Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2012
  2. //
  3. // Primes

Que faire des primes des Bleus ?

C’est fait : les primes des joueurs de l’équipe de France sont gelées pour une durée indéterminée. Une « sanction » financière qui ne va pas empêcher les joueurs de partir en vacances. Mais alors, que pourrait-on faire de ces primes ?

Modififié
1 - On les donne à la Fédération Espagnole de football pour les dédommager d’Adil Rami.

Etre ramasseur de balles lors d’un match à Valence, c’est un peu comme être ramasseur de balles à l’US Open lors d’un match entre Andy Roddick et John Isner : c’est la merde. « Vas-y, la prochaine mine de Rami, elle est pour toi. J’en ai marre moi… » balance un petit bénévole à son jeune collègue. Mais grâce aux primes de l’équipe de France, fini les querelles, fini les pierre-feuille-ciseaux pour décider de qui prendra son scooter pour aller chercher le dégagement de l'ex-Lillois. Grâce aux fonds soulevés par les Bleus, on installe des filets un peu partout dans les 20 stades de Liga et on paye 2000 euros par soir les ramasseurs obligés de bosser les jours de matchs de Valence. Une très belle action.

2 - On les donne à Noël Le Graët, pour qu’il se rachète un look.

S’il y a bien une chose que l’on ne peut pas reprocher à Noël Le Graët, c’est d’avoir bien préparé son discours. Bavard, accueillant, à l’écoute, le boss de la FFF a régalé les journalistes présents boulevard de Grenelle. Seul bémol, quand on a le statut de président, que ce soit de la FFT, fédération française de tarot, ou de la FFF, il faut un minimum bosser la dégaine. Avec les primes des Bleus, Noël pourrait consulter le type qui a remis des cheveux à Wayne Rooney, et virer cette micro-mèche qui lui recouvre le crâne, façon PPDA d’un ancien temps. Avec ces sous, il pourrait également acheter une cravate plus courte, car celle qu’il arborait ce mardi trainait sur ses chaussures. Enfin, grâce aux Bleus, il n’aurait pas besoin de trafiquer avec sa mutuelle pour changer ces lunettes grosses et foncées, façon « j’ai fait des choses bizarres dans l’Yonne il y a quelques années de ça  » . Un nouveau président pour de nouvelles ambitions. Une autre belle action.

3 - On les file aux sans-abri.

Premiers arrivés, premiers servis. Le Foyer Notre-Dame des sans-abri, association caritative lyonnaise qui accueille 5000 sans-abri chaque année, a invité les joueurs de l’équipe de France à lui verser soit une partie, soit la totalité des primes remportées lors de l’Euro 2012. Une très belle opportunité pour rendre des gens heureux et pour redorer une image de plus en plus terne. Pour rappel, ce modèle est celui pour lequel ont opté les footballeurs italiens, qui ont reversé leurs primes aux victimes du tremblement de terre qui a touché l’Emilie-Romagne. Sans conteste l’option la plus classe.

4 - On les donne au football féminin, mais pas à l’OL.

Bah ouais, faut pas déconner. Déjà, ils sont cools, les mecs, de filer leurs primes aux nanas. Dans le monde du tennis, ça ferait longtemps que Gilles Simon aurait dilapidé ses thunes plutôt que de payer la liposuccion de Marion Bartoli. Gentlemen, les Bleus filent leurs primes aux femmes du foot, mais pas à celle de l’Olympique Lyonnais. D’abord parce qu’elles gagnent beaucoup trop souvent et ensuite, et surtout, pour faire chier Jean-Michel Aulas. Ca aidera peut-être des clubs de vraies villes (hors Paris, Lyon, Montpellier, Saint-Etienne) à participer au championnat. Parce que Juvisy – Rodez, ça fait vraiment troisième tour de Coupe de France. La solution la plus paritaire.

5 - On rachète l’Espagne.

Que ce soit avec Didier DeschampsPaul Le Guen, franchement, la Coupe du Monde 2014, ça pue. Déjà, il faudra soit taper l’Espagne en qualifications, soit se farcir des barrages. Ensuite, il faudra aller se trainer au Brésil en espérant tomber dans une poule abordable avant de sortir la tête basse en huitièmes de finale d’une compétition que le royaume du chômage et de la coupe mulet attaquera encore dans la peau du favori. Fermement décidé à ne pas connaître une nouvelle désillusion, Noël Le Graët, avec la complicité de Laurent Fabius, se propose de racheter l’Espagne. Une offre d’abord refusée par la Commission européenne avant que quelques mois plus tard, face aux nouvelles difficultés économiques, monsieur Barroso ne craque. Manque de bol, pendant ce temps, l’Allemagne à racheté l’Italie, et nous écrase en finale. Dommage, c’était la solution la plus opportuniste.

6 - On finance le mercato de l'OM.


Orphelin d'un entraineur, placé dans une famille d'accueil où Papa Labrune et Maman Margarita partent souvent en week-end, l'OM a bien failli redoubler son année scolaire et vient de commencer l'été en prenant des râteaux de la part de stars de la Ligue 1 comme Renaud Cohade, Anthony Mounier ou Timothée Kolodziejczak. Une situation qui alarme la France du foot. La FFF, la LFP, la DNCG et les Bleus se réunissent et, au bout de longues heures de tractations, s'accordent pour investir toutes les primes dans le mercato phocéen. Sauf Mathieu Valbuena et Steve Mandanda, bien sûr. Mais faut faire vite, il y a du monde sur le dossier Kévin Monnet-Paquet et les enchères montent vite.

Ou encore :
- On paye les primes des Grecs, qui ont également atteint les quarts de finale.
- On achète des sous-vêtements aux militantes de Femen.
- Comme les Italiens et le séisme en Emilie-Romagne, on reverse les primes aux victimes des feux de forêt à Colorado Springs (USA).
- On rachète les Glasgow Rangers et on les réintègre directement en National.
- On les offre aux joueurs qui n'ont pas pu participer à l'Euro : Loic Remy, Christophe Jallet, Jérémy Mathieu, Kevin Gameiro...

Si vous avez de meilleures idées, n'hésitez pas à les partager dans les commentaires...

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 1 heure GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Champions League il y a 1 heure Un doublé pour Rooney, DC United qualifié pour les play-offs 3 il y a 2 heures R3 : Bourbaki remporte le derby de Pau 4
il y a 3 heures Gignac plante son dixième but de la saison 7

Le Kiosque SO PRESS