Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Juventus/Napoli

Pourquoi le Napoli va battre la Juve

Tous les règnes ont une fin. Et jamais celui de la Juve n’aura été autant en danger que cette saison. La faute à des départs, des doutes de début de parcours, mais aussi à un challenger enfin à la hauteur de l'événement. C’est forcément le bon moment pour le Napoli.

Modififié

Parce que c’est l’année des records

Le Napoli n’avait pas connu la première place du classement depuis plus de vingt-cinq ans, et l'époque de Diego Maradona. Pareil pour le record de victoires consécutives, actuellement de huit et toujours en cours. Autant dire une éternité. Et la dernière fois que cela s’est produit, le Napoli a fini par aller remporter le Scudetto. Alors pourquoi ne pas aller chercher la première victoire au Juventus Stadium, après quatre défaites de rang dans l'antre bianconera ?

Parce que Gonzalo Higuaín

Son piqué et sa frappe en force croisée contre Viviano, ses deux sacoches contre Marchetti, sa petite balle placée du gauche contre Buffon, ses deux autres face à Tatarusanu et Bizzarri, sa mine face à Sorrentino, sa ruse contre Karnezis, son opportunisme face à Rafael, son doublé contre Handanovič, son honneur lavé contre Bologne, son rush de dernière minute contre l’Atalanta, son penalty et son slalom contre Frosinone, son sens du placement et sa lucidité face à Consigli, son ouverture du score contre la Samp, son coup de casque contre Empoli, sa réussite face à Marchetti encore et son dernier penalty en date contre Carpi… Soit 24 réalisations en tout en championnat. En 24 matchs ( « ouvert 24/24, mieux qu'une épicerie » , comme disent en ce moment les tifosi sur les réseaux sociaux). Tout ça pour dire que ce sera sans nul doute l’arme du crime contre la Juventus.

Parce que l’insouciance est de leur côté

« On va jouer notre football. L’expérience nous a appris que quand on arrêtait de jouer comme on sait le faire, on était vulnérables. Donc notre seule chance d'obtenir quelque chose d'une telle confrontation est de jouer notre football. Peut-être que nous ne gagnerons pas, peut-être que nous allons camper dans notre camp pendant 70 minutes, mais ce ne sera pas par choix. Même si c’est pendant 30 minutes, nous jouerons notre football. » Maurizio Sarri est un homme de valeurs et il le prouvera encore une fois ce samedi. Ses hommes ne se prendront pas la tête : ils joueront. Mourir debout plutôt que de vivre à genoux.

Parce que 2-1

À l’époque, la Vieille Dame était en plein doute. Et Higuaín et Insigne venaient de l'enfoncer plus qu’elle ne l’était déjà. La Juve concédait alors déjà sa troisième défaite de sa saison. Et si après une quatorzième victoire d’affilée, les doutes semblent bien loin, le fantôme de Maurizio Sarri hurlant de joie au coup de sifflet final peut rapidement venir hanter les esprits turinois. Ça ne fait pas de mal non plus de rappeler que tout cela s'est déroulé il y a seulement cinq mois.

Parce qu’Insigne est meilleur que Dybala

Et de très loin. OK, le Ballon d’or fait de la publicité gratuite à son petit protégé et c'est vrai qu'il est loin d’être mauvais. Mais pendant ce temps-là, Lorenzo Insigne se balade tout autant, voire même plus. Dybala a peut-être marqué treize buts, soit trois de plus qu’Insigne, mais c’est parce qu’il est plus occupé à servir ses coéquipiers. Pendant que l’Argentin essaye de rattraper Higuaín au classement des buteurs, l’Italien, lui, se tue à la tâche en optant pour le collectif plutôt que pour la consécration personnelle. D’ailleurs, il n’est pas le seul à bien figurer au classement des passeurs décisifs côté napolitain. Hamšík et Callejón sont eux aussi dans le top 10. Preuve que le Napoli est avant tout une équipe. Et puis qu’on soit d’accord, niveau technique, Lorenzo n’a absolument rien à envier à son homologue turinois.

Parce que Chiellini n'est pas là

La « meilleure défense du monde » , c’est la BBC. Soit Barzagli, Bonucci et Chiellini. Malheureusement pour la Vieille Dame, il manquera le C à leur anagramme. Le Spartiate a repris trop tôt contre Frosinone, s’est re-blessé et sera donc absent face au Napoli. Ce qui nous donnera donc, en toute logique, une BBR avec Rugani. D'une, ça ne veut plus rien dire. Et de deux, ce n’est pas ce grand blond, à peine majeur aux États-Unis, avec quelques heures de jeu dans les jambes depuis le début de saison, qui va suffire à le remplacer. Et même si lui s’est dit prêt à relever le défi, même si Allegri pense que le garçon est suffisamment mature, il sera très clairement sous haute pression. Pareil en cas de défense à quatre, ce sera LA faiblesse bianconera.


Parce que Koulibaly sera dans sa bulle

Certes, il n’aura pas le soutien de son stade d’adoption, mais que le Franco-Sénégalais se rassure, cela fait un petit moment que l’on n’a pas entendu parler de racisme à Turin. Il va donc pouvoir évoluer en toute sérénité dans ce qui est, en toute logique, le match de la saison. La finale avant l’heure. Le genre de rendez-vous pour lesquels la concentration doit être maximale et les sources de distraction minimales.



Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 1 heure Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 30
Hier à 15:45 Harry Redknapp au casting d'une télé-réalité en Angleterre 21

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 12:59 Entraîneurs de Premier League : une stabilité inédite 22
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
Hier à 12:52 René Girard à Casablanca, c'est déjà fini 14
À lire ensuite
Être juventino à Naples