Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 18 Résultats Classements Options
  1. // SO FOOT #163
  2. // En kiosque le 7/02

Quand Adrien Rabiot était pour l'OM...

Modififié
Avant d’être formé au PSG, Adrien Rabiot a porté les couleurs de l’US Créteil Lusitanos jusqu’à ses 13 ans.

Et à l’époque, ses coéquipiers sont formels : Adrien en pinçait plus pour l’OM que pour le PSG du numéro 9 et capitaine Pedro Miguel Pauleta ! C’est en tout cas ce que dévoile Abdelhak Benaniba, ancien coéquipier du milieu de terrain dans le 94, dans le magazine So Foot #163, en kiosque ce jeudi: «  Lors des Clásicos, il était clairement pour l’OM.  » Un autre des coéquipiers de Rabiot à l’USCL, Jacky Locko, ne dit pas autre chose : «  Il était à fond derrière eux.  »

Une chose est sûre, la famille Rabiot n’était pas à fond derrière le PSG, puisque la mère, Véronique, a tenté par tous les moyens d’éviter que son fils soit formé à Paris. Après un crochet par le centre de formation de Manchester City, puis un autre à Pau, Véronique tente de pirater l’ANS signé avec le PSG (accord de non–sollicitation, un contrat aspirant pour mineurs qui interdit à d’autres clubs pros de draguer le joueur ou sa famille) en proposant les talents d’Adrien à certains clubs espagnols.

Au printemps 2009, Jacky Mariz, dirigeant du Pau FC et ami de Véronique, organise ainsi une petite tournée en Catalogne pour que le jeune Francilien puisse être détecté par des scouts locaux. «  L’idée, c’était que son fils soit repéré par les Espagnols, indique le Béarnais dans les colonnes du So Foot à paraître le 7 février. Malgré ce fameux ANS signé avec le PSG, Véronique m’avait juré sur la tête de ses trois enfants qu’Adrien n’irait jamais au PSG.  »


Pour comprendre les zones d’ombre d'Adrien Rabiot et les raisons qui ont toujours poussé son clan à ne jamais vraiment faire confiance au PSG, lisez l’enquête publiée dans le So Foot 163 en kiosque jeudi.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 13:59 Le football belge aux couleurs LGBT ce week-end 56