Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // PSG-Real Madrid

PSG-Real Madrid : la finale avant l'heure ?

En terminant premier de son groupe, le Paris Saint-Germain pouvait espérer rencontrer Porto, Bâle ou encore le Shakhtar Donetsk. Mais non, Unai Emery n'a visiblement pas la même réussite que Didier Deschamps, et les Parisiens devront se défaire dès les huitièmes de finale du double tenant du titre, le Real Madrid. Pas une mince affaire.

Modififié

L’adversaire : Real Madrid


« Quelle que soit l’équipe que nous affronterons, ce sera la même chose. Je veux n'importe quelle équipe. » Avant le tirage au sort, Unai Emery paraissait confiant en conférence de presse. Et il avait raison de l'être, son équipe du Paris Saint-Germain avait terminé sa phase de poules à la première place avec le record de buts inscrits. Mais le hasard du tirage au sort a décidé de ne pas être clément avec les Parisiens en leur offrant le pire adversaire possible : le Real Madrid. Double tenant du titre, douze Ligue des champions au palmarès, on ne présente plus les Merengues. Alors oui, les hommes de Zinédine Zidane ont terminé derrière Tottenham après s’être fait surclasser à Wembley par les Spurs (3-1). Oui, la Maison-Blanche compte déjà huit points de retard sur le Barça en Liga après un mauvais début de saison qui les a vus perdre contre Girona ou le Betis notamment. Mais c’est bien connu, la vérité de décembre n’est jamais celle de février-mars, une période où le Real Madrid est souvent intraitable. Et dire qu’il fallait juste terminer second de la poule pour hériter du Beşiktaş et laisser le Real Madrid au Bayern Munich.

Les clés du match


Face au Real Madrid, le Paris Saint-Germain devra certes réussir à stopper la BBC qui n’a pas encore pu évoluer ensemble cette saison et qui compte bien rattraper très vite le temps perdu. Mais la vraie bataille se situera au milieu de terrain. Avec Kroos, Casemiro et Modrić, le Real Madrid dispose de l’un, si ce n’est le meilleur milieu de terrain d'Europe. En face, le Paris Saint-Germain a du répondant avec Adrien Rabiot, Marco Verratti, Thiago Motta ou Julian Draxler, mais les Parisiens devront montrer autre chose que face au Bayern Munich où Adrien Rabiot s’est notamment fait bouffer par Corentin Tolisso. C’est clairement là que tout va se jouer puisque les deux équipes possèdent un jeu relativement similaire, avec une alternance entre les phases de possession et les contres assassins.

La décla


« C'est un beau tirage avec deux beaux matchs à jouer. Nos supporters seront ravis, surtout avec le match retour à la maison. C'est en tout cas un beau défi pour le club. C'est une grosse opportunité pour les joueurs et le club de montrer que nous sommes forts en Ligue des champions. » Maxwell, coordinateur sportif du PSG dont les supporters parisiens aimeraient qu’il rechausse les crampons pour cette double confrontation.

Les précédents


Historiquement, le Real Madrid est un club qui réussit bien au Paris Saint-Germain, qui n’a quasiment que des bons souvenirs de ses duels avec les Merengues. Ce quart de finale de C3 en 1993 et le coup de tête d’Antoine Kombouaré dans les arrêts de jeu qui offre la qualification au Paris Saint-Germain (1-3, 4-1). Puis, cet autre quart de finale, en C2 cette fois-ci, avec une victoire au Santiago-Bernabéu sur un but de George Weah et là encore la qualification en demi-finales. Mais, pour les moins de 20 ans, le Real Madrid, c’est surtout une défaite 1-0 en 2015 sur un but de Nacho en phase de poules, quelques jours après un match nul 0-0 au Parc des Princes.

Le truc qui sape le moral


En inscrivant un golazo face au Borussia Dortmund, Cristiano Ronaldo est devenu le premier joueur de l’histoire de la Ligue des champions à marquer dans tous les matchs d’une phase de poules. Car oui, si le quintuple Ballon d’or galère en Liga, où il n’a fait trembler les filets qu’à quatre reprises, en C1 l’attaquant portugais en est déjà à neuf brindilles. Déjà tourné vers sa quête d’un sixième Ballon d’or, CR7 n’a pas prévu dans son programme de s’arrêter en huitièmes de finale, alors Dani Alves va avoir du boulot.

La bonne nouvelle


Oui, Sergio Ramos est le meilleur défenseur central du monde ; oui, Marcelo est le meilleur latéral gauche du monde ; oui Dani Carvajal est l’un des meilleurs latéraux droits du monde, mais non, le Real Madrid n’a pas la meilleure défense du monde. Loin de là même, puisque la Maison-Blanche encaisse beaucoup de buts - sept en C1 et déjà onze en Liga. La faute à des erreurs d’inattention, un banc de moyenne qualité à ces postes défensifs et un gardien, Keylor Navas, pas toujours rassurant. Alors, si Diego Rolán arrive à marquer au Santiago-Bernabéu, Neymar, Cavani et Mbappé devraient aussi y parvenir.

Le surnom à la con

- Le dépensico, avec deux équipes qui aiment dépenser sans compter.




Par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 4 heures DERNIER JOUR : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
Hier à 16:26 Une amende de 2250 euros pour Lampard 11