Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 61 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Parme-Juventus (0-1)

Pourquoi les ultras de Parme en veulent-ils autant à Buffon ?

Pour son retour sous le maillot de la Juve, Gianluigi Buffon retrouvait Parme, le club de ses débuts en pro. Des retrouvailles qui auraient pu être anodines, voire anonymes, vécues depuis le banc de touche. C’était compter sans une banderole rancunière des ultras de Parme... Explications.

Modififié
Nul n’est prophète en son pays. Gianluigi Buffon a expérimenté l’adage à ses dépens samedi à Parme. La banderole sortie par les Boys Parma, les ultras locaux, en début de seconde période, témoigne d’une rancœur sans équivoque : « Traître sans honneur, enlève notre numéro de ton nom » . Rappel des faits : après son départ du PSG, Gigi a en effet choisi le numéro 77 pour son retour en Italie avec la Juventus, le numéro 1 étant désormais occupé par Szczęsny, son ancienne doublure devenue titulaire. Pourquoi 77 ? Simplement parce qu'il s’agit du numéro de ses débuts en pro avec Parme, justement choisi en référence à 1977, l’année de fondation des Boys, qu’il côtoyait parfois.


Buffon, sur le banc duquel il ne s’est jamais levé et en simple tenue d’échauffement, ne s’attendait sans doute pas à tant d’hostilité pour ces retrouvailles. Mais comment peut-on lui en vouloir à ce point ? Lui, avec son look de gendre idéal au sourire charmeur, longtemps considéré comme le meilleur gardien du monde, modèle de fidélité à la Juve même en Serie B, décisif dans la conquête de la Coupe du monde 2006 avec l’équipe d’Italie, avec toujours un bon mot ou un bon geste pour les supporters ? Et surtout, lui qui a débuté à 17 ans avec Parme en Serie A, et qui a été l'enfant chéri du peuple pendant les années dorées du club parmesan ?

Vidéo

L’origine d’une rancœur tenace


En y regardant de plus près, la vie de Gianluigi Buffon n’a pas toujours été aussi impeccable que ses costumes. Déjà à Parme, il endosse dans un premier temps le numéro 88, un chiffre souvent associé aux néo-nazis (pour lesquels il signifie "Heil Hitler"). L’intéressé jure qu’il l’ignorait. L’épisode a fait grincer quelques dents et le contraint à choisir, donc, le numéro 77. En 1999, nouvelle polémique lorsque Gigi arbore un T-shirt avec l’inscription «  Boia chi molla  » , un slogan fasciste. « Je n’y connais rien à la politique, je voulais simplement dire aux gars de ne pas lâcher  » , déclare-t-il. Sa bonne foi est reconnue, même si le mythe d’idées bien à droite de la star reviendra régulièrement.



La véritable fracture intervient au moment de son transfert à la Juventus en 2001. Avec l’argent de la vente de Zidane au Real, la Vieille Dame s’offre Buffon pour la somme record de 53 millions d’euros. Un coup dur pour Parme, alors rival des Turinois pour le Scudetto, avant un exode de ses nombreux talents. La fin d’une période dorée avant une faillite inéluctable. Plus que le transfert en lui-même, c’est la manière que la Curva Matteo Bagnaresi ne digère pas, 18 ans après. « Il nous a trahis, écrivent les Boys pour justifier leur banderole. Il jurait qu’il n’irait jamais à Turin, et ce, encore quelques heures avant de signer son contrat avec les Gobbi. (surnom péjoratif des Juventini, N.D.L.R.) »

Le numéro 77, la goutte de trop


En plus du manquement à sa parole, le choix de la Juve ne pouvait pas être plus clivant : le club est autant adulé par les uns que détesté par les autres en Italie. La légende a donc déjà été visée par des banderoles peu amènes. Comme au sujet des paris sportifs qu'il avait effectués en 2010 pour 1,5 million d’euros. Les Interisti avaient dégainé : « Buffon donne-nous les cotes, guignol ! » Certains se souviennent aussi de ses déboires en tant que propriétaire de la Carrarese, club de Serie C de sa ville natale (à moins de deux heures de Parme), dont l’aventure s’est terminée en banqueroute en 2015.



Mais c’est bien la déception amoureuse qui a écorné l’image de Buffon en Émilie. « À Parme, c'était un fils, un héros, il a trahi sa ville en s’asseyant sur les mots qu'il n'était certainement pas obligé de dire. Un homme vaut autant que sa parole... » poursuivent les Boys. Alors forcément, le revoir aujourd’hui porter «  leur » numéro 77 sur une tunique de la Juve, cela ne passe pas. D’autant que la rumeur de voir Buffon clôturer sa carrière de joueur de façon romantique chez les Parmesans avait circulé pendant plusieurs semaines avant son retour à Turin. « À distance de tant d’années, il s’est remis en tête notre ville, notre équipe et notre numéro... Comme dans les plus belles fables. On est désolé, mais nous, nous n’oublierons pas ! » concluent les ultras. Qu’il est loin le temps où Gigi tendait l’écharpe en parcage avec eux.



Par Adrien Verrecchia
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible

Hier à 17:15 Affrontements entre des supporters et la police en Suisse 17
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom