Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Gr. B
  3. // Espagne-Iran (1-0)

Princes of Persia

Le Portugal se voyait déjà en huitièmes de finale après avoir battu le Maroc ? Encore faudra-t-il se défaire de l’Iran lors du troisième match de poules. Pas une mince affaire au regard des vertus déployées par les soldats de Carlos Queiroz face à l’Espagne, ce mercredi soir.

Modififié
Les filets ont tremblé à 22h22 à Kazan, soit 23h52 à Téhéran (UTC+4h30). Minuit, mais il n’est pas question de crime. Il convient plutôt de changer l’ordre des lettres pour dire merci. Merci pour ce frisson. En se démenant dans la surface espagnole à la réception d'un coup franc, Saeid Ezatolahi marque le but de l’égalisation face à l’Espagne. Le jeune milieu de terrain fait trembler la Kazan Arena. Il ne le sait pas encore, mais quelques secondes plus tard, alors qu’il sera en train de bouffer le gazon et du bonheur en barre sous une montagne humaine formée par tout le staff et les joueurs iraniens, y compris le gardien Alireza Beiranvand qui a tapé le sprint de sa vie, le but sera refusé à cause d’un hors-jeu après appel à la VAR. Face à l’Espagne, l’Iran a touché du doigt la lune.


Qui aurait imaginé l’équipe de Carlos Queiroz mettre à mal l’Espagne après avoir vu la purge Maroc-Iran lors de la première journée ? Qui aurait imaginé l’équipe de Carlos Queiroz mettre à mal l’Espagne après avoir vu la Roja réciter son football contre le Portugal ? Qui aurait imaginé Vahid Amiri – jamais sélectionné en équipe nationale avant ses 26 ans (il en a 30 aujourd’hui) – mettre un petit pont en mondovision au champion du monde Gerard Piqué ? Peut-être bien Carlos Queiroz, justement. « Pour nous, ce match est une chance, avait annoncé l’entraîneur portugais, qui façonne la sélection iranienne depuis sept ans. On a cette rare capacité à se sacrifier les uns pour les autres. » Et ses joueurs l’ont prouvé.

Le petit pont d'Amiri sur Piqué

Le premier acte ressemble à un siège. Les vagues espagnoles se succèdent, mais il y a toujours un pied, une tête ou un genou pour protéger les cages du portier iranien. Ainsi, sur les dix frappes déclenchées par la bande à Isco en 45 minutes, l’élancé Alireza Beiranvand n’a besoin d’intervenir qu'à une seule reprise, toutes les autres tentatives étant hors cadre ou contrées par la défense. Discipline et engagement sont les maîtres-mots des Iraniens, coulissant parfaitement afin de fermer les portes de leur surface. Jusqu’ici, ce n’était qu’une attaque-défense entre l’une des plus belles armadas de la planète et des mecs qui jouent « avec leurs moyens » . Jusqu’ici.


En l’espace de deux minutes après la pause, Karim Ansarifard s’offre une occasion en or sur le but de De Gea, puis Diego Costa ouvre le score en contrant un dégagement. Ce qui devait tuer les espoirs iraniens allait, au contraire, les stimuler comme jamais. L’Espagne recule, se fait bouffer par le pressing de son adversaire et serre les fesses sur coups de pied arrêtés ou quand la terreur du Persépolis Téhéran, Vahid Amiri, fait glisser le cuir entre les jambes de Piqué avant de servir un centre idéal à Mehdi Taremi, dont le coup de casque (encore un) passe juste au-dessus de la transversale. L’exploit n’est pas loin. Saeid Ezatolahi l’a fait, mais une poignée de centimètres a tout effacé. Défaite 1-0.

Souffrir et faire souffrir

« Nous avons montré que nous étions prêts à souffrir » , a dit Queiroz avec fierté après la rencontre. Prêts à souffrir et à faire souffrir l’Espagne, championne du monde 2010 et favorite pour remettre la main sur la coupe. Après avoir battu le Maroc à l’arrachée au cours de ce qui fut, reconnaissons-le, un sacré hold-up, l’Iran a regardé l’Espagne dans le blanc des yeux et sait désormais qu’elle n’a pas à rougir avant son date avec le Portugal – lundi soir à Saransk – pour une place en huitième de finale.


Il y a quelques semaines, Queiroz, encore, se souvenait pour SO FOOT de l’un de ses premiers matchs à la tête de l'Iran : « Je me souviens les avoir vus pleurer après un match en Corée du Sud. Ils se victimisaient, car ils manquaient de confiance et d’amour-propre. Je leur ai dit : "Je ne veux voir personne pleurer. Je veux vous voir jouer. Votre boulot, c’est de faire pleurer les autres." »

Ce temps est révolu. Car, Milad Mohammadi, l’homme qui envoie un salto avant de faire une touche à la 90e+4, ne manque pas de confiance en lui. Il connaît aussi le sens de l’amour-propre, alors face au risque de foutre en l’air l’action de la dernière chance, il a préféré reprendre son élan après sa pirouette.



Par Florian Lefèvre L'interview de Carlos Queiroz est à retrouver dans le SO FOOT #157 spécial Coupe du monde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS

I récup ze ball !

Vidéo



Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
Signé Diego