Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Süper Lig
  2. // J6
  3. // Beşiktaş-Adana Demirspor

Quand Giuseppe Meazza coachait Beşiktaş

Ce mardi soir, Beşiktaş reçoit l’Adana Demirspor. Sur le banc de l’Adana, un Italien, Vincenzo Montella. Ce qui, en 2021, n’a rien d’étonnant. Fut un temps, néanmoins, où voir un entraîneur italien sur le banc d’un club turc était quelque chose d’impensable. C’était en 1949, et cette année-là, le légendaire Giuseppe Meazza venait s’asseoir sur le banc... de Beşiktaş. Récit.

Une vie passée dans le Nord de l’Italie. De sa naissance à Milan, le 23 août 1910, jusqu’à sa retraite en 1947, Giuseppe Meazza n’est jamais allé plus loin que Turin. Sa carrière s’est résumée à quatre clubs en Lombardie (Ambrosiana-Inter, Milan, Varèse et Atalanta) et un dans le Piémont (la Juventus). Et ses débuts sur un banc de touche, à l’Inter, semblent indiquer que « Peppino » se tiendra à cette même conduite pour sa nouvelle vie d’entraîneur. Et de fait, outre l'Inter, Meazza entraînera aussi la Pro Patria (Lombardie) et la Nazionale. Il décèdera en 1980 à Lissone, en Lombardie, et la ville de Milan renommera le stade San Siro à son nom. Et pourtant, si l’on regarde mieux, on peut apercevoir une anomalie. L’espace de cinq mois, en 1949, Meazza a en effet entraîné... Beşiktaş, en Turquie. Pourquoi ? Et surtout, comment s’est-il retrouvé là ?

Quitter sa famille


Après la fin de la guerre, en 1945, Meazza dispute une saison à l’Atalanta, au cours de laquelle il occupe le rôle d’entraîneur-joueur. L’année suivante, il rentre chez lui, à l’Inter, où il joue la dernière saison de sa carrière. Sa place est désormais sur le banc, mais ses 18 premiers mois passés sur le banc nerazzurro ne sont pas franchement convaincants : 48 matchs, 22 victoires, 19 défaites, 7 nuls. Au terme de la saison 1947-1948, terminée à la 12e place (pire classement de l’histoire du club depuis le lancement de la Serie A), le président Carlo Masseroni décide de ne pas poursuivre. Meazza se retrouve sans emploi, mais aucun club de la région n’est à la recherche d’un coach. Il lui faut donc prospecter ailleurs, et c’est alors qu’une improbable offre va arriver sur sa table. Une offre de Beşiktaş.

« J’ai fini par accepter l’offre de Beşiktaş. Et le 18 janvier 1949, avec les larmes aux yeux, j’ai quitté ma famille et ma ville, direction Istanbul. »

La suite, c’est Meazza lui-même qui la racontait dans la revue historique Il Calcio e il Ciclismo Illustrato. « Je ne me sentais pas de quitter ma famille, ma ville, mes amis, retraçait-il. Je ne suis pas fait pour une vie normale, pour les longs déplacements... Mais quand vous avez deux petites filles à nourrir, il faut également regarder la réalité en face et s’adapter. Et c’est ainsi que j’ai fini par accepter l’offre de Beşiktaş. Et le 18 janvier 1949, avec les larmes aux yeux, j’ai quitté ma famille et ma ville, direction Istanbul. »


Un dernier match pour l'honneur


À l’époque, le voyage pour se rendre à Istanbul prend plusieurs jours. Mais c’est une page d’histoire qui s’écrit là : Giuseppe Meazza devient le premier Italien à venir coacher une équipe étrangère. Forcément, pour un homme qui n’avait jamais quitté son Italie natale, le choc de l’éloignement est compliqué à gérer. « Là-bas, j’ai vraiment souffert de mélancolie, comme on souffre quand on a vingt ans, qu’on part faire son service militaire et qu’on laisse sa fiancée. Néanmoins, j’ai également trouvé en Turquie une sympathie touchante et des nouvelles amitiés inoubliables. J’ai conservé des revues turques dans lesquelles on parlait de moi de manière élogieuse. »

« Il y en a un qui s’appelait Sol Bek, et un autre qui s’appelait Sag Bek. Du coup, pour appeler le premier, je sifflais une fois, et pour le deuxième, je sifflais deux fois. »

Rapidement, Giuseppe Meazza s’adapte à sa nouvelle vie à Istanbul. Avec les aléas de celui qui ne parle pas la langue et doit se faire comprendre. « C’était difficile pour moi de m’adresser aux joueurs, racontait-il. J'avais donc mis au point des systèmes. Si je voulais m'adresser à l'arrière gauche, qui se dit "Sol Bek", je sifflais une fois. Et pour l'arrière droit, "Sag Bek", je sifflais deux fois. » De ces cinq mois passés à Istanbul, il ne reste que très peu de traces sportives. De fait, la Turkish National Division s’est interrompue entre 1947 et 1950. Meazza n’a donc dirigé l’équipe que pour l'Istanbul Football League (Beşiktaş s'est classé premier devant Fenerbahçe) et pour des matchs amicaux, notamment un face aux Anglais de Charlton.




Avant de rentrer en Italie, l’homme aux cheveux gominés tient à faire un petit cadeau à son club d’adoption, à l’occasion d’un amical face à l’Austria Vienne. « En juin, je suis rentré en Italie. Avant de partir, les dirigeants m’ont couvert de cadeaux et de souvenirs. Pour leur prouver ma gratitude, j’ai accepté de jouer, le samedi avant mon départ, face à l’Austria. Et voilà qu’à 39 ans, je suis me retrouvé à disputer un véritable match, mon dernier. Au terme de celui-ci, Şükrü (Şükrü Gülesin, buteur de Beşiktaş également passé par Palerme et la Lazio, NDLR) et les autres m’ont porté en triomphe. » Et Beşiktaş n’a jamais oublié Meazza. Le 21 août 2020, le club stambouliote lui rendait hommage sur Twitter, à l’occasion de l’anniversaire de sa mort.



Par Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.



Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
Hier à 12:47 Salle OM, salle PSG: viens mater le Classico lors d'une projo So Foot inédite 5