Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 37e journée
  3. // Nantes/Sedan (1-0)

Poussez-vous, Nantes revient !

Le FC Nantes a officialisé son retour dans l'élite ce vendredi soir en battant Sedan (1-0) malgré l'expulsion de Deaux dès la 4e minute. Guingamp ayant également obtenu son ticket, la Ligue 1 connaît déjà ses trois promus de l'année prochaine, et Nantes s'apprête à disputer sa 46e saison chez les grands.

Modififié
Nantes-Sedan : 1-0
But : csc Pogba (60e)

Lundi soir, la scène était passée inaperçue, noyée dans les flots d'images et de commentaires made in Trocadéro. Elle était pourtant très belle. En battant Caen sur son terrain, Nantes vient de gagner un match à six points et de poser une godasse et quatre crampons en Ligue 1. Dans les vestiaires, les joueurs rejouent leur célèbre Harlem Shake, puis enjoignent à leur président de mettre le feu. L'immense Waldemar Kita tombe d'abord la veste, puis commence à dénouer sa cravate, quand Michel Der Zakarian débarque, ivre de rage plus que de joie. « Oooh ! La fête c'est pour vendredi, quand on sera officiellement en L1 ! Pour l'instant, vous filez sur la pelouse. Décrassage !  » En trois secondes, tout le monde est calmé, y compris le propriétaire du club, qui se rhabille tout penaud : «  Non, mais il a raison, le coach.  »

« Quel con ! Mais quel con ! »

Oui, il avait raison, le coach. Parce que si toute la famille nantaise débarquait avec le sourire et sous le soleil ce vendredi soir à la Beaujoire, on sentait quand même flotter dans l'air une odeur de trouille. Et si on devait attendre une semaine de plus ? Et si on ne parvenait pas à fêter la montée à domicile ? Et si, surtout, tout s'effondrait et qu'on devait reboucher le champagne ? Crainte justifiée dès la 4e minute de la rencontre face à Sedan. Victime d'une faute dans le camp ardennais, Lucas Deaux s'emporte inexplicablement et balance un coup de tête à son agresseur. Carton rouge, évidemment. « Quel con ! Mais quel con ! » Voilà ce qu'on entend dans les tribunes de Louis-Fontenau. On entend aussi les smartphones sortir des poches pour regarder les scores des rivaux. Caen, encore sonné par sa défaite du début de semaine, se fait mater par Châteauroux. Angers et Dijon ne mènent pas. Pour l'instant, tout va bien.

D'autant plus que malgré leur infériorité numérique précoce, les Canaris assiègent leur adversaire. Der Zakarian a sorti Eudeline et fait entrer Birama Touré. La domination n'est pas très efficace, mais Perraud doit quand même s'employer dès la 14e minute, avant de voir Cichero louper le cadre d'une tête décroisée (32e), après avoir vu Bessat mettre la sienne sur le poteau (22e). La tribune Loire a de quoi vibrer, sans oublier de placer une rime riche à l'encontre de Waldemar Kita, ou de vanner Sedan, qui a déjà les deux pieds dans la tombe du National. Public de connaisseurs. Les Sangliers n'ont pas grand-chose à faire pour se venger. Deux frappes dangereuses de Court (29e, 38e), un but sur corner de Le Bihan refusé par Alexandre Castro pour une bousculade dans la surface (46e) et ça suffit : les Nantais font de l'huile.

Guingamp dans l'ascenseur aussi

Pour se rassurer, la 3G est là. Dijon est mené d'un pion, puis de deux, à domicile face à Arles-Avignon. Ouf. Ballon perdu au milieu de terrain. Aïe. Le Bihan foire sa frappe des vingt mètres. Ouf. Des montagnes russes. Le wagon arrive tout en haut à l'heure de jeu, lorsque sur un centre venu de la gauche, Pogba tend la jambe et cale le cuir bien au chaud au fond de ses propres filets. La suite n'est qu'une grande fête. Le stade laisse passer une ou deux minutes, puis lance déjà les premiers « On est en Ligue 1 » . Bon d'accord, lundi, il avait raison, le coach. Mais cette fois-ci, on ne va pas nous la faire. Chaque ballon touché par les Canaris, chaque occasion manquée par les Sangliers devient une raison de célébrer. On se croirait dans un jeu d'alcool de teenage movie américain, mais avec 36 000 personnes qui jouent. Riou détourne une frappe sedanaise sur la barre (75e), le but de Djordjevic sur coup franc est refusé pour hors-jeu (84e), emballé c'est pesé. Avec huit points d'avance sur le quatrième, les Nantais ne seront plus rejoints.

Promu, le FC Nantes rejoint donc l'AS Monaco, qui décroche ce soir officiellement le titre, à une journée de la fin. Mine de rien, c'est le premier de l'ère russe. Guingamp accompagnera le duo dans l'élite après sa victoire à la dernière minute à Ajaccio (0-1), même pas indispensable, les poursuivants caennais, angevins et dijonnais ayant finalement calé au mauvais moment. Comme le rap français, le football hexagonal opère un retour aux 90's. Bien sûr, l'AS Monaco est devenue la poule de luxe de l'un des hommes les plus riches du monde, et bien sûr le jeu à la Nantaise a fondu il y a bien longtemps. On ne va pas faire semblant de croire que le championnat de France peut redevenir comme avant. Mais l'espace de quelques instants, dans cette Beaujoire évidemment envahie au coup de sifflet final, l'odeur de la trouille depuis longtemps dissipée, on savourait finalement avec plaisir le goût de la madeleine.

Par Thomas Pitrel, à La Beaujoire
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE