Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Marseille-Bilbao

Pourquoi la victoire de Marseille va donner un Oscar à Michael Schumacher

Ce jeudi soir, l'Olympique de Marseille devra faire un grand pas vers la qualification contre l'Athletic Bilbao à domicile. Pour ses supporters, pour l'indice UEFA, et aussi pour Michael Schumacher.

Modififié

Marseille élimine Bilbao


Oui, il y a deux ans, l’Olympique de Marseille chutait face à l’Athletic Bilbao au même stade de la compétition. Une demi-volée des trente mètres d’Aritz Aduriz à l’aller au Vélodrome, et une égalisation dans les dix dernières minutes au retour après le but de Michy Batshuayi ont suffi à éliminer l’OM de Michel. Mais cette année, la donne a changé, et le rapport de force s’est clairement inversé. À Marseille, Michel n’est plus sur le banc, Abdelaziz Barrada n’est plus le meneur de jeu, et Florian Thauvin est en feu. Et à Bilbao, Aduriz commence à sentir le poids des années, même s’il a longtemps repoussé les limites du temps et l’équipe basque est un bien triste 14e de Liga. Cette fois-ci, l’OM ne tremble pas à domicile, où il a perdu une seule fois en un an jour pour jour. Flotov signe un doublé, et Zambo Anguissa enfonce le clou en inscrivant son premier but sous les couleurs phocéennes. Au retour, l’équipe bis de Marseille s’incline 2-1, mais la qualification est assurée tranquillement.



Donc la France fait front derrière l’OM


Qualifiés pour les quarts de finale, puis pour les demi-finales après avoir disposé de la Lazio (1-0, 1-1), les Marseillais lancent à leur tour une immense opération de communication pour s’attirer le soutien de toute la France du football. Le compte Twitter du club est renommé : « Ensemble on va le faire, peuchère » . Évidemment, l’UNFP ressort son plus beau copier-coller : « Parce que notre football a besoin d’exploits retentissants pour écrire son histoire et nourrir sa légende, l’UNFP appelle à la mobilisation générale derrière l’OM. Cette qualification espérée doit être celle de tous ceux qui, en France, aiment le football. » Patrick Bosso, M Pokora, Marion Bartoli, Clara Morgane, Jean-Pierre Foucault, Soprano et Jul s’affichent également sur les réseaux sociaux en tant que figure de proue de l’opération soutien. Mais surtout, Emmanuel Macron en personne fait un petit discours à la veille du match retour contre l'AC Milan. Poussé par tout un peuple, Marseille écrase les Rossoneri 2-0, grâce à Luiz Gustavo et Florian Thauvin, encore. C’est beau une France unie.



Donc Marseille remporte la Ligue Europa


En finale, c’est un gros morceau qui se dresse sur la route de l’OM : le Borussia Dortmund. À Lyon, les Marseillais, venus en masse pour foutre le feu, sont clairement à domicile. Mais, complètement dominé par les Allemands, Marseille se contente de faire le dos rond en attendant un exploit de Florian Thauvin. Isolé, mal servi, l’ancien Bastiais ne peut cependant rien faire. Heureusement pour les Olympiens, Marco Reus rend un vibrant hommage à Martin Palermo et loupe trois penaltys consécutifs, dont un à la dernière minute du temps réglementaire, sur lequel il se blesse en plantant son pied dans la pelouse à cause d’une panenka. Kostas Mitroglou donne la victoire à Marseille en prolongation d’un but dégueulasse du genou. Il est élu le soir même « meilleur attaquant de l’histoire de l’OM » par les supporters, Pierre Ménès et Christophe Dugarry assurent « qu’ils avaient bien dit qu’il fallait lui laisser du temps » , Jean-Michel Aulas fait un malaise au Parc OL, et Michy Batshuayi assure sur Twitter qu’il est #TeamOM avec trois émojis qui pleurent de rire.



Donc Harald Schumacher mène Cologne au titre


Au milieu de tout ça, il y a un homme auquel rien n’est épargné. Vilipendé par le mur jaune et par sa direction, Marco Reus prend la première porte de sortie pour quitter Dortmund. Blessé, tué mentalement, il ne trouve pas mieux que Cologne, sauvé in extremis à la dernière journée de championnat grâce au dernier but en carrière de Claudio Pizzaro. Là-bas, Reus se lie d’amitié avec un autre blondinet tout gentil : Vincent Koziello. La doublette fait trembler l’Allemagne. Après une demi-saison où Koziello trône à treize passes décisives et Reus à seize buts, Cologne est quatrième de Bundesliga. La direction du club décide cependant de changer d’entraîneur à la trêve et embauche Harald Schumacher, meilleur gardien de l’histoire de Cologne, présent lors des quatre derniers titres du club (trois coupes et un championnat). Et ça marche. Aux portes de la deuxième division il y a un an, Cologne est finalement sacré champion d’Allemagne au nez et à la barbe rousse du Bayern Munich. Leicester style.


Donc son homonyme remporte l’Oscar du meilleur acteur


Si le football est une religion pour certains, c'est parce qu'il est capable d'accomplir des miracles. À Gland, en Suisse, en bordure du lac Léman, Michael Schumacher a l'œil humide en voyant son homonyme mener l'équipe qu'il supporte depuis toujours à un titre inespéré. Plus de six ans après son terrible accident de ski, et des millions d'euros dépensés en soins médicaux, son état de santé s'améliore à une vitesse incroyable. Il réapprend à parler, à marcher. Les médecins n'ont aucune explication rationnelle. Hollywood s'empare de la belle histoire et en fait un film, dirigé par David Fincher. « Des fumis pour Schumi » , avec les deux Schumacher en tête d'affiche, fait un carton au box-office. Lors de la cérémonie des Oscars 2020, Michael Schumacher reçoit le prix du meilleur acteur, malgré des dialogues très courts. Dans son discours, il remercie évidemment sa famille, ses amis, les équipes techniques du film, mais surtout un homme à la base de tout. Il termine par un : « Par-dessus tout, merci à André-Frank Zambo Anguissa. »

Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Le Kiosque SO PRESS

Hier à 16:29 La VAR débarque en Premier League la saison prochaine 16
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 11:52 Diego Maradona : « Mourinho est le meilleur coach du monde » 76