Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2014
  2. // Groupe G
  3. // Allemagne/Portugal

Pourquoi sous-estime-t-on toujours le Portugal ?

Depuis l'Euro 2000, le Portugal a connu deux demi-finales et une finale de championnat d'Europe des nations, ainsi qu'une quatrième place en Coupe du monde. Pourtant, à l'heure de croiser le fer avec l'Allemagne, les potes de Cristiano Ronaldo sont bien les seuls à croire en leur succès. Pourquoi ?

Modififié
Le Portugal va entamer sa Coupe du monde à domicile dans quelques heures face à l'Allemagne. Et pour changer, la Selecção va endosser son plus beau costume, celui de l'outsider que personne ne croit capable de gagner face aux favoris. Et pas seulement d'ailleurs. Cette année et à l'instar de 2010 avec la Côte d'Ivoire et 2012 avec les Pays-bas, bon nombre de spécialistes placent le Ghana au-dessus du Portugal, désigné troisième devant les États-Unis - qui ont pourtant une belle gueule de trouble-fête. Sans Cristiano Ronaldo, les bookmakers seraient sans doute capables de les placer au niveau du Honduras ou de l'Équateur. Mais pourquoi ? Certes, le classement FIFA est aussi significatif que les sondages qui annonçaient Lionel Jospin président de la République en 2002, certes, le Portugal n'est peut-être pas intrinsèquement la quatrième meilleure nation du monde, mais l'équipe de Paulo Bento est loin d'être une somme de bras cassés. Alors pourquoi personne ne la craint ? Pourquoi tout le monde la donne perdante face à l'immense Allemagne et contre une sélection africaine alors que celles-ci s'en tirent toujours mal avec les Portugais ? Retour sur un mystère non élucidé.

Souvent placés, jamais vainqueurs

La Coupe du monde est une galaxie bien complexe. Simple à première vue, mais en réalité complexe. Simple parce qu'il existe deux types d'équipes : celles qui ont gagné la Coupe du monde et les autres qui ne pourront jamais la gagner, groupe auquel on ne peut paradoxalement accéder qu'en gagnant. Un énorme bordel dont le dernier exemple se nomme Espagne, cette équipe de losers (Raúl, Zizou deux fois, Ribéry, tout ça, tout ça) que tout le monde voyait tomber devant l'Allemagne en 1/2 finale il y a quatre ans et qui était, avant le désastre orange, devenue la nation la plus puissante du monde. Évidemment, il y a la vérité du terrain, Xabi, Xaviniesta, Ramos et toute la clique, mais il y a surtout l'étoile brodée au-dessus de l'écusson de la Roja. Ce petit amoncellement de fils inspire aux autres nations respect et crainte avant le début d'un Mondial. Même l'Uruguay, dont le dernier titre date de 1950, et la France, malgré la catastrophe de 2010, sont considérés comme de potentiels vainqueurs. Le Portugal n'a rien de tout ça, sinon une troisième place en 1966, une quatrième en 2006, ainsi que trois demies et une finale de championnat d'Europe des nations. Oui, il y a Cristiano Ronaldo, mais ça ne suffit pas. Ballon d'or ou pas, extraterrestre ou pas, tant que le Portugal ne franchira pas le cap, il ne sera pas respecté par les sélections qui règnent sur le toit du monde. Être favori permet par définition de ne jamais être sous-estimé. Et le favoritisme se mérite.

La Selecção peut battre n'importe qui


Que les Lusitaniens ne soient pas considérés comme de potentiels vainqueurs est une chose, les placer sous la Bosnie, la Suède, la Côte d'Ivoire et le Ghana, une autre. Les deux premières équipes étaient données quasiment favorites à l'occasion des derniers barrages de la Coupe du monde et de l'Euro par une grande partie des médias hexagonaux avant de s'incliner logiquement devant la clique de Ronaldo. La Côte d'Ivoire était censée donner une leçon de football au Portugal en 2010, leur confrontation s'était soldée par un match nul. Et le Ghana est pour beaucoup bien plus fort que les Portugais alors que ces derniers n'ont perdu qu'une fois contre une équipe africaine en cinq Coupes du monde. Et encore, c'était en 1986 contre le Maroc en plein « Knysna » portos. Alors comment, si l'histoire démontre le contraire, peut-on encore considérer cette équipe comme une formation de quinzième zone ? La réponse se trouve peut-être ailleurs, quelque part dans l'arrogance et la vanité du nouveau riche incarnées par Cristiano Ronaldo, ainsi que la lourdeur de ceux qui l'aiment et imitent jusqu'à son style douteux. Bref, le Portugal est aussi sous-estimé car peu aimé. En plus des titres, il lui manque cette aura noble que dégagent d'autres grandes nations du ballon rond. Mais au final, les Portugais n'en ont que faire. C'est dans cette posture qu'ils peuvent battre n'importe quelle équipe, à commencer par les meilleures. Rien de nouveau là-dedans. Mais pour évoluer, la Selecção ne devra pas se contenter d'un seul coup d'éclat. Il en faudra plusieurs, jusqu'à soulever le trophée et entrer dans la cour des grands. Avant cela, il faudrait déjà gagner le premier match...

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 26
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur