Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 47 Résultats Classements Options

Quand Erdogan libère des arbitres séquestrés

Modififié
İbrahim Hacıosmanoğlu est un président de club responsable et mesuré.

Mercredi soir, le boss de Trabzonspor était en furie après le match nul concédé à domicile face à Gaziantepspor (2-2). La raison de sa colère ? L'homme estime alors que l'arbitre de la rencontre a oublié de siffler un penalty en faveur de son équipe. Au point d'ordonner à des employés du club de bloquer l'homme en noir, et ses assistants.

« L'arbitre ne sort pas du stade tant que je ne suis pas là  » , aurait-il lancé selon la presse locale. Un ordre reçu 5/5. Çağatay Şahan et ses acolytes ont été séquestrés dans leur vestiaire pendant quatre heures, jusqu'à ce que le président de la République en personne, Recep Tayyip Erdoğan, intervienne. « Ne provoquons pas un scandale devant la Turquie et le monde » , aurait-il lancé à İbrahim Hacıosmanoğlu pour apaiser la situation, comme le rapporte l'AFP.


Finalement, les arbitres ont pu quitter les lieux sous escorte policière. FL
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 6 heures Fournier, Lacombe et Franck Thivilier vont former des entraîneurs brésiliens 10 il y a 7 heures Mexique : Maradona déjà en demi-finale du championnat 18

Le Kiosque SO PRESS