Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 6 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)

Quand Manuel Amoros filait à la mexicaine

Il y a 25 ans, Manu Amoros s'est trouvé à deux doigts de devenir le premier Français à évoluer au Mexique. Bien avant Gignac, Thauvin et consorts. Mais le désir du club de Puebla n'a pas pu être comblé. Retour sur cet épisode méconnu, et un brin rocambolesque.

C'est une petite colonne de Reforma, datée de 9 juin 1996. « Le défenseur Manu Amoros est arrivé hier pour s'intégrer au Club Puebla » , indique le quotidien mexicain. Le pays d'Hugo Sánchez est à l'époque une destination qui commence à devenir à la mode pour les vétérans européens, alors qu'Emilio Butragueño a repoussé sa retraite pour venir prêter main forte en 1995 à l'Atlético Celaya (modeste club qu'il vient d'envoyer en finale du championnat). Un an plus tard, c'est un autre membre de la mythique Quinta del Buitre du Real Madrid qui vient le rejoindre : Michel. L'arrivée de ces grands noms a d'ailleurs contribué à attirer le latéral français, une référence mondiale à son poste. C'est, en tout cas, ce qu'il répond dans un espagnol approximatif à la presse mexicaine à son arrivée à l'aéroport de Mexico.

Pourtant, Manu Amoros n'a aucunement l'intention de s'éterniser au Mexique. Du pays picante, l'international français - qui chiffre alors 34 printemps - garde pourtant de très bons souvenirs. En 1986, il y avait brillé avec les Bleus, demi-finalistes de la Coupe du monde. Un parcours d'ailleurs terminé à Puebla, belle ville coloniale située à une centaine de kilomètres au sud de Mexico, lors du match pour la troisième place remporté face à la Belgique. « On avait été très bien accueillis dans ce grand et beau pays, on se promenait souvent en ville, et les contacts étaient toujours chaleureux » , se souvient le principal intéressé. La médaille de bronze en poche, le latéral droit joue d'ailleurs la prolongation avec sa femme.

Vacances sans lendemain


Une semaine de tourisme, explique-t-il : « On a fait Cancún, comme tout le monde. Mais surtout, on a fait les sites mayas et aztèques. Historiquement comme culturellement, c'était très intéressant et très beau à voir. On se demandait comment ils avaient pu construire de tels temples, qui sont toujours sur pied. C'est un pays fabuleux. » Que de bons souvenirs, et même pas une petite turista ramenée ? « On aimait beaucoup leur nourriture, on évitait juste de boire de l'eau du robinet. On avait de l'eau en bouteille et puis de toute façon, on préférait la bière » , répond le retraité. Alors, pourquoi ne pas y avoir tranquillement fini ses jours de footballeur avec une cerveza à la main ?



Puebla est alors un club en crise, qui lutte pour ne pas descendre. Ce qu'avoue méconnaître Amoros, qui vient de contribuer à la remontée de l'OM en première division, quand la presse l'interroge à son arrivée à l'aéroport. Le club vit même une crise d'identité, au point de vouloir changer de couleurs. Mais Puebla, repris en main notamment par José Abed (grande fortune, et important nom du sport automobile mexicain), n'est pas un petit nom au Mexique. Au début de décennie, la Franja a d'ailleurs vécu une époque faste auréolée de deux finales (dont une remportée en 1990). Amoros ignore aussi cela, comme le nom de ceux que la presse pense être ses futurs coéquipiers ou son entraîneur. Il a en fait accepté le rendez-vous avec les dirigeants, plus par courtoisie qu'autre chose, comme il le précise : « Un ami avait beaucoup de contacts au Mexique et avait commencé à discuter directement avec Puebla, c'est pour cela que j'ai dû m'y rendre. »

De l'arthrose empêchant le mouvement


Amoros se rappelle un dîner dans un hôtel, et « pense » avoir visité les infrastructures le lendemain avant de prendre son vol retour : « En fait, je souffrais depuis des mois d'une co-arthrose de la hanche. Mais les dirigeants de Puebla ne voulaient pas me croire, et voulaient me voir. Mon cas a été vite réglé, ils ont bien vu que je souffrais et n'ont pas pu me convaincre de rester. D'ailleurs, en France, tout le monde était au courant qu'il fallait que je me fasse opérer pour rejouer. »

Les dirigeants de Puebla ne réaliseront donc pas leur beau coup en faisant venir l'ex de Monaco, de l'OL et de l'OM. Amoros rejouera bien au foot, mais en amateur et avec une prothèse de hanche alors que le Mexique vit une petite révolution avec le début de l'ère des tournois courts (semestriels)... sans lui. Il aurait alors été le premier Français à jouer au Mexique. Avant l'arrivée du roi de la bicyclette Amara Simba (León, puis Unión de Curtidores, en 1997) et bien avant André-Pierre Gignac, Jérémy Ménez ou Florian Thauvin.

Par Thomas Goubin, avec Marcelo Assaf
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.



Dans cet article


Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE