Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demies
  3. // Liverpool-Barça

Pourquoi le Barça va se vautrer à Liverpool

Après son large succès à l'aller, le Barça ne possède aucune raison de se méfier de Liverpool en demi-finale retour de la Ligue des champions, ce mardi soir. Mais dans la forteresse Anfield, sans leur réussite de la première manche et contre des Reds qui n'ont pas dit leur dernier mot tactiquement, ces Blaugrana trop confiants vont rapidement déchanter.

Modififié

  • Parce que si l’AS Rome l'a fait...

  • Petit retour en arrière : la saison dernière, un Barça invaincu s’avançait les yeux en face des trous en quarts de finale de la Ligue des champions, avec un adversaire largement à sa portée à affronter : l’AS Rome. Correction logique à l’aller (4-1), remontada inexplicable au retour (3-0). Tout ça contre un système défensif en 5-3-2 (dont l’homme fort du milieu s’appelait Kevin Strootman) et face à une Louve dont les crocs ne font plus trembler personne cette saison – 5e de Serie A et, par exemple, une humiliation 7-1 en Coupe d’Italie contre la Fiorentina.


    Alors si cette Roma l’a fait, pourquoi pas Liverpool ? On parle bien du finaliste de la compétition l’an dernier et qui terrifie toutes les défenses de Premier League cette saison. Un petit but rapide de Mané, comme l'avait fait Džeko l'an passé, et le Barça perdra à nouveau tous ses moyens. Les Reds peuvent d’ailleurs compter sur un infiltré de marque, qui a vécu de l’intérieur l’exploit des Giallorossi l’an passé : Alisson Becker. Se faire fourrer trois ou quatre pions à l’aller, le gardien brésilien sait faire. Se transformer en muraille au retour aussi.


  • Parce que Anfield

  • Ah la forteresse Anfield, son You’ll never walk alone, son tunnel... et l’odeur de défaite qui envahit les narines des visiteurs à sa sortie. C’est simple, personne n’a réussi à triompher des Scousers dans leur antre cette saison (16 victoires et 2 nuls en Premier League, 4 victoires et 1 nul en Ligue des champions – dont 4 clean-sheets). Alors pourquoi un Barça aussi falot à l’extérieur y parviendrait ?


    Depuis l'épisode romain, les Culés ne respirent pas la sérénité hors de leurs bases (succès poussifs contre le PSV Eindhoven et Manchester United, matchs nuls face à l’Inter et Lyon). Tout ça parce que ce casanier de Luis Suárez n’aime pas sortir de chez lui, lui qui n’a plus marqué depuis plus de trois ans et demi hors du Camp Nou en C1. Messi ne va pas mettre des coups francs de 30 mètres toutes les semaines, hein.


  • Parce que le Barça ne va pas tenir la distance

  • Les déclarations d’après-match à l’aller ne laissaient guère de place au doute : Liverpool avait bien dominé le Barça et aurait mérité beaucoup mieux que ce 3-0. Lionel Messi ? « Nous nous sommes laissés entraîner par leur rythme, leur football très intense, très physique... Nous n'y sommes pas habitués. » Jürgen Klopp ? « On a réussi à contrôler le jeu, à passer dans les espaces, on leur a posé beaucoup de problèmes. » Étouffés par le pressing et l’impact mis par les Anglais, les Catalans ne bénéficieront pas deux fois de la chance du mercredi soir. D’abord parce que le retour se joue ce mardi, et ensuite parce que le Barça n’est pas du tout préparé pour affronter une autre déferlante.


    En mettant l’intégralité de ses titulaires au repos le week-end dernier lors de la défaite au Celta de Vigo (2-0) en championnat, Ernesto Valverde a réalisé une grave erreur en privant ses onze soldats de rythme et d’intensité de la compétition. Le retour à la réalité, avec un trio de minotaures Milner-Henderson-Fabinho à se coltiner dans le buffet à chaque duel, risque d’être brutal.


  • Parce que Liverpool va actionner ses bottes secrètes

  • Pas de Firmino ni de Salah ? Pas de problème. Sur les bords de la Mersey, on ne dépend pas que d’un seul homme comme à Barcelone. Peut-on vraiment rêver d’un meilleur remplaçant que Xherdan Shaqiri pour suppléer l’Égyptien ? Le lutin suisse est le joueur clutch par excellence, capable de débloquer un match d’un éclair de son soulier gauche. Pas suffisant ? Faut-il alors rappeler que l’ancien de Stoke a déjà collé un 4-0 contre le Barça du temps où il portait la tunique du Bayern en 2013 ? En entrant en jeu à la 89e minute, certes, mais une telle expérience, ça ne mange pas de pain.


    Sans compter que Liverpool possède bien d’autres jokers pour créer la surprise : Divock Origi, Daniel Sturridge, Adam Lallana... Que d'éléments offensifs intelligemment préservés par Jürgen Klopp en vue de ce grand rendez-vous. Il n’a manqué que la précision dans le dernier geste pour que les Reds fassent la différence à l’aller, et c’est là où les hommes frais interviennent. Il ne faudra pas bégayer quand Simon Mignolet viendra placer la tête de la qualification sur corner dans le temps additionnel.


  • Parce que le Barça va tout perdre à force de trop gérer

  • C’est la grande force (et son défaut selon les puristes) de ce Barça version Valverde : son pragmatisme, sa gestion des temps faibles et sa rigueur défensive. Dans une atmosphère aussi hostile qu’Anfield, les partenaires de Clément Lenglet n’auront pas les cojones pour viser la victoire et se contenteront de gérer leur avance en faisant le dos rond derrière.


    Avec un Sergi Roberto aussi fébrile qu’inoffensif et un Messi présent partout sauf dans sa zone théorique d’ailier droit, la tactique de Liverpool est simple pour gagner : foutre le feu sur le flanc droit des Blaugrana sans crainte de prendre la marée. Et le côté gauche alors ? Occupé par Philippe Coutinho. Autant dire que Trent Alexander-Arnold, qui devrait être préféré à Joe Gomez pour amener plus de folie, est tranquille pour aller enquiquiner Jordi Alba. Et Marc-André ter Stegen, qui frustre tous les attaquants, mais est incapable d'arrêter un tir de Lucas Tousart.

    Par Douglas de Graaf
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
    Modifié




    Dans cet article


    Partenaires
    Un autre t-shirt de foot est possible Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom

    il y a 5 heures Offre spéciale : abonne-toi à SO FOOT à partir de 13 euros ! 1
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Un autre t-shirt de foot est possible