stades pour le Mondial 2022. » Toujours sans club, Pat Évra ne lâche pas l'affaire et détruit la chanson « Wo Ai Ni, Zhongguo » (Je t'aime, la Chine) dans son nouveau podcast. Comme si l'herbe allait être plus verte à Beijing Guo'an...


Mars : Periscope fait des siennes


Distancé en championnat, éliminé de la C1 par Séville, Mourinho continue son délire anti-City et Guardiola : « Comment lutter contre un État qui ne respecte aucune logique économique ? Le seul espoir, c'est une épidémie de gastro-entérite aiguë chez les Citizens. » Souhait exaucé deux semaines plus tard, quand l'entraîneur catalan du second club de Manchester voit les deux tiers de son effectif pro décimé par un mystérieux virus intestinal. Pas suffisant pour enrayer la machine, Yaya Touré, Eliaquim Mangala et David Faupala prenant le relais avec brio et plaçant l'avance des Sky Blues à vingt points. « Avec mon Chelsea de 2005, cela ne se serait pas passé comme ça » , lâche le no longer Special One dans une interview pour le Daily Mail.


À Paris, Nasser Al-Khelaïfi peut souffler : deux doublés de Kiki Mbappé et Neymar envoient son PSG en quarts de finale. Prochain obstacle : la Juventus de Blaise Matuidi. Mais les futures retrouvailles sont gâchées par le fuitage sur internet d'une session Périscope dans laquelle un Nasser Al-Khelaïfi extatique lâche les punchlines. « Meilleur président du monde ? N'exagérons rien, meilleur président d'Europe seulement. Florentino Pérez ? C'est une fiotte, comme Javier Tebas. » Serge Aurier s'empresse de rappeler sur Facebook que « Nasser est un père spirituel » . Obvious. De son côté, Pat Évra a compris que c'était mort pour la Chinese Super League, il se met donc en scène dans un nouveau podcast où il danse sur « Dola Re Dola » , un chanson extraite du film Bollywood Devdas. « J'ai toujours rêvé d'un challenge en Indian Super League. » Opiniâtre.

Vidéo


Avril : L'ombre d'une remontada


En raison de l'insistance du Mou, Pep Guardiola accepte un challenge en one-shot « pour constater qui est le seul vrai grand entraîneur des deux » . Chacun des deux techniciens coache une équipe de U11 originaire de Manchester, match retransmis en direct par Skysports. La Team Guardiola explose celle de Mourinho 5-1. Le Portugais commence à être à court d'arguments et s'en prend aux mamans : « La base, ce sont des glucides, un fruit et un produit laitier au petit déjeuner. On m'a saboté une semaine de travail. » De son côté, Paris survole son quart de finale contre la Juventus avant d'exploser à nouveau le Barça au Parc des Princes en demi-finale aller. 5-1 avec trois missiles de Toni Kroos et un nouveau doublé de Mbappé. « Je ne crains pas une nouvelle remontada » , affirme un Nasser Al-Khelaïfi nerveux en zone mixte.



La semaine suivante, Le Canard Enchaîné sort une information sur le dirigeant qatari, qui le lendemain du match a formulé une offre globale à 925 millions d'euros pour claquer les clauses libératoires de Messi, Suárez, Iniesta et Rakitić avant le match retour. Avant de se raviser quand Antero Henrique lui a expliqué que les transferts ne seraient pas effectifs avant juillet prochain. « Dommage poto, avec les prêts gratuits de Kiki et Adrien, je te le faisais passer café crème avec le FPF » peut-on lire dans un SMS d'Aleksander Čeferin révélé par le Guardian. Mais avril n'est pas que le mois des petits arrangements sous la table, c'est aussi celui de la philanthropie : Hervé Mathoux lance une perche à Patrice Évra « qui ferait un superbe consultant pour le CFC » . Le présentateur vedette a été touché par la détresse de l'ancien latéral gauche, gravement blessé durant le tournage de son tout dernier podcast. Il faut préciser qu'il y défiait un ours apprivoisé en combat singulier, histoire de montrer qu'il était « toujours au top physiquement » malgré l'indifférence des clubs indiens. Téméraire.


Mai : Sakho glace Paris


Paris s'incline 3-0 au Camp Nou, non sans s'être une nouvelle fois montré très fébrile. Mais cela passe et deux jours plus tard fuite une nouvelle vidéo d'un Nasser Al-Khelaïfi euphorique qui force ses joueurs à faire une chenille dans l'avion du retour. Mourinho, de son côté, continue sa descente aux enfers après une couverture du Sun, qui compare son ventre bedonnant à la ligne svelte de son rival Guardiola. « J'ai beau le dire à Matilda, pas de cuisine au beurre et pas de gluten, mais bon, qui suis-je pour imposer des choses à mon épouse ? Guardiola ne respecte pas les femmes, c'est tout ! » Au rayon des bonnes nouvelles, Patrice Évra est l'invité de J+1, et annonce devant Nicolas Tourriol qu'il intégrera dès la saison prochaine les équipes de consultants de la chaîne. L'idylle contractuelle ne dure pas plus de 15 minutes, la faute à un nouveau high kick de l'enfant terrible du foot français sur Julien Cazarre, à la suite d'une punchline malvenue. Contrairement au supporter marseillais visé à Guimarães, le chroniqueur vedette de la chaîne cryptée n'avait pas levé sa garde.


Comme une mauvaise nouvelle ne vient jamais seule, le PSG s'incline en finale de la C1 à Kiev contre Liverpool. 1-0, but de Mamadou Sakho. L'ancien titi parisien a été rappelé d'urgence par son ancien employeur après que l'épidémie ayant ravagé les intestins de l'effectif de Manchester City ne s'est propagée à Anfield. « Combien sa clause, combien ? » demande frénétiquement NAK à son directeur sportif Antero Henrique. Lequel répond avec fatalisme : « Patron, vous avez oublié d'annuler l'offre pour Iniesta, 200 millions plus salaire à 35 millions d'euros net jusqu'à 2023. Je vous en supplie, laissez-moi retourner à Porto. » Deux jours plus tard, Pat Évra est intronisé à sa place, met Kurzawa et Berchiche sur la liste des transferts, avant de forcer Unai Emery à l'installer comme titulaire. Al-Khelaïfi : « J'ai tout donné à Antero, et pour quel résultat ? Patrice est l'homme de la situation. » He loves this game.

Vidéo


Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 1 heure Prolongation imminente pour Gignac avec les Tigres 9
Hier à 18:01 Il marque après 729 jours de disette 39

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 16:04 La troisième Coupe d'Europe officialisée en décembre 61
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 14:33 Carrasco offre 10 000 euros à un coéquipier qu'il a envoyé à l'hôpital 15