Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. // Foot et espace

Pourquoi le foot est meilleur que la fusée SpaceX

Mercredi dernier, une foule de personnes a passé toute leur journée à guetter le décollage de Crew Dragon, la capsule du premier vol habité de la société SpaceX. Tout ça pour quoi ? Pour rien, puisque le vol a été annulé 17 minutes avant son lancement pour cause de mauvais temps. Un épisode qui confirme pourquoi une fusée, aussi badass soit-elle, est cent fois moins passionnante que le monde du foot.

  • Parce que c'est le pire transfert de l'histoire
  • Au sommet de leur gloire, les virevoltants Bob Behnken et Doug Hurley ont enfin récolté le fruit de leur dur labeur : un transfert au grand ISS FC (Station spatiale internationale FC). Dix-huit ans qu'ils attendaient ça, à répéter leurs gammes en regardant des vidéos de leurs illustres prédécesseurs Sergio Ramos ou Jaap Stam. Et puis d'un coup, pschitt, le deal a capoté. Une sombre histoire de contrat pas envoyé à temps ? Même pas, un banal orage au-dessus de leur centre d'entraînement de Cap Canaveral. En salle d'attente, Behnken et Hurley vont donc devoir patienter jusqu'à la prochaine fenêtre du mercato, ce samedi, pour retenter leur chance. Sans savoir si l'ISS les veut toujours. Dans le monde des fusées, on peut donc scouter deux joueurs pendant 18 ans pour dix milliards de dollars et les laisser s'échapper à la première embûche. Alors que dans le monde bien réel du foot, un petit panic buy claqué en quelques heures est l'affaire de n'importe qui. N'est-ce pas Andy Carroll ?

  • Parce que les fusées sont désormais à la portée du premier investisseur venu
  • Oubliez Joseph DaGrosa et sa « science du football » aux manettes des Girondins de Bordeaux, voici Elon Musk. Pendant longtemps, les grandes puissances se sont battues pour les fusées, instrument de puissance et de soft power n°1. Mais cette période est révolue, au point que les États-Unis ont mis fin à leur programme de navettes spatiales en 2011. Depuis, l’industrie des fusées s’est ubérisée, au point que celles-ci ont été récupérées par de banales start-up. SpaceX, le joujou d’Elon Musk, n’a ainsi eu aucun mal à s’engouffrer dans la brèche, à monter un projet griffonné sur un coin de table et à le mener à bien sous la tutelle de la NASA, trop heureuse de louer ses jouets à un prix astronomique. Dieu merci, le RB Leipzig et Hoffenheim n’en sont pas encore au point de demander au Bayern s’il pourrait leur prêter Joshua Kimmich le temps d'une sublime feuille morte pour un match.

  • Parce que les déplacements, c’est pire qu’un Rennes-Astana en Ligue Europa
  • Distance de la Station spatiale internationale avec la Terre : 400 km. Un derby à l’échelle de l’espace, quoi. Sauf que le temps de trajet est estimé à... dix-neuf heures. À titre de comparaison, l’un des plus longs déplacements pour un match de foot (10 000 km pour un Kaliningrad-Vladivostok en D2 russe) s’avale en douze heures d’avion. Ça en fait du temps pour plancher sur le nouveau dipositif tactique de l'ISS (2-2-1, 2-1-2 ... ?).

  • Parce que le derby de l’espace < le derby de la Ruhr
  • En période habituelle, il n’y a pas photo : un derby comme celui de la Ruhr attire toujours plus de monde que celui entre l'AC Cap Canaveral et l’ISS. Et même quand le Covid-19 passe par là pour dégarnir les tribunes, les Allemands trouvent toujours de quoi amuser la galerie. En matière d'ambiance, le derby de l'espace a pourtant des arguments à faire valoir quand il s'agit de faire monter la température avant le match. Mais une fois le coup d'envoi sifflé, il n'y a plus grand monde pour acclamer les joueurs. Et ce ne sont pas Brad Pitt dans Ad Astra, Anne Hathaway dans Interstellar ou George Clooney dans Gravity qui vont faire vibrer le Stade de la route de l'ISS.

  • Parce que le patron de SpaceX est taré
  • Qui connaît l'histoire de SpaceX savait très bien que l'affaire allait mal tourner. Depuis 2002, les fusées couvées par Elon Musk explosent les unes après les autres. Une chance, finalement, qu'un orage providentiel passait par là mercredi dernier pour sauver les deux malheureux astronautes. Avec Elon Musk, on parle quand même d'un type qui croit pouvoir envoyer un million de personnes sur Mars d'ici 2050. Une planète où la température avoisine -100°, où la pression au sol est la même qu'un avion en altitude et qui ne pourra être desservie qu'une fois tous les 24 à 26 mois ... À côté, un déplacement à Francis-Le Blé sous le crachin de Brest ressemble à une sinécure.

  • Parce que les joueurs y sont mal traités
  • Une quarantaine de deux semaines avant un match ? Pour un joueur, il s'agit d'une mesure exceptionnelle en période de pandémie, mais pour un astronaute, c'est la base. La suite ? 90 minutes de plaisir ? Pas si vite ! Bob Behnken et Doug Hurley ont dû poser leurs fesses pendant deux heures... pour qu'on leur annonce dix-sept minutes avant le coup d'envoi que le match était finalement annulé. Et si celui-ci a finalement lieu un jour, les deux lascars ne récolteront que de lourdes blessures (de l'ostéoporose, notamment) dues à l'enchaînement des matchs et aux tirs nourris de l'artificier solaire. Mais qu'attend donc l'UNFP pour réagir ?

  • Bonus : Parce que la fusée Arjen > la fusée Ariane

  • Vidéo


    Par Douglas de Graaf
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

    Dans cet article


    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi

    Partenaires
    Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi
    Hier à 13:20 Thierry Henry s'agenouille 8 minutes et 46 secondes 177
    Hier à 11:24 Salomon Kalou file à Botafogo 6 Hier à 09:54 Nashville doit déclarer forfait pour la reprise de la MLS 7