Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // PSG-Real Madrid

Quand Isco était trop gros pour Unai Emery

Face au Paris Saint-Germain, Isco aura certainement envie de briller. Déjà pour se rattraper de ses dernières sorties légèrement ratées, mais surtout pour régler ses comptes avec Unai Emery. Car, si le coach du PSG est celui qui a lancé le meneur de jeu dans le monde pro en 2010 du temps où il coachait Valence, il n'en reste pas moins qu'il n'a jamais vraiment fait confiance à l'international espagnol, obligé de retourner dans son Andalousie pour se faire un nom.

Modififié

À moins de s'appeler Zinédine Zidane ou Cristiano Ronaldo, il est souvent difficile pour un footballeur de réussir à marquer de son empreinte chaque club dans lequel il est passé. D'ailleurs, qui se souvient du passage de Thiago Silva au FC Porto ? Ou de celui de Thiago Motta à l'Atlético de Madrid ? Pas grand monde, pour ne pas dire personne. De la même manière, mis à part les férus de Valence, peu nombreux sont ceux qui peuvent se targuer d'avoir vu Isco disputer une rencontre avec le maillot du FC Valence sur les épaules. Et si le passage du meneur de jeu espagnol de 25 ans chez les Chés n'est pas resté dans les annales du club, cela est dû à une seule personne : Unai Emery.

Un doublé, puis l'équipe B


Retour en 2006. Né à Benalmádena, à quelques kilomètres de Málaga, Isco quitte pourtant son Andalousie natale pour rejoindre le centre de formation de Valence. Très vite, tout va s'accélérer pour l'actuel numéro 22 du Real Madrid qui grimpe les échelons des équipes de jeunes à Valence comme en sélection, où il terminera notamment troisième de la Coupe du monde U17 en 2009 avec ses potes de la génération 1992 (Álvaro Morata, Sergi Roberto, Koke ou encore Iker Muniain). Des prestations qui tapent forcément dans l'œil de l'entraîneur principal des Chés, Unai Emery, qui lance Isco dans le petit bain lors d'un huitième de finale retour de Coupe du Roi face à la modeste formation de l'UD Logroñés, en novembre 2010.


Pas vraiment du genre à être tétanisé par la pression de sa première en pro, le meneur de jeu espagnol régale le public de Mestalla et s'offre un doublé en toute tranquillité. Le premier d'une longue série à Valence ? Pas vraiment, puisque cette rencontre de Coupe du Roi restera sa seule titularisation. Il disputera par la suite quatre bouts de match de Liga, avant de retourner faire le bonheur de l'équipe B, Unai Emery lui préférant l'Argentin Alejandro Domínguez pour faire souffler Juan Mata, garant du poste. Si quelques années après, ce choix paraît très étrange, à l'époque, il avait donné raison au coach basque. Valence termine en effet la saison à la troisième place du classement, pour la deuxième année consécutive.

« Isco était un peu gros »


Mais alors, pourquoi Unai Emery a décidé de mettre au placard le jeune Isco aux pieds d'argent, alors que sept ans plus tard, ce même Unai Emery a voulu faire venir l'Espagnol au Paris Saint-Germain ? À en croire Iñaki Sáez, ancien directeur technique national de l'Espagne et ancien coach des Espoirs, la réponse se trouve sur la balance : « Il avait une qualité incontestable, qui sautait aux yeux. Mais il était un peu gros et à Valence, ils lui ont fait une préparation physique spéciale, il a perdu 6 kilos. C'était encore un jeune mec mal dégrossi. Mais les qualités, il les avait déjà. Avec 6 kilos en trop, un adolescent ne peut pas avoir l'agilité qu'il aurait dû avoir, parce que si techniquement, t'es déjà très fort, avec une bonne condition physique, tu deviens encore meilleur. Après, il est devenu excellent. »



Malheureusement pour Valence, c'est à Málaga, chez lui, que Francisco Román Alarcón Suárez est devenu Isco. À peine revenu en Andalousie, l'international espagnol éclabousse la Liga de son talent et permet à Málaga de décrocher la première qualification en Ligue des champions de son histoire, avant de remporter le trophée de révélation de la saison et celui de Golden Boy. Finalement, si Unai Emery reste l'entraîneur qui n'a pas donné sa confiance à Isco, il reste aussi l'homme qui lui a permis de perdre du poids et devenir le joueur fabuleux qu'il est aujourd'hui. Tout n'est donc pas perdu pour Hatem Ben Arfa.



Par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Le Kiosque SO PRESS

il y a 12 heures Football Leaks : une enquête de la FIFA sur les transferts troubles entre Aspire et Eupen 16
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
il y a 15 heures Venez regarder un match chez So Foot ! 6