Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options

Quand un groupe d’investisseurs corses du Venezuela voulait racheter l’OM

Modififié
Trop beau pour être vrai.

Dans son édition du jour, La Provence remonte en 1980, l'année où Christian Carlini, le président de l'OM, a cru pouvoir revendre son club à de curieux investisseurs sud-américains. Totalement aux fraises, aussi bien sportivement que financièrement, les Phocéens sont au fond du trou. Et le 5 septembre 1980, un groupe d'investisseurs vénézuéliens débarque en promettant aux dirigeants olympiens d'investir 10 millions de bolivars dans le club. Carlini est aux anges et fonce tête baissée. « J'ai un chèque de 300 millions dans la poche ! Ce sont des bolivars, mais la somme est authentifiée par une banque réputée » , annonçait alors le président de l'OM de l'époque à Jean Ferrara, un ancien grand reporter du journal Le Provençal. Le dirigeant donne plus de détails au journaliste : des Corses installés au Venezuela sont venus à Paris pour apporter l'argent, avec pour seule contrepartie, l'engagement d'un de leurs joueurs soi-disant très coté.



L'info fait la Une de L'Équipe, le quotidien Le Provençal prend d'énormes pincettes et Alain Pécheral écrit pour Le Soir : « On pense au canular, traduit par l'équation : 10 millions de bolivars = 1 milliard de balivernes, je pose mon stylo et je ne retiens rien (...) l'argent n'a pas d'odeur ? À qui profite la frime ? (...) Blanc-seing ou noirs desseins ? Canne blanche ou came blanche (comme neige) ? » Jamais l'OM ne verra la couleur de ces bolivars, et un an plus tard, le Tribunal de commerce prononce la cessation de paiement et la liquidation de biens du club phocéen.


Vraie douille. TM
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi
Hier à 13:23 Georges Best, Rapinoe, OM... Offrez-vous un tirage photo exclusif !
Hier à 11:36 Cadix fête son retour en Liga en officialisant l'arrivée de Negredo 21 Hier à 09:53 Le frère d'Aurier tué par balle à Toulouse 182