Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Demies
  3. // Brésil-Pérou

Pourquoi le numéro 24 dérange-t-il tant au Brésil ?

Alors que le Brésil va affronter le Pérou en demi-finales de la Copa América dans la nuit de lundi à mardi (1h du matin), l’association de défense des droits LGBT+ a déposé une plainte à l’encontre de la fédération brésilienne de football. La raison ? L’absence du numéro 24 dans les rangs de la Seleção. Une absence loin d’être anodine et profondément ancrée dans la société brésilienne qui trouve son origine dans... une loterie illégale.

Pandémie mondiale oblige, la Copa América qui est en train de se disputer en ce moment au Brésil a permis aux sélections de débarquer avec 24 joueurs au lieu de 23 habituellement. Pourtant, c’est bien le numéro 25 auriverde, Douglas Luiz, qui cède sa place à Casemiro lors de la 63e minute du match opposant le Brésil à l’Équateur (1-1) comptant pour la phase de groupes. Une anomalie, puisque le Brésil est la seule équipe participante à avoir attribué le numéro 25 et par conséquent envoyé le 24 aux oubliettes. Simple superstition ? Non. De l’homophobie ? Probablement.

Le vice du cerf


Pour trouver la source de cette proscription du 24, il faut remonter à la fin du XIXe siècle. En 1892, le baron João Batista Viana Drummond, fondateur et propriétaire du zoo de Rio de Janeiro, décide de créer une loterie pour combler le déficit occasionné par son zoo. Le Jogo do Bicho (jeu de l’animal en VF) voit le jour. Le principe est simple : il faut choisir une carte numérotée de 1 à 25, chaque carte étant associée à un animal. Puis un animal est tiré au sort, et nous tenons notre gagnant. C’est ici le début des soucis pour le 24, puisque dans ce jeu, il est associé au veado (cerf en VF). Mais veado est également employé pour désigner un homosexuel de manière péjorative au Brésil. L’association entre le 24 et l’homosexualité a donc perduré au point d’envahir le football et d'en faire le numéro à éviter à tout prix. « Le joueur est le représentant du supporter, il doit jouer sur le terrain de la manière voulue par le fan » , explique Gustavo Andrada Bandeira, chercheur en éducation et auteur d'un livre sur la sexualité dans le football. « Et ce que le fan attend, ce n’est pas seulement la qualité technique, le but, la passe, le dribble, mais il veut aussi la représentation d’autres valeurs. Imaginez que le joueur porte le 24 dans le dos, ce serait vraiment un manque de confiance et de virilité, une virilité qui doit être prouvée de manière permanente aux yeux des supporters. »

Outre la Seleção, il faut s’accrocher pour trouver la trace du numéro 24 dans les effectifs du championnat brésilien. Lors de la saison 2020, un seul joueur portait ce numéro : Brenno. Le jeune gardien du Grêmio (22 ans) a d’ailleurs tenu à s’exprimer sur ce fameux numéro : « Ce n’était pas mon choix d’avoir ce numéro, mais ils ne me l’ont pas interdit non plus et m’ont dit de l’utiliser. Je ne vois aucun problème. » Brenno n’est néanmoins plus le seul à étrenner le 24, puisqu'ils sont désormais quatre à l’honorer. Bien que ce total reste faible, cette augmentation découle en partie d’un fait totalement extérieur au football et au Brésil.

Kobe Bryant et le número de respeito


Le 26 janvier 2020, Kobe Bryant, légendaire numéro 24 des Los Angeles Lakers, perdait la vie lors d’un accident d’hélicoptère en compagnie de Gigi, sa fille. À la même période, au Brésil, naissait l’idée d’une campagne de sensibilisation sur l’homosexualité (número de respeito ou numéro du respect). L’idée est alors de réhabiliter le numéro interdit et pourquoi pas d'associer le Black Mamba au projet. Finalement, le destin en a décidé autrement, et le club de Bahia a pris le taureau par les cornes en proposant à son joueur, Flávio, d’arborer le 24. « Le club m’a présenté l’idée, et j’ai accepté tout de suite. Ça a coïncidé avec le décès de Kobe qui était l’une de mes plus grandes idoles et qui portait également le 24. Je l’ai donc fait pour deux raisons, se justifie l’homme de 25 ans. Mais cette cause est quelque chose de bien plus grand que je soutiens à 100%. » Une cause qu’il continue d’embrasser en portant ce même numéro à Trabzonspor.


Cette initiative apparaît néanmoins comme une goutte d’eau dans l’océan, dans un pays qui a seulement reconnu en 2019 l’homophobie comme un crime. En Copa Libertadores, les écuries brésiliennes ne peuvent pas esquiver le numéro dû à la réglementation, mais elles ont toutefois trouvé une pirouette puisqu'elles attribuent le 24 au troisième gardien afin d’être sûres qu’il reste dans l’ombre. Si l’idée du número de respeito est un bon début pour la réhabilitation du 24, le chemin est encore long pour un Brésil qui va tenter ce mardi de faire un nouveau pas dans la quête du 24e titre de son histoire.

Par Hugo Bouville Propos de Brenno et Gustavo Andrada Bandeira tirés d'Esporte IG.
Propos de Flávio tirés de Yellow and green football.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
À lire ensuite
Like a HurriKane